Produire de l'électricité en un battement d'ailes - L'EnerGeek

Produire de l’électricité en un battement d’ailes

oiseaux_électricitéExploiter le battement d’ailes des oiseaux pour produire de l’énergie, voilà une innovation que ne révolutionnera pas notre approvisionnement électrique mais qui promet en tous cas de réelles avancées en biologie évolutive. Cette technologie offre en effet la possibilité d’alimenter les dispositifs miniatures chargés de collecter les données sur le comportements et la santé des oiseaux.

Etudier les comportements et les habitudes migratoires des oiseaux, des chauves-souris ou même des papillons impose souvent de les suivre à la trace. Chose jusqu’à présent bien mal aisée au regard de la faible autonomie en énergie des micro-dispositifs appliqués dans ce cadre et qui ne fonctionnent généralement que quelques jours. Si le systèmes à énergie solaire sont un peu plus résistants, l’énergie non stockée ne permet pas encore de suivre ces spécimens durant la nuit.

Un problème en voie d’être résolu par des ingénieurs de l’Université d’Arizona qui ont développé une nouvelle technologie capable d’exploiter et de transformer en électricité la force mécanique issue du battement d’ailes des oiseaux.

Présenté dans la revue “Smart Materials and Structures”, ce prototype miniature est basé sur le principe de piézoélectricité qui permet au matériau choisi de se polariser électriquement, c’est à dire, de générer un champ ou un potentiel électrique sous l’action d’une contrainte mécanique. Produisant ainsi de l’énergie par le simple fait d’être en mouvement, ce nano-générateur offre ainsi la possibilité de recharger de petits appareils électroniques utilisés par les biologistes pour tracer les volatiles.

Pour fonctionner, ce dispositif ou “collecteurs de données” devait également répondre à plusieurs conditions d’exposition à la lumière et de poids. Il ne devait en effet pas dépasser 5% de la masse globale de l’oiseau sous peine de nuire à sa capacité de vol et donc influencer son comportement. Les premières expérimentations réalisées sur un pigeon ont permis d’évaluer les fréquences des battements d’ailes et la quantité d’énergie potentiellement produite en fonction de la taille de l’oiseau.

Comme l’explique Ryan Shipley, co-auteur de l’article avec le professeur Michael Shafer, cette application est valable pour les spécimens qui volent au quotidien et qui sont particulièrement actifs la nuit. “Ce dispositif auto-alimenté peut être utilisé pour récolter des données de vol au cours de la journée normale d’un pigeon”, et permet d’obtenir des informations précises et régulières sur le comportement de l’oiseau et ses statistiques physiologiques vitales.

Crédits photo : Michael Shafer

Rédigé par : livingston-thomas

Avatar
mar 2 Avr 2013
Écrivain, inventeur et homme politique, Benjamin Franklin est une grande figure de l’histoire des États-Unis. Artisan de l’indépendance américaine, il a également beaucoup apporté au domaine de l’électricité avec l’invention du paratonnerre. Né à Boston en 1706, Benjamin Franklin est…
mar 24 Nov 2015
Aux Emirats arabes unis (EAU), la transition énergétique prend la forme d’investissements massifs dans les énergies bas carbone. Alors que les ressources pétrolières de l'Etat fédéral seront épuisées dans une cinquantaine d’années, la rente pétrolière est désormais orientée vers les…
lun 3 Fév 2014
Les machines dans Matrix utilisent les hommes comme source d’énergie. On se souvient de Néo se réveiller pour la première fois dans ces champs où les humains sont cultivés dans des cocons sur une terre post-apocalyptique. Allons-nous devenir les piles…
mer 28 Oct 2015
Depuis le 18 septembre, un centre d’information a été ouvert à Truyère pour faire découvrir le fonctionnement des barrages et des centrales hydrauliques. Imaginé par EDF, il est situé à côté de la centrale hydraulique de Couesques et s’intègre au…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.