La Méditerranée pour des fermes pilotes d'éoliennes flottantes ? - L'EnerGeek

La Méditerranée pour des fermes pilotes d’éoliennes flottantes ?

Cap_Leucate_(Aude),_naval_radar_stationC’est à la demande du gouvernement que le Conseil Maritime de façade Méditerranée, secondé par les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon, a mené une consultation pour le développement de l’énergie éolienne flottante dans le Golfe du Lion (une partie de la mer Méditerranée qui fait face au littoral des deux régions citées ci-dessus). Dans le cadre de cette étude, dont les résultats ont été présentés à Montpellier le 3 avril dernier, trois zones propices à l’implantation de fermes pilotes ont été retenues : Leucate, Gruissan et Fos-sur-Mer.

Ces zones d’implantation ont été définies par le biais de deux réunions de concertation régionales qui se sont déroulées en février dernier sur la façade méditerranéenne, ainsi que de diverses réunions thématiques en charge d’aborder l’ensemble des facettes du projet et ses hypothétiques impacts (sur la pêche, l’environnement, la navigation…). Des groupes de travail ont en outre été mis en place pour définir les zones concernées et identifier les conditions sine qua none à l’intégration des éoliennes dans ce milieu marin caractérisés par un plancher qui plonge profondément à immédiate proximité des côtés (l’implantation des éoliennes est donc impossible le long des côtés méditerranéennes, d’où l’idée d’y expérimenter le flottant).

Chacune de ces fermes expérimentales couvrirait une zone de 10 à 15 km² sur laquelle seraient installées de 3 à 10 éoliennes. Ces turbines flottantes, placées entre 12 et 20 kilomètres au large des côtes, seraient à axe vertical. Une technologie développée par la société Nénuphar, qui les présente comme plus légères, plus économiques et plus productives que les modèles classiques.

Les régions PACA et Languedoc-Roussillon sont donc conjointement candidates au projet de fermes éoliennes flottantes prototypes de gouvernement. Un projet lancé à l’initiative du Ministère de l’Écologie, qui tranchera d’ici la fin de l’année et désignera les 3 ou 4 sites retenus. Le pourtour méditerranéen est à ce titre en concurrence avec la Manche et l’Atlantique.

Les zones sélectionnées verront se développer des fermes pilotes pré-commerciales grâce à un financement de 150 millions fourni par l’État (via une subvention de l’Ademe). Au final, si les résultats sont concluants, elles se transformeront en projets définitifs sur des superficies plus importantes.

Crédit photo : naval radar station

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
lun 12 Mar 2018
Malgré un retard significatif dans la course à l’énergie éolienne offshore, la France vient de revenir dans la course grâce à une décision de General Electric. Au début du mois de mars 2018, l’entreprise américaine a annoncé qu’elle choisissait la…
mer 22 Jan 2014
La transition énergétique est-elle remise en cause en Allemagne ? Le gouvernement Merkel s’en défend, il n’empêche le nouveau ministre Allemand de l’économie Sigmar Gabriel (photo) ne fait pas de mystères sur l’évolution des subventions accordées aux énergies nouvelles : elles…
ven 13 Avr 2018
Si l'énergie thermique des mers (ETM) est considérée comme une source d'énergie d'avenir dans les zones tropicales du monde entier, le seul projet français en cours actuellement, conduit en Martinique par les groupes Naval Energies et Akuo Energy, vient de…
mar 28 Avr 2015
La société quimpéroise Sabella a officiellement baptisé son hydrolienne D10, vendredi 24 avril sur le port de commerce de Brest (dans le Finistère). L'assemblage de ce démonstrateur préindustriel de 450 tonnes désormais terminé, il sera immergé cet été dans le passage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.