Réseau électrique : pourquoi une nouvelle liaison France-Espagne ? - L'EnerGeek

Réseau électrique : pourquoi une nouvelle liaison France-Espagne ?

Ligne_haute-tensionAfin d’assurer une sécurité d’approvisionnement en électricité optimale, a fortiori lorsque se produisent des pics de consommation, de nombreux pays réalisent de vastes projets d’interconnexion de leurs réseaux électriques. Une nouvelle liaison entre la France et l’Espagne sera ainsi inaugurée vendredi 20 février à Montesquieu-des-Albères, entre Perpignan et Barcelone, par les Premiers ministres Manuel Valls et Mariano Rajoy.

 

Un chantier sans précédent

La France et l’Espagne s’apprêtent à mettre en service une nouvelle liaison électrique souterraine à très haute tension (320 kilovolts). Cette ligne de 65 kilomètres, installée dans les Pyrénées-Orientales, traverse le massif des Albères par une galerie large de 3,5 mètres et longue de 8,5 kilomètres.

Le projet, lancé en 2008, devrait se concrétiser par une mise en service au mois de juin. Cette nouvelle interconnexion entre la France et l’Espagne a nécessité un investissement de 700 millions d’euros de la part des gestionnaires de réseau RTE (Réseau de Transport d’Electricité, côté français) et REE (Red Electrica de Espana, côté espagnol). En tant que “projet d’intérêt européen”, elle a bénéficié d’une subvention de l’Union européenne (225 millions d’euros) ainsi que d’un prêt de la Banque européenne d’investissement (350 millions d’euros).

Il s’agit de la cinquième liaison entre la France et l’Espagne. De par sa puissance, elle va doubler le niveau d’interconnexion entre la France et l’Espagne – de 1,4 à 2,8 GW. Cette ligne permettra d’exploiter de manière optimale le différentiel de consommation entre les deux pays : en France, les pointes sont atteintes à 19h, s’établissant à un niveau de plus de 80 GW ; en Espagne, les pics de consommation sont observés aux alentours de 21h, à un niveau de 40 GW.

En 2014, à travers les interconnexions existantes, la France a exporté vers l’Espagne 69% du temps, avec un solde exportateur de 3,6 TWh. Problème : ces lignes sont aujourd’hui saturées. D’où la nécessité de porter les capacités d’interconnexion à un niveau supérieur.

 

Renforcer l’interconnexion entre la France et l’Espagne

Le renforcement de l’interconnexion franco-espagnole permettra de jouer sur les différents profils de production des deux pays : la France pourra ainsi exporter une énergie nucléaire décarbonée, tandis que l’Espagne pourra partager dans de plus amples proportions ses capacités renouvelables. En-deçà des Pyrénées, en effet, les énergies renouvelables se sont fortement développées au cours des dernières années. Aujourd’hui, sur les 102 GW de capacités de production électrique que compte l’Espagne, l’éolien et le solaire réunis représentent 30 GW et l’hydraulique 20 GW.

“Dans les périodes de forte disponibilité de la ressource hydraulique et éolienne, l’Espagne est capable d’assurer toute sa consommation par des renouvelables, voire d’en avoir en trop”, explique Jean Verseille, directeur des Affaires européennes de RTE. “Il y a des périodes où l’Espagne doit baisser et donc finalement laisser perdre de la production d’éoliennes car il n’y a pas assez de consommation et pas les capacités pour faire profiter le reste de l’Europe de cette production”, ajoute-t-il. “Le renforcement de l’interconnexion va permettre cette valorisation des énergies renouvelables espagnoles, pour le bénéfice à la fois des consommateurs français et de façon plus large des consommateurs européens”.

Les pouvoirs publics se penchent d’ores et déjà sur un nouveau projet de liaison électrique, qui permettrait de porter le niveau d’interconnexion à 5 GW après 2020.

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
mar 7 Juin 2016
L’Association méditerranéenne des agences nationales pour l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables (Medener) organisait sa 4e conférence internationale fin mai dernier, alors que l'espace maritime qui relie entre elles Europe, Afrique et Asie va faire face à de nombreux défis dans les…
mer 9 Sep 2015
Voilà quatre ans que les ingénieurs de la société Geps Techno, PME basée à Saint-Nazaire, planchent sur un concept innovant et totalement inédit de centrale électrique offshore. Développé sous le nom de MLiner, ce projet vise la création d'une structure…
ven 28 Fév 2014
La nouvelle version de la centrale thermique à gaz de Martigues se veut le plus sobre possible sur le plan environnemental. Ses deux cycles combinés, dotés de technologies récentes en matière de limitations des émissions, ont un rendement 56% supérieur…
ven 7 Août 2015
Les volontés locales et industrielles pour développer les énergies marines ne suffisent pas pour concrétiser les projets. L’Etat reste le seul décideur en matière de domaine maritime public et c'est donc avec une certaine logique, que le gouvernement et l'Ademe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.