Solar Impulse 2 se lance dans son tour du monde à l'énergie solaire - L'EnerGeek

Solar Impulse 2 se lance dans son tour du monde à l’énergie solaire

solar_impulse_2Faire le tour du monde en avion à la seule énergie que procurent les rayons du soleil (et donc sans utiliser une seule goutte de carburant). C’est le défi écologique un peu fou que se sont lancés André Borschberg et Bertrand Piccard, deux Suisses de l’École polytechnique fédérale de Lausanne également créateurs de l’avion solaire Solar Impulse. Il faut dire que ces deux pilotes n’en sont pas à leur coup d’essai, les défis un peu fou ça les connait : c’est à bord de la première version de leur avion solaire que ces deux hommes ont traversé les États-Unis sans brûler un seul litre de kérosène en 2013. Il faut croire que l’exploit n’était pas assez impressionnant pour eux.

 

L’envergure d’un Boeing 747 pour 1% du poids d’un A 380

L’avion solaire dans sa version 2.0 vient de prendre son envol pour un tour du monde de 5 mois. C’est depuis Abou Dhabi, capitale des Émirats Arabes Unis, qu’a décollé lundi 9 mars le monoplace Solar Impulse 2. Son ambition : faire le tour de la planète à la seule force de propulsion que lui procure l’énergie solaire. Son plan de vol : 35.000 kilomètres, fractionnés en 12 étapes, pour une durée totale de 5 mois. Son objectif : promouvoir les énergies renouvelables en accomplissant ce qu’aucun autre avion dans l’histoire n’a réussi auparavant (“voler sans carburant, avec un seul pilote dans un cockpit non pressurisé pendant cinq jours et nuits consécutifs”).

La star de ce tour du monde, celui vers qui se tourne tous les regards, c’est l’avion Solar Impulse 2. Un aéronef propulsé uniquement grâce à l’énergie solaire : ce sont ses 17.000 cellules photovoltaïques, recouvrant ses ailes de 72 mètres d’envergure, qui sont en effet chargées d’alimenter les quatre moteurs électriques à hélice de 17,5 chevaux propulsant l’appareil. Des batteries sont là pour prendre le relais lors des phases de vol nocturne.

C’est au terme de plusieurs années de recherches, entamées en 2003, que les deux pilotes suisses sont parvenus à réaliser ce que certains considéraient comme une utopie : se propulser dans l’air uniquement grâce à l’énergie des rayonnements solaires. Aujourd’hui, Solar Impulse 2 est techniquement capable de voler plusieurs jours et nuits d’affilée, à une vitesse comprise entre 50 et 100 kilomètres heure. Fabriqué en fibre de carbone, cet avion solaire ne pèse que 2,3 tonnes (soit moins d’un pourcent du poids de l’A380 alors que son envergure est plus importante que celle d’un Boeing 747) et peut s’élever à une altitude de 8.500 mètres.

 

Le tour du monde en 25 jours

La première étape de ce tour du monde de 5 mois (qui comprendra au total 25 jours de vol effectif) a mené Solar Impulse 2 d’Abou Dhabi jusqu’à la ville de Mascate, capitale du sultanat d’Oman, au terme d’un premier vol de 400 kilomètres. Solar Impulse 2 a atterri sans encombres lundi soir. L’avion solaire effectuera ensuite son premier survol maritime pour rejoindre Ahmedabad (puis Varanasi) en Inde. Suivront des étapes en Birmanie (Mandalay) et en Chine (Chongqing et Nanjing).

“D’un point de vue opérationnel, [le Moyen-Orient est] le meilleur endroit pour démarrer car il nous donne la possibilité de survoler l’Inde et la Chine très tôt dans la saison et de revenir en été avec une météo relativement bonne”, a expliqué aux journalistes de l’AFP M. Borschberg.

Le monoplace solaire effectuera ensuite une longue traversée de l’océan Pacifique pour rejoindre le continent nord-américain via une escale à Hawaii. Il traversera ensuite les États-Unis, de Phoenix à New York, avant de rejoindre son point de départ Abou Dhabi via une étape en Europe du Sud ou en Afrique du Nord.

 

Au total ce sont 130 personnes qui vont rendre l’aventure possible. “65 voyageront avec nous autour du monde (dans le cadre de l’appui logistique à Solar Impulse 2) et 65 autres seront à Monaco, au centre de contrôle de la mission, les météorologues, les contrôleurs aériens et les ingénieurs qui simuleront les trajectoires, prépareront les vols et aideront le pilote une fois qu’il sera en vol”, a résumé M. Piccard. Nous leur souhaitons bien évidemment beaucoup de réussite dans leur ambitieux projet!

Rédigé par : guy-belcourt

Avatar
mar 7 Mar 2017
Alors que la première phase réservée au dépôt des candidatures s'achevait lundi 6 mars, après une rallonge de quelques jours octroyée par le gouvernement, le consortium composé du groupe français Engie et de son partenaire portugais EDP Renewables a finalement…
jeu 28 Fév 2019
Le 15 février 2019, la Une du Science and Technology Daily sur la centrale solaire chinoise était déjà relayée dans la presse internationale. Ni sur mer et encore moins sur terre, la centrale imaginée par les scientifiques chinois doit se…
mar 6 Juin 2017
Plusieurs conférences internationales ont été organisées autour de la baisse des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et du développement des technologies environnementales. Afin de montrer l’exemple, elles se sont progressivement engagées à réduire au maximum…
lun 24 Fév 2014
Un certain scepticisme entourait la durée des vies des éoliennes par le passé. Des débats ont eu lieu quant à savoir si les aérogénérateurs étaient moins performants dans le temps que les autres énergies renouvelables (ENR). Une étude publiée dans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.