Le GIEC préconise de quadrupler les investissements dans les énergies bas carbone - L'EnerGeek

Le GIEC préconise de quadrupler les investissements dans les énergies bas carbone

GIEC_Energies_bas_carbonePubliées ce dimanche à Berlin, les conclusions des scientifiques du GIEC, groupe intergouvernemental d’experts sur le climat sont sans appel. Sans un changement de cap immédiat de la politique énergétique mondiale, il nous sera bientôt impossible de limiter le réchauffement climatique et de ne pas dépasser le seuil de 2 °C fixé par la communauté internationale.

Limiter à 2 °C l’augmentation de la température mondiale serait donc encore possible, soulignent les experts du GIEC, à la condition de s’engager pleinement et immédiatement pour une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ces émissions de CO2 n’ont cessé  de croître à un rythme de plus en plus soutenu en raison de la croissance économique et de l’augmentation de la population mondiale. Ainsi, entre 2000 et 2010 et en dépit des alertes déjà publiées sur le sujet, les rejets de gaz ont progressé encore plus vite, passant de 2,2 % par an contre 0,4 % en moyenne depuis 30 ans.

Mais l’heure n’est plus à la tergiversation, préviennent ces experts et les options sont désormais très limitées. Ces émissions devront malgré tout être réduite de 40 à 70 % d’ici 2050, sans quoi, le thermomètre mondial pourrait grimper de 3,7 à 4,8 °C d’ici 2100. Une perspective bien sombre pour de nombreuses régions du globe pour lesquelles les conséquences d’un tel réchauffement climatiques seraient catastrophiques.

Alors que la production d’énergie représente actuellement 35 % des émissions, il apparait comme urgent d’entreprendre une profonde modification du mix énergétique au niveau mondial, aujourd’hui trop dépendant du charbon et du pétrole, et de s’engager durablement sur la voie d’une production responsable et moins émettrice de CO2. Le GIEC recommande notamment le recours systématique aux énergies bas carbone et un investissement triplé, voire quadruplé dans ces énergies  entre 2010 et 2050. Les énergies bas carbone désignent selon le GIEC, les énergies  renouvelables, le nucléaire et les énergies fossiles associées à une capture et un stockage du carbone, qui sont aujourd’hui à un stade expérimental.

Sans évolution rapide dans ce sens d’ici 2030,  il deviendra très compliqué de ne pas dépasser les 2 °C d’augmentation et les solutions à disposition seront alors bien moins efficaces. “Nous faisons face à des défis, mais il n’est pas trop tard pour agir. Plus nous attendons, plus ce sera coûteux et plus les défis seront grands”, a déclaré Youba Sokona, co-président du groupe auteur de ce rapport.

Crédits photo : Senor Codo

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Par le biais de communiqués de presse publiés le 29 janvier 2015, les entreprises françaises EDF et GDF Suez ont annoncé des succès commerciaux en Chine. En effet, EDF a annoncé la signature d’accords renforçant ses partenariats avec China General…
ven 25 Fév 2022
Le spécialiste français des renouvelables Qair annonce, ce jeudi 22 février 2022, avoir émis une obligation verte de 43,7 millions d'euros pour financer ses nouvelles centrales en Europe et en Amérique du Sud. Le groupe héraultais veut par ailleurs se diversifier…
lun 8 Juil 2013
En Afrique, de nombreux pays connaissent actuellement de graves crises énergétiques : pour combler les déficits en électricité, plusieurs d’entre eux veulent se tourner vers le nucléaire. Mais pour pouvoir profiter de cette énergie, ils devront composer avec de nombreuses difficultés.…
mar 14 Mai 2013
Mercredi 8 mai, la Commission européenne a annoncé sa décision de taxer à 47% les importations de panneaux solaires chinois d’ici le 6 juin. Une décision qui ne plaît guère à Pékin, qui a décidé de répliquer. Cette taxation décidé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.