La plus grosse batterie de France installée dans l’Aube - L'EnerGeek

La plus grosse batterie de France installée dans l’Aube

Éoliennes et champ de colza en fleur - OlympiLes énergies renouvelables sont souvent critiquées pour l’intermittence de leur production : pour pallier ce problème, les expérimentations de stockage de l’électricité se multiplient. Dans l’Aube, la plus grosse batterie de France métropolitaine, baptisée Venteea, vient d’être installée par une association de huit industriels de l’énergie et connectée à deux parcs éoliens de 6 et 12 MW. Cette batterie sera en mesure de stocker 1,3 MWh d’énergie.

En 2011, le gouvernement français a lancé un Appel à Manifestation d’Interêt du programme « Réseaux Electriques Intelligents », en partenariat avec l’ADEME. En juin 2012, le projet Venteea a été retenu pour une durée de trois ans. Il vise, entre autres, à mettre au point un démonstrateur pour mieux insérer l’électricité verte sur le réseau électrique et ainsi favoriser le développement des énergies renouvelables.

Le projet Venteea est porté par huit partenaires industriels (ERDF, Saft, Schneider Electric, General Electric, EDF R&D, Boralex, RTE et Made) et deux structures universitaires (l’Université de Technologie de Troyes et le Laboratoire d’électrotechnique et d’électronique de puissance (L2EP) de Lille).

C’est dans le cadre de ce projet que la plus grande batterie de France vient d’être installée et connectée dans l’Aube à deux parcs éoliens d’une puissance de 6 et de 12 MW situés au Sud de Troyes.

Cette batterie lithium de type « Intensium » max 2MW/1,3MWh a été mise au point par Saft et associée à l’Energy Storage Box de Schneider Electric. Ce démonstrateur a coûté 23 millions d’euros, en partie financés par l’ADEME.

Au-delà de stocker l’énergie et donc de mieux répondre à la demande, cette batterie a la faculté de lisser l’approvisionnement électrique et de gérer les variations grâce à un système de pilotage intelligent par informatique qui permet à la batterie de communiquer directement avec le réseau électrique. Ce système intelligent, qui s’appuie notamment sur des prévisions de production de la veille pour le lendemain en fonction des conditions météo,  permet de limiter les effets négatifs de l’intermittence sur le réseau (hausse de la tension, pertes en ligne…) .

Ce genre d’expérimentations doit permettre de contribuer à la hausse de la part des énergies renouvelables intermittentes dans la consommation française d’énergie (celle-ci doit atteindre 32% en 2050) mais aussi à la conversion de notre réseau en « smart grid ».

Crédit photo : Olympi

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 27 Mai 2013
Dans le but d’améliorer la gestion de l’énergie dans les régions insulaires, le groupe EDF a mis au point une opération-pilote du nom de Millener (Mille Installation de Gestion Energétiques dans les îles françaises). Un projet qui concerne 1.500 clients entre…
mar 16 Jan 2018
Dans un communiqué publié lundi 15 janvier 2018, le gendarme de l’énergie recommande d'augmenter en moyenne de 0,8% les tarifs réglementés de vente d'électricité, « du fait des évolutions récentes de certains éléments entrant dans la composition de ces tarifs…
mer 21 Jan 2015
La filiale d'EDF en charge de la gestion du réseau public de transport d'électricité, Réseau de Transport d'Électricité (RTE) et l'École Centrale de Nantes ont lancé, mercredi 14 janvier, une chaire internationale de recherche et d'enseignement consacrée aux réseaux électriques…
jeu 25 Nov 2021
Mieux qu'une boule de cristal, RTE vient de lancer un nouveau dispositif pour suivre l'approvisionnement en électricité. Le gestionnaire de réseau estime que ce nouvel outil permettra de mieux prendre en compte les conditions météo et la disponibilité du parc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.