Retour sur la conférence internationale de l'énergie nucléaire en Russie - L'EnerGeek

Retour sur la conférence internationale de l’énergie nucléaire en Russie

centrale_nucleaire_belleville creditphoto So_PDu 27 au 29 juin dernier, s’est déroulée à Saint-Pétersbourg la conférence ministérielle internationale sur l’énergie nucléaire, organisée par le géant russe du nucléaire Rosatom. Plusieurs experts du nucléaire s’y sont réunis pour faire un état des lieux de la filière.

L’objectif principal de cette conférence internationale était de confronter plusieurs acteurs du nucléaire sur la viabilité, l’état, et les perspectives de l’énergie nucléaire. Le but, selon les organisateurs, était aussi de mettre en perspective le besoin croissant d’électricité dans le monde avec le contexte actuel de développement durable.

[stextbox id=”info”]Un état des lieux du nucléaire[/stextbox]

D’après Luc Oursel, le président du directoire d’Areva, « l’effet de Fukushima s’est atténué ». Il explique ainsi que la demande en nucléaire est repartie, aussi bien pour les pays déjà pourvus de centrales, que de nouveaux pays qui souhaitent s’équiper (comme la Turquie, ou le Vietnam).

Selon lui, la capacité nucléaire mondiale va augmenter de près de 50 % d’ici à 2035, car un nombre croissant de pays voudraient s’équiper de centrales nucléaires. A l’heure actuelle, 400 réacteurs sont actifs dans le monde, et 70 sont en construction.

Le patron d’Areva estime que depuis Fukushima, l’industrie nucléaire a fait en sorte de moderniser les réacteurs, et améliorer la gestion des crises potentielles. Selon Luc Oursel, ces démarches ont permis de « reconstruire la confiance de la population pour le nucléaire ».

Cette conférence a également permis aux lobbys du nucléaire de s’exprimer sur les avantages de cette source d’énergie : fiable, avec de rares accidents, permettant l’indépendance énergétique, et respectueuse de l’environnement.

« Si on arrêtait toutes les centrales en service aujourd’hui dans le monde, il y aurait d’un coup une émission de plus de 1,7 milliard de tonnes de CO2 par an », a affirmé le patron de Rosatom.

[stextbox id=”info”]Mise en place de nouveaux partenariats[/stextbox]

Lors de cette conférence, des contacts et partenariats ont pu être organisés entre différents acteurs du nucléaire. Areva par exemple a annoncé avoir cherché avec le russe Rosatom des « opportunités industrielles », afin de « renforcer leur coopération ».

Dans cette optique, des tests sur un prototype français de réacteur de quatrième génération seront fait en août en Russie.

Un protocole d’entente a également été signé entre le Commissariat à l’énergie atomique (organisme français de recherche sur les énergies), Rosatom et le département américain à l’Énergie pour le développement d’un nouveau réacteur expérimental à neutrons rapides. Le projet, qui était initialement uniquement Russe, est prévu pour 2020.

 

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 12 Juin 2018
Sous l’impulsion de Jacques Archimbaud, président de la Commission particulière du débat public (CPDP), un panel de 400 citoyens a été tiré au sort pour éclairer le débat sur la révision de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Après avoir…
lun 25 Fév 2013
Le réseau européen des organismes techniques de sûreté ETSON vient de publier quatre guides destinés à promouvoir de meilleures pratiques pour l’évaluation de la sûreté nucléaire, et les diffuser à l’échelle européenne et mondiale. Ces guides ont été rédigés à…
mer 16 Jan 2019
Dans la course au développement des énergies renouvelables, la Chine mise en partie sur une option très ambitieuse mais incertaine : un soleil artificiel. En effet, la nature offre bon nombre de solutions techniques à l’homme et les scientifiques chinois tentent…
mer 17 Nov 2021
Ce 15 novembre 2021, le débat sur le futur énergétique de la Belgique s'est encore complexifié. Alors que le pays n'est toujours pas parvenu à présenter un plan crédible pour respecter ses engagements de l'Accord de Paris, la ministre de…

COMMENTAIRES

  • Si on arrêtait toutes les centrales nucléaires dans le monde, cela ne poserait guère de problèmes pour la plupart des pays, la France exceptée.

    Mais en les remplaçant par des centrales à gaz, ce qui est relativement rapide à construire, les émissions de CO2 augmenteraient seulement de 1.100 Mt, ce qui est 2,2% de toutes les émissions de gaz à effet de serre.

    http://energeia.voila.net/nucle/sans_nucleaire_co2.htm

    Ne tombons pas dans le panneau du nucléaire qui prétend avoir une quelconque influence sur les émissions de GES.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.