La région des Hauts-de-France passe peu à peu au gaz H

La région des Hauts-de-France passe peu à peu au gaz H

La Secrétaire d’Etat à la transition écologique, Emmanuelle Wargon s’est rendue jeudi 21 février 2019 à Arras et Cambrai afin de participer au début d’une opération assez inhabituelle. En effet, 1,3 million d’habitants vont recevoir la visite d’un chauffagiste en prévision d’un changement de fourniture de gaz. Chauffés au gaz B, ces foyers vont progressivement être alimentés en gaz H et rejoindre ainsi la norme française. Un passage purement technique qui doit être préparé par les professionnels du secteur.

Le gaz B laisse la place au gaz H 

La venue d’Emmanuelle Wargon dans le nord n’est pas passée inaperçue. Les habitants de la région des Hauts-de-France auront compris qu’un petit événement dans le domaine de l’énergie allait les toucher au cours des prochaines années. Le contrat de fourniture de gaz avec les Pays-Bas ne sera pas renouvelé à l’échéance 2029 et le gaz utilisé dès lors sera d’une composition quelque peu différente. Les Pays-Bas fournissent du gaz B, c’est-à-dire « Bas pouvoir calorifique » alors que la plupart des autres fournisseurs de la France (Russie, Norvège, Algérie), exportent du gaz H (pour Haut pouvoir calorifique). Ce dernier va peu à peu s’inviter dans les tuyaux des 1,3 million d’habitants des Hauts-de-France encore bénéficiaires du gaz B.

La différence de pression ente les gaz B et H va obliger à quelques ajustements. La Secrétaire d’Etat a donc effectué un déplacement afin de mettre en lumière un changement qui doit être anticipé pour qu’il se passe sans aucun problème. Ainsi, Emmanuelle Wargon s’est d’abord rendue à une réunion d’information à Arras destinées aux élus locaux. Il leur a été expliqué la situation afin qu’ils se fassent le relai auprès de leurs concitoyens peut-être inquiets face à un changement qui peut les laisser perplexes. Ensuite, la Secrétaire d’Etat a pris la direction de Cambrai pour assister à une démonstration de conversion qui va concerner de nombreux foyers de la région.

Des équipements individuels qui doivent être adaptés

Le passage d’un gaz à l’autre nécessite la venue d’un artisan-chauffagiste. Comme l’a soulignée Emmanuelle Wargon, il faudra « adapter le compteur de gaz, potentiellement adapter la chaudière, et dans un petit nombre de cas, pour de très très vieilles chaudières, signaler qu’il faut la remplacer ». Les évaluations données par la Secrétaire d’Etat à la Transition écologique tablent sur 3 % à 5 % de chaudières à remplacer, soit de 39 000 à 65 000 appareils. Ce sont les équipements antérieurs à 1997 qui sont susceptibles d’être impliqués. L’intervention du technicien dure environ 1h30 et se déroule en deux étapes : réglage de pression des équipements et la pose d’un détenteur sur le compteur de gaz.

Les interventions seront annoncées et expliquées aux consommateurs via une communication spécifique mise en place par GRDF. Le relai des élus locaux et de la presse locale est également attendu. GRDF se montre rassurant et assure avec justesse que « pour le client, cela ne change rien et cela ne coûtera pas plus cher ». La communication est la clé du succès de cette opération assez inhabituelle. Par ailleurs, des aides seront également attribuées aux ménages concernés ; elles ont été publiées au Journal officiel ce jeudi 21 février 2019.

  • 4 000 € pour le remplacement d’une chaudière à gaz murale d’une puissance inférieure à 70 kilowatts ;
  • 5 000 € pour le remplacement d’une chaudière à gaz au sol d’une puissance inférieure à 70 kilowatts ;
  • 1 000 € pour le remplacement d’un radiateur à gaz ;
  • 5 000 € pour le remplacement d’un poêle ou d’un insert à gaz ;
  • 1 200 € pour le remplacement d’un appareil à gaz fournissant de l’eau chaude sanitaire d’une puissance inférieure à 70 kilowatts.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 30 Nov 2016
Marc Benayoun, directeur général de la compagnie Edison, a évoqué lundi 28 novembre lors d'une rencontre avec la presse parisienne, ses nouvelles ambitions sur le marché national italien. La filiale du groupe français EDF entend en effet tripler le nombre…
mer 19 Avr 2017
Strasbourg a inauguré à la fin du mois de mars 2017 le chantier de Reichstett. Sur le site de cette ancienne raffinerie en pleine démolition, la ville va construire la première station de géothermie profonde en milieu urbain. Une première…
ven 25 Nov 2016
Malgré la forte activité des centrales à gaz en cette période de l'année, les besoins en gaz de la France devraient être couverts cet hiver, même en cas de grand froid, ont assuré mardi les gestionnaires des réseaux français de gazoducs,…
mer 26 Juil 2017
Le groupe Dalkia, filiale d’EDF spécialisée dans les services énergétiques, poursuit ses investissements dans les énergies renouvelables et les réseaux de chaleur. Travaillant depuis 2012 à la construction des chaufferies et du réseau de chaleur Nord-Est de l'agglomération dijonnaise, Dalkia…

