Bouygues remporte un contrat de 1,7 milliard d'euros Bouygues remporte un contrat de 1,7 milliard d'euros

Bouygues remporte un contrat de 1,7 milliard d’euros sur le chantier de Hinkey Point

Bouygues

Le groupe de BTP Bouygues Construction a annoncé mercredi 11 janvier avoir remporté un contrat de plus de 1,7 milliard d’euros auprès d’EDF pour participer à la construction des bâtiments qui abriteront les deux réacteurs nucléaires de la centrale britannique de Hinkley Point. Ce chantier de génie civil devrait ainsi bénéficier des retours d’expérience des nombreux projets de centrales nucléaires auxquels le groupe Bouygues a déjà participé.

Le groupe EDF poursuit la phase préparatoire du projet Hinkley Point et a choisi dans ce cadre de renouveler son partenariat avec le groupe français Bouygues Construction. Ce dernier a été sélectionné pour participer à la réalisation des bâtiments qui hébergeront les deux réacteurs EPR de la centrale britannique pour un budget de 1,7 milliard d’euros. « Ce choix témoigne de l’expertise de Bouygues Construction dans le domaine du génie civil nucléaire », a commenté Philippe Bonnave, PDG de Bouygues Construction, cité dans un communiqué du groupe.

Lire aussi : Hinkley Point : Londres et EDF se disent enfin « oui »

Le conglomérat français était déjà impliqué dans des projets de réacteurs nucléaires EPR de nouvelle génération. Après avoir construit plusieurs centrales de deuxième génération en France comme celles du Bugey, de Saint-Alban ou de Chooz, Bouygues Construction a en effet remporté en 2005 le contrat de génie civil de la centrale nucléaire EPR d’Olkiluoto en Finlande et celui de la centrale EPR de Flamanville en 2006. Dans le cadre du chantier de Hinkley Point, Bouygues travaillera cette fois-ci au sein d’un groupement avec l’entreprise britannique Laing O’Rourke.

Lire aussi : Grande-Bretagne : après Hinkley Point, deux autres EPR à Sizewell ?

La centrale d’Hinkley Point C accueillera deux réacteurs EPR d’une capacité totale de 3,2 gigawatts et fournira à terme près de 7% de la consommation d’électricité du Royaume-Uni, soit l’équivalent de la consommation de plus de cinq millions de foyers en électricité. Le groupe EDF prévoit d’investir au total près de 18 milliards de livres sterling dans ce projet, soit environ 21 milliards d’euros.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 30 Avr 2014
Selon des ingénieurs du MIT, qui tentent comme beaucoup d’autres de tirer les leçons de la catastrophe de Fukushima Daiichi, la réalisation d’une centrale nucléaire offshore permettrait d’éviter les risques liés aux tsunamis et autres phénomènes naturels imprévisibles. Plus sûr…
jeu 21 Avr 2016
Mercredi 27 avril, France 3 Normandie diffusera un documentaire pour évoquer l’avenir du nucléaire dans la région. En donnant la parole à plusieurs intervenants, les journalistes s'intéressent entre autres aux travaux de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), mais aussi aux retombées économiques du…
ven 3 Juin 2016
Le groupe EDF a inauguré, mercredi 1er juin, un nouveau réacteur nucléaire miniature destiné à étudier les effets du vieillissement du béton utilisé dans les centrales nucléaires. Cette maquette, unique au monde, baptisée « Vercors », permettra la mise en…
jeu 28 Mai 2015
Le célèbre projet ITER fêtera l’an prochain son dixième anniversaire, une occasion pour dresser un bilan de ce qui sera peut-être la première unité à produire de l’énergie nucléaire grâce au principe de fusion. Contrairement à la fission nucléaire qui…

COMMENTAIRES

  • La construction de 2 réacteurs EDF à Hinkley Point puis 2 autres ensuite est une bonne nouvelle pour l’industrie de pointe française. Il s’agit du réacteur le plus puissant et le plus sûr au monde, il n’émettra aucun gaz à effet de serre néfaste pour le climat.

    Répondre
  • C’est bien que la part d’énergies renouvelables pour la production d’électricité soit supérieure à celle de nucléaire en GB et le reste comme prévu car çà permet un meilleur bilan en terme d’émissions de Ges, et ce d’autant plus avec l’arrivée massive des véhicules électriques dès 2020/2022.

    Pour rappel en effet le nucléaire est plus émetteur de C02 (tout comme le gaz de schiste sur tout son cycle d’exploitation émet autant que le charbon ou le mazout)

    « Nuclear is not carbon free and emits 6-24 times more carbon-dioxide equivalent emissions than wind per unit energy produced over the same 100-year period. Such emissions include those during (a) planning, permitting, constructing, operating, refurbishing and decommissioning a nuclear plant versus a wind turbine and (b) the emissions associated with reducing carbon sequestration in soil by covering the soil with impermeable material or by mining. Whereas, the emissions associated with constructing, operating and decommissioning a plant are accounted for in the standard lifecycle assessment (LCA), those associated with the timelag between planning and operation and downtime due to refurbishment (OC, opportunity cost emissions) and emissions associated with the loss of carbon from soil, are not. »

    http://www.ecowatch.com/mark-jacobson-to-james-hansen-nukes-are-not-needed-to-solve-worlds-cli-1882141790.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *