Corse : une nouvelle centrale électrique au fioul léger à Lucciana - L'EnerGeek

Corse : une nouvelle centrale électrique au fioul léger à Lucciana

centrale_thermique_fioul_léger_corse_luccianaLa nouvelle centrale électrique de Lucciana située en Haute-Corse et financée par le groupe EDF à hauteur de 400 millions d’euros, est entrée en phase d’activité. Si ce chantier avait suscité de nombreuses interrogations quant à la pertinence d’installations basées sur des énergies fossiles, la centrale thermique élaborée par EDF et fonctionnant au fioul léger, apporte toutefois de réelles améliorations en matière d’approvisionnement de l’électricité sur l’île de beauté tout en présentant un bilan carbone honorable pour un dispositif de ce type.

[stextbox id=”info”]Améliorer l’approvisionnement électrique insulaire[/stextbox]

Mise partiellement en service depuis le mois de décembre dernier pour accompagner la fermeture définitive de la « vieille » centrale, la centrale thermique de Lucciana devrait permettre de répondre plus efficacement à la demande mais également d’améliorer la qualité de l’approvisionnement en électricité dans un contexte insulaire complexe.

Et en effet, car si la croissance constante de la consommation d’électricité en Corse, de l’ordre de 3,6 % en moyenne sur les dix dernières années, nécessitait bien des investissements conséquents pour renouveler le dispositif de production et assurer l’équilibre entre l’offre et la demande d’énergie, la nouvelle centrale permettra surtout de sécuriser l’alimentation de la Corse, dont les abonnées sont victimes de pannes récurrentes depuis de nombreuses années.

Comme le souligne sur ce point Jean-Philippe Lamarcade, adjoint au directeur d’EDF, «au cours des dix dernières années, nous avons doublé le montant des investissements pour la Corse […] et depuis cinq ans, nous avons diminué de 40 % le temps moyen de coupure des clients. La Corse est une région à la géographie bien spécifique avec des vallées encaissées qui rendent impossible le maillage du réseau. Mais nous travaillons toujours pour améliorer le transport de l’électricité».

Si seulement quatre moteurs fonctionnent pour le moment, la centrale est équipée de sept moteurs au total et présente une capacité de 120 MW contre seulement 55 MW pour l’ancienne. Elle est capable de fournir entre 350 et 650 gigawatt/heure, soit 15 % de la puissance totale de l’île, selon les conditions météorologiques et les besoins en consommation.

[stextbox id=”info”]Le choix du fioul léger en attendant le gaz naturel[/stextbox]

Le choix de fioul léger a souvent fait l’objet de contestations durant toute la période d’installation de la centrale de Lucciana, mais EDF affirme néanmoins qu’il semblait être le choix le plus raisonnable au regard des spécificités de la consommation énergétique corse. L’île de beauté qui n’est connectée que partiellement au réseau continental, ne peut importer que 30 % de sa consommation d’énergie et doit donc produire localement le reste de ses besoins.

Dans ce cadre, les centrales thermiques constituent à ce jour le moyen le plus fiable pour faire face aux variations de consommation d’électricité et notamment aux pics soudains de consommations, et ce type de production permet de s’adapter parfaitement aux systèmes énergétiques insulaires et de répondre de manière optimale aux besoins de l’île. Les centrales thermiques au fioul représentent aujourd’hui près de la moitié du mix électrique corse.

Précisée par l’Assemblée de Corse dans un grand plan énergétique adopté en 2005, la satisfaction de ces besoins énergétiques  ne pouvait toutefois pas se faire sans prendre en compte les considérations environnementales dans la gestion du système électrique insulaire. C’est une des raisons pour laquelle la centrale de Lucciana se devait d’être renouvelée et remplacée par une installation moderne de haute performance à la fois technique et environnementale.

Ainsi, et en comparaison à la centrale précédente qui a définitivement cessé de fonctionner le 27 mars 2014, le nouvel outil de production permet de réduire de 15% les émissions de C02, de plus de 82% les émissions d’oxydes d’azote et de près de 95% les consommations d’eau.

Ajouté à cela, l’utilisation du fioul léger ne serait que temporaire puisque cette nouvelle centrale est d’ores et déjà convertible au gaz naturel. EDF a anticipé dans le cadre de cette installation, un possible raccordement de la Corse au gazoduc Gasli, gazoduc encore en projet qui doit relier l’Italie et l’Algérie, et a donc fait le choix d’équiper la centrale thermique de moteurs diesels pouvant également fonctionner au gaz naturel.

Crédits photo : Habib M’henni

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 30 Nov 2018
Entrant dans la composition des éoliennes, l'aluminium pèse sur leur bilan carbone. Si l'entreprise Rusal assure produire un aluminium « vert », les sanctions américaines qui pèsent sur elle pourraient contraindre les entreprises européennes à se tourner vers des fournisseurs chinois, bien…
mar 29 Déc 2015
Les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) seront raccordés au réseau électrique européen à partir de janvier 2016. Longtemps tributaires du gaz et du pétrole de la Russie, ces pays comptent désormais profiter de tarifs avantageux pour diminuer la facture…
lun 2 Jan 2017
Selon le plan d'une agence gouvernementale rapporté samedi 31 décembre par la presse d'Etat, les autorités chinoises souhaiteraient diminuer de 800 millions de tonnes leurs capacités annuelles de production de charbon d'ici 2020. Pressée par une demande en berne et…
D'après le bilan électrique 2015, réalisé par Réseau transport électricité (RTE), la consommation électrique des Français a augmenté de 0,5 % l'an dernier, pour s'établir à 476,3 TWh. Globalement, les énergies bas carbone progressent - le renouvelable surtout ; le…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.