COMMENTAIRES

  • C’est absurde de remplacer une chaudière gaz importé, autant passer au couplage solaire + pompe à chaleur avec Cop de 6,6 à 10 :

    – çà coûte plus cher au départ mais bien moins cher à l’usage, c’est vite amorti et en plus çà rapporte et c’est au final plus avantageux comme le rappelle Dualsun graphiques comparés à l’appui sur son site car les capteurs solaires hybrides fournissent, en plus du thermique (chaleur), l’électricité à l’habitat et à la mobilité (prix d’achat par l’opérateur 10c€/kWh. Prix de rachat pour usage de nuit 16c€/Kwh donc couverture à 100% selon surface solaire et coût du stockage seulement 6 c€/kWh)

    – On peut aussi stocker l’électricité des panneaux (Dualsun, Mithra etc) ou ardoises/tuiles hybrides (Nelskamp) à 100% en batterie “cloud” type MySmartBattery, Urban Solar Energy etc. Cà permet l’autoconsommation solaire PV en priorité à un prix de zéro et le stockage des excédents solaire à seulement 8 c€/kWh avec couverture à 100% aussi sans problème de batteries etc.

    – on n’a plus les risques du gaz (intoxications au C0, explosions comme çà arrive régulièrement etc) ni les coûts annuels obligatoires élevés d’entretien, on ne dépend plus des fortes hausses du prix du gaz, des risques de coupure etc et on a un habitat mieux classé en terme d’émissions donc mieux vendable et mieux valorisé.

    – comparé au gaz on couvre donc à 100% quel que soit le temps : le chauffage, l’eau chaude, la climatisation, l’électricité, la mobilité à hauteur de 14.000 km par en en moyenne, on ne pollue pas, on n’a plus de facture de gaz, on ne dépend pas de Poutine et en plus on gagne de l’argent !

    Parmi les exemple de couplage solaire hybride + pompe à chaleur avec Cop de 6,6 à 10 Mithra (en plus c’est français et très malin comme système !) :

    https://www.li-mithra.fr/fr

    .

    Répondre
  • La pompe à chaleur Daikin Altherma 3 ECH20 (le ballon de stockage à l’origine de l’allemand Rotex est l’un des meilleurs du genre). Le Cop est plus élevé en couplage solaire avec Dualsun (panneaux) ou Nelskamp (ardoises/tuiles pour de meilleures intégrations)

    https://www.youtube.com/embed/Z5FTpNa18_o

    .
    .

    Répondre
  • Pour la couverture électrique solaire à 100%, soit on revend comme précité après autoconsommation soit on stocke dans le cloud avec les 2 fonctions intégrées (autoconsommation et stockage), donc les excédents rapportent et remboursent l’installation notamment en cas d’absence, tout en produisant de la chaleur puisque c’est du solaire hybride qui capte donc plus de 80% d’énergie solaire :

    https://www.mylight-systems.com/mysmartbattery/

    .

    Répondre
  • Le solaire hybride sans doute parmi les plus esthétiques à l’heure actuelle

    Tuile hybride (photovoltaïque et thermique) en verre, entièrement recyclable, plus résistante et durable, avec moins d’entretien qu’une tuile classique, facile et rapide à poser, avec des connections sécurisées pour la production d’électricité, de chauffage, d’eau chaude, de soufflage d’air chaud ou froid et qui évite la surchauffe des toitures en été.

    Elle est plus stable qu’une tuile classique, résiste aux tempêtes et se décline en hybride ou en seulement PV ou thermique ou standard.

    https://www.paxos-koeln.de/english/innovations-by-paxos/solar-roof-tiles/

    .

    Répondre
  • Au niveau des piscines par exemple, jusqu’à 80% d’énergie pour le chauffage de l’eau est récupérée mais très peu sont encore équipées :

    https://www.youtube.com/embed/5GBpinSuGwA

    Cà concerne aussi les hôpitaux et autres bâtiments publics et privés où les pertes sont énormes et qui sont en plus souvent en déficit.

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.