Le Nigéria a sélectionné les sites de ses futurs réacteurs nucléaires - L'EnerGeek

Le Nigéria a sélectionné les sites de ses futurs réacteurs nucléaires

Largement déficitaire sur le plan énergétique, le Nigéria, première économie d’Afrique, entend depuis plusieurs années déjà mettre sur pied un vaste programme de développement du nucléaire civil. L’accord de partenariat conclu avec l’agence russe Rosatom en avril dernier confirme ses intentions et devrait se concrétiser par la construction de deux centrales nucléaires. Les sites auraient déjà été sélectionnés.

Si aucune des parties n’a souhaité révéler officiellement les sites choisis par le gouvernement, l’agence Rosatom aurait bien confirmé, le vendredi 19 juin dernier, la sélection des sites sur lesquels seront construits quatre réacteurs. Selon une source proche de l’agence nucléaire nigériane, les deux centrales pourraient être construites dans l’État d’Akwa Ibom, au sud-est du Nigeria, et dans l’État de Kogi, au centre-nord du pays.

Une première étape rassurante pour Rosatom qui malgré le pacte signé en avril 2015 avec la Commission à l’énergie atomique nigériane, semble s’inquiéter de la faisabilité réelle du projet. Un réacteur coûte en effet entre cinq et huit milliards de dollars et le gouvernement nigérian, fragilisé par des tarifs du pétrole en forte baisse, n’a toujours pas justifié des capacités de paiement suffisantes.

Pour rappel, le mix énergétique nigérian est composé actuellement de 80% de centrales électriques au gaz pour une capacité de production total oscillant entre 6.000 et 7.000 MW. Une capacité trop faible pour assurer un approvisionnement électrique quotidien aux 170 millions de Nigérians. Selon le World Energy Council, un rapport officiel publié par l’Agence internationale de l’Energie, environ 87 millions de Nigérians ne bénéficieraient actuellement pas de couverture électrique.

A l’instar de nombreux pays en développement, le Nigéria compte donc désormais sur l’énergie nucléaire pour résoudre cette crise énergétique. Si le pays n’a aucune expérience dans le développement et l’exploitation de centrales nucléaires, il possède déjà de petits réacteurs de recherche et devrait bénéficier d’un accompagnement russe pour la construction, l’exploitation ou la formation d’ingénieurs compétents.

Crédits photo : CR

Rédigé par : livingston-thomas

Avatar
lun 7 Juil 2014
[caption id="attachment_3829" align="alignleft" width="300"] photo : Luigi Rosa[/caption] L’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire suisse (IFSN) vient de livrer son rapport pour l’année 2013. Il en ressort qu’aucun incident grave n’a été en signalé parmi les 34 irrégularités recensées (7…
Entre le développement des énergies renouvelables en pleine expansion, les innovations dans le secteur du thermique et les débats houleux dont fait l'objet le secteur du nucléaire, la France a connu une actualité énergétique 2016 passionnante sur laquelle «  L'Energeek  » se propose…
ven 5 Mai 2017
Après le débat de l’entre-deux-tours de la présidentielle et avant de connaître dimanche 7 mai 2017 le futur président de la République, la politique énergétique proposée par les deux candidats interroge. Alors qu’Emmanuel Macron souhaite mettre en œuvre la transition…
mar 2 Sep 2014
Le groupe nucléaire Areva a annoncé dans la nuit de dimanche à lundi 1er septembre, un délai supplémentaire pour la mise en service du réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR en construction à Olkiluoto en Finlande. Prévu à l'origine pour…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.