En raison de températures inférieures aux normales de saison, la demande d’électricité reste très élevée. Par conséquent, des pics de consommations, qui ont habituellement lieu en hiver, continuent de se produire. Ce fut le cas vendredi 5 mars. Alors qu’une partie du parc nucléaire est actuellement à l’arrêt pour maintenance, le mécanisme d’effacement de consommation s’est montré très efficace : 500 ...