Démantèlement de Fukushima : la piscine du réacteur 4 sécurisée - L'EnerGeek

Démantèlement de Fukushima : la piscine du réacteur 4 sécurisée

Earthquake and Tsunami damage-Dai Ichi Power Plant, JapanPlus de trois ans et demi après l’accident nucléaire de Fukushima, l’un des dangers majeurs qui persistait sur le site de la centrale vient enfin d’être écarté grâce au retrait du combustible nucléaire présent dans la piscine du réacteur numéro 4. Une opération qui permet d’écarter le risque de nouveaux dégagements radioactifs si une nouvelle catastrophe venait à frapper le site de la centrale. Pour autant, la totale sécurisation du site et son démantèlement sont très loin d’être achevés.

La réussite de l’extraction du combustible de la piscine du réacteur 4

Après plus d’un an de travail, c’est une étape importante de la longue sécurisation du site de Fukushima qui vient de s’achever. En effet, TEPCO (Tokyo Electric Power, exploitant de la centrale de Fukushima) vient d’annoncer la réussite sans incident de l’extraction du combustible nucléaire de la piscine du réacteur numéro 4 de la centrale. Cette manœuvre avait commencé en novembre 2013 et constitue « une avancée importante » selon le directeur de la centrale.

Ce sont plus de 1533 assemblages de combustible qui ont dû être retirés de la piscine et transférés vers un bassin de sécurisation présent sur le site, plus sûr car à l’écart des réacteurs et non exposé à un autre tsunami. Tous les éléments de combustible ainsi que des débris ont donc été récupérés puis transférés vers ce bassin sécurisé.

Pour réaliser cette extraction, une couverture a été mise en place au-dessus du réacteur 4. De plus, un système d’extraction spécifique constitué notamment de deux grues et d’une chambre de décontamination a été construit. Cette opération était particulièrement délicate du fait de la radioactivité du site et de son état.

Un chantier très loin d’être terminé pour TEPCO et les Japonais

La sécurisation du réacteur numéro 4 était particulièrement urgente car sa structure est très endommagée : un séisme risquait d’exposer les barres de combustibles à l’air libre. Faute de pouvoir refroidir ces éléments, cette situation aurait pu causer des dégagements massifs de substances radioactives.

Mais bien que ces manœuvres aient été particulièrement délicates, de très nombreuses opérations doivent encore être faites pour achever la stabilisation du site. Le combustible présent dans les réacteurs 1, 2 et 3 doit également faire l’objet de transferts, dans des conditions encore plus difficiles.

En effet, les cœurs des trois autres réacteurs de la centrale (celui du réacteur 4 était vide au moment de l’accident) ont fondu, ce qui rend les opérations de nettoyage particulièrement longs et délicats. Pour l’heure, TEPCO ne connait pas l’état dans lequel se trouve le combustible fondu et ne sait pas comment le récupérer.

A tout cela s’ajoutent les questions relatives au traitement des eaux contaminées, actuellement stockées dans des réservoirs sur le site, toujours exposé à une nouvelle catastrophe naturelle. TEPCO considère que plus de quarante ans seront nécessaires au démantèlement complet de la centrale.

Crédit photo : Digital Globe

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 24 Sep 2014
Le groupe nucléaire français Areva prévoit de créer 200 emplois dans le cadre du grand chantier de démantèlement de l'ancienne usine UP2-400 située à la Hague, dans le Cotentin. Un ensemble de bâtiments destinés aujourd'hui au stockage de déchets radioactifs…
ven 8 Août 2014
Interviewé par Matin Première, Willy De Roovere, l’ancien directeur de l’agence fédérale de contrôle nucléaire (l’équivalant de l’ASN française), est revenu sur le présent et l’avenir du parc nucléaire belge. Selon De Roovere, même si les centrales ont initialement été conçues…
jeu 16 Fév 2017
Lancé depuis plusieurs années dans le sud de la France, le projet expérimental ITER repose sur l’espoir de créer une centrale d’un nouveau genre basée sur la fusion nucléaire. Par son envergure, ce projet est considéré comme le plus ambitieux projet énergétique au monde. Trop…
jeu 25 Avr 2013
Mercredi 24 avril, le ministre japonais de l’Industrie, Toshimitsu Motegi, a estimé possible une relance des réacteurs nucléaires dès cet automne. Actuellement, 48 des 50 unités du Japon se trouvent à l’arrêt. Le Japon s’apprête à tourner la page Fukushima.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.