Allemagne : un village "vert" rasé pour du charbon - L'EnerGeek

Allemagne : un village « vert » rasé pour du charbon

Mine_chabon_allemagneL’abandon progressif du nucléaire en Allemagne est loin d’être sans conséquence, et si le recours croissant au charbon dans la production électrique a déjà entraîné une hausse des émissions de CO2 (un comble pour un « tournant énergétique »), il pourrait également avoir un impact beaucoup plus direct sur certaines régions et certains citoyens. Le gouvernement a en effet annoncé sa volonté de rouvrir et d’agrandir les mines de lignites existantes dans l’est de l’Allemagne. Une exploitation qui implique la destruction de villages et le déplacement des populations concernées.

Le petit village de Proschim dans la région de Lausitz ne compte certes que 350 habitants mais est devenu au fil des ans une référence en matière d’énergies renouvelables. Entouré d’éoliennes, de centrales solaires et de centrales biogaz qui alimentent près de 15.000 foyers aux alentours, la communauté locale semble s’être dévouée à la cause verte. Un exemple à suivre pourrait-on penser alors que l’Allemagne souhaite accélérer le développement de ses capacités de production renouvelable.

Mais c’est sans compter sur le plan de la chancelière allemande Angela Merkel destiné à sortir son pays de l’énergie nucléaire d’ici 2022. Un plan mis en place en réponse aux préoccupations grandissantes de l’opinion publique à la suite de la catastrophe nucléaire de Fukushima, au mois de mars 2011, et qui a déjà entraîné l’arrêt de huit centrales sur les 17 que compte le parc nucléaire allemand.

Une sortie progressive de l’atome qui n’est bien sûr pas sans contrepartie. L’ Allemagne s’est vue contrainte, afin de garantir la stabilité de son réseau électrique, de recourir davantage aux énergies fossiles comme le lignite ou la houille. La production d’électricité à base de charbon a donc quelque peu augmenté (et avec elle les émissions de CO2) et le gouvernement cherche désormais à étendre l’exploitation de ce combustible sur le territoire allemand.

Dans ce cadre, l’ouverture de nouvelles mines a donc été décidée dans la région de Lausitz et selon les plans, le village de Proschim ainsi que de nombreuses fermes alentours devront être détruits et les habitants relocalisés. “Il n’y a pas encore suffisamment de sources d’énergie renouvelables pour compenser la perte de l’énergie nucléaire. Donc, pour répondre à la pénurie, on nous dit qu’il faut brûler plus de charbon et détruire les fermes et les villages avec”, se plaint Matti Nedoma, un habitant de Proschim.

Consternés par une telle décision, les habitants tentent d’organiser la résistance face au gouvernement et à la société suédoise Vattenfall, qui détient et exploite ces mines de lignite. Une pétition a été lancée et a déjà recueilli plus de 120 000 signatures.

Crédits photo : Maka

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 19 Juil 2017
Dans un contexte nouveau où les énergies renouvelables semblent enfin prendre leur envol au détriment des énergies plus traditionnelles, il est un combustible fossile que ne connaît pas la crise. Selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), publié…
ven 7 Avr 2017
C’est un projet qui n’a rien de nouveau : l’oléoduc Keystone XL fait débat depuis presque dix ans aux Etats-Unis. Mais après huit années de blocage par l’administration Obama, le président Trump vient enfin de donner le feu vert pour que…
jeu 27 Avr 2017
Après près de quarante ans de mise au rebus, le gaz de charbon signe son grand retour sur le territoire français. Son exploitation est au cœur de plusieurs projets énergétiques qui visent à déployer une nouvelle source de gaz naturel…
lun 30 Avr 2018
Utilisables en été comme en hiver, les pompes à chaleur réversibles assurent aussi bien le chauffage que le rafraîchissement de votre logement. Fonctionnant à partir d’une ressource renouvelable (air, eau, sol), et très peu énergivores, elles offrent une alternative à…

COMMENTAIRES

  • Le plan de sortie du nucléaire en 2022 en Allemagne ne date pas de 2011 mais de 2002, neuf ans plus tôt. Au contraire, le gouvernement conservateur voulait, fin 2010, repousser la sortie du nucléaire à 2036.

    Entre 2010 et 2013, la production d’électricité nucléaire a chuté de 43 TWh mais cela a été compensé par une augmentation de 47 TWh des énergies renouvelables.

    http://energeia.voila.net/electri2/allemagne_nucle_charbon.htm

    Par contre, la production d’électricité à base de gaz (+ un peu de pétrole) a diminué de 25 TWh, ce qui n’a été compensé qu’en partie par le charbon et le lignite avec 23 TWh.

    Remplacement du gaz par le charbon très répandu en Europe, pour une question de cours mondiaux très bas du charbon.

    Entre 2000 et 2013, l’électricité nucléaire est passée de 169 à 97 TWh (- 72 TWh) alors que l’électricité renouvelable est passée de 38 à 152 TWh (+ 114 TWh).

    Alors, qu’on arrête en France de perpétuer ces mensonges sur les énergies renouvelables.

    Ce qui n’empêche pas de s’opposer aux projets du secteur minier.

    Répondre
    • Le « merit order » fait que quand on ajoute une nouvelle source d’énergie, elle supprime d’abord la source d’énergie plus couteuse puis ensuite les autres.
      De ce fait, ajouter des renouvelables supprime d’abord la génération gaz, et ensuite seulement le charbon, puis enfin le lignite et le nucléaire. Vu le volume de renouvelables ajoutés en Allemagne, il aurait été possible non seulement de supprimer quasi totalement le gaz mais aussi d’attaquer très sérieusement le charbon. Mais l’arrêt des centrales nucléaire a décalé la position d’équilibre et donné un sursis aux centrales charbons. Ce n’est pas par hasard, le lobby du charbon est très puissant en Allemagne, il suffit de voir qu’il compte dans ses rangs Sigmar Gabriel l’ancien ministre de l’énergie allemand, et politicien de poids du SPD, cf http://cstpr.colorado.edu/prometheus/?p=5064

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *