Des ballons sous-marins pressurisés pour stocker l'énergie renouvelable - L'EnerGeek

Des ballons sous-marins pressurisés pour stocker l’énergie renouvelable

Ballons_photo_hydrostorSi l’un des principaux enjeux de la transition énergétique consiste aujourd’hui à favoriser l’intégration des énergies renouvelables intermittentes (tels que l’éolien et le solaire) dans le réseau électrique national, cette ambition reste conditionnée au développement de nouvelles technologies efficientes en matière de stockage de l’électricité. Un défi pour lequel la société canadienne Hydrostor pourrait bien avoir trouvé une solution via l’utilisation de ballons à air comprimé immergés en profondeur.

Exploiter la pression naturelle sous-marine

Conçus pour stocker et lisser la production des énergies renouvelables intermittentes, les ballons à air comprimé de la jeune entreprise canadienne Hydrostor, s’appuient sur le processus de transformation de l’électricité en air pour restituer à tous moments l’électricité produite dans les centrales éolienne ou solaire.

Si le procédé de transformation d’électricité en air est déjà connu depuis de nombreuses années, l’innovation majeure d’Hydrostor réside principalement dans la mise au point de moyens efficaces permettant de conserver l’air produit sous l’eau et de profiter ainsi de la pression sous-marine. L’électricité excédentaire produite par une centrale éolienne par exemple alimente alors des compresseurs d’air qui remplissent à leur tour des ballons placés sous l’eau. Parallèlement, la chaleur générée par ce processus est également stockée grâce à des échangeurs de chaleur.

La pression sous-marine est ensuite utilisée pour vider naturellement les ballons une fois la production de l’installation renouvelable en période creuse (manque de soleil ou de vent par exemple). L’air récupéré est utilisé finalement pour actionner une turbine produisant l’électricité nécessaire à l’alimentation du réseau.

Des ballons plus efficaces que les batteries de stockage

Selon la start-up canadienne, ce dispositif permettrait de durer deux fois plus longtemps que les meilleures batteries de stockage disponibles sur le marché actuellement, et cela pour un coût inférieur.

Testé actuellement dans les eaux du lac Ontario au Canada, ce dispositif, mis en place en soutien d’une centrale éolienne, est composé de six ballons plongés à 55 mètres de profondeur et connectés au réseau électrique via un pipeline. Ces ballons sont d’ores et déjà en mesure de fournir assez d’énergie pour alimenter 330 maisons et l’installation éventuelle d’autres ballons permettrait de stocker bien plus d’énergie.

La capacité peut en effet être améliorée en fonction des besoins et promet donc un bel avenir à cette technologie. « Nous sommes actuellement concentrés sur la commercialisation internationale de notre technologie afin de faire profiter de notre solution de stockage d’énergie verte un maximum de pays à travers le monde », explique Chris VanWelleghem, fondateur d’Hydrostor.

L’île antillaise d’Aruba aurait déjà pris contact avec Hydrostor afin de construire une centrale 10 fois plus grande que celle qui vient d’être inaugurée à Toronto.

Crédits photo : Hydrostor

Rédigé par : livingston-thomas

jeu 28 Avr 2016
Le 27 avril dernier, RTE a publié le bilan électrique 2015 des Pays de la Loire. Ce document atteste notamment des efforts du territoire pour développer les énergies renouvelables (ENR). En effet, de 2006 à 2016, la part des ENR…
mar 23 Juin 2015
C'est dimanche 21 juin, au terme d'une longue et impressionnante préparation, que l'hydrolienne D10 de la société bretonne Sabella a été chargée sur le Palembang, navire spécialisé dans le transport de charges lourdes. Ce dernier devrait quitter le port de…
mer 20 Août 2014
De nouvelles technologies de récupération énergétique basées sur l'énergie corporelle ou l'énergie ambiante ont été évoquées les 10 et 11 août derniers lors de la conférence Hot Chips 2014 qui se tenait à Cupertino aux Etats-Unis. Des technologies qui pourraient…
lun 12 Sep 2016
Attentive à la transition énergétique, l'Amorce place de grands espoirs dans le dernier texte budgétaire du quinquennat de François Hollande. Alors que les discussions débuteront à l'automne, le délégué général de l'association, Nicolas Garnier, suggère déjà quelques propositions. (suite…)

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *