L'ASN autorise la poursuite de l'exploitation de la centrale de Penly - L'EnerGeek

L’ASN autorise la poursuite de l’exploitation de la centrale de Penly

centrale_penlyL’Autorité de Sûreté nucléaire (ASN) a rendu public le 12 juin dernier son rapport concernant le deuxième examen de sûreté du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Penly. Considérant que “le niveau de sûreté du réacteur 1 de la centrale de Penly est satisfaisant”, l’organisme indépendant qui assure le contrôle de la sûreté nucléaire en France a autorisé la poursuite de son exploitation.

Située en bord de Manche sur les communes de Saint-Martin-en-Campagne et Penly, en Seine-Maritime, la centrale nucléaire de Penly a été construite au début des années 80. Elle est exploitée depuis 1990 par l’électricien EDF. Composée de 2 réacteurs nucléaires à eau pressurisée, bien que le site ait été conçu avec 4 emplacements, elle utilise l’eau de mer pour alimenter son système de refroidissement.

Si la loi française ne précise aucune limite prédéterminée dans le temps concernant l’exploitation d’un réacteur nucléaire, le code de l’environnement impose toutefois un réexamen de la sureté des sites tous les 10 ans. En fonction de cet examen, l’ASN émet un avis concernant la poursuite ou non de son fonctionnement.

En 2006, à la fin de la première visite décennale du site, l’ASN s’est prononcé favorablement à la poursuite de l’exploitation des réacteurs de la centrale de Penly au moins jusqu’à la troisième visite décennale. En décembre 2011, au cours de la seconde visite, l’ASN a mené 11 inspections et a supervisé l’épreuve hydraulique de requalification du circuit primaire de Penly. Suivant les directives de la législation française, EDF a procédé en juin 2012 au troisième réexamen de sûreté du réacteur 1 de cette unité de production.

Après un an d’analyse, l’ASN a approuvé le rapport d’EDF et autorisé l’exploitation de la centrale de Penly pour une dizaine d’années supplémentaires. L’ASN préconise toutefois la mise en place de nouvelles conditions d’exploitation. Ces prescriptions complètent celles que l’organisme a imposées suite à des évaluations complémentaires de sûreté réalisées après l’accident nucléaire de Fukushima. EDF dispose d’un peu plus de 6 mois, jusqu’au 31 décembre 2014, pour mettre en œuvre ces prescriptions.

Crédit photo : isamiga76

Rédigé par : arthur-leroy

Avatar
jeu 8 Sep 2016
En France, le secteur du nucléaire emploie approximativement 220 000 salariés dans 2 500 entreprises selon la SFEN. Parmi eux, on compte de nombreux sous-traitants qui souhaitent désormais bénéficier d’un statut unique afin notamment de préserver leur pouvoir d’achat. (suite…)
jeu 6 Déc 2018
Pour améliorer sa stratégie énergétique, les Pays-Bas pensent au nucléaire. En effet, ce jeudi 6 décembre 2018, jour du secteur de l'énergie à la COP24, de nombreux experts soulignent l'intérêt de l'atome, notamment dans la lutte contre les dérèglements climatiques... …
lun 31 Août 2015
Le Japon n’est pas le seul pays à avoir revu ses normes de sûreté nucléaire à la suite de la catastrophe de Fukushima. L’ensemble des pays qui exploitent l’énergie nucléaire ont en tiré des enseignements, à l’image de la France.…
jeu 15 Mai 2014
C'est mardi 13 mai, dans la commune du Creusot, que s'est tenue la 20ème journée des adhérents du Pôle Nucléaire Bourgogne (PNB). Organisé dans l'amphithéâtre du Centre Universitaire Condorcet, ce rendez-vous a été l'occasion pour les membres de ce pôle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.