Normandie : le gendarme du nucléaire juge le niveau de sûreté satisfaisant - L'EnerGeek

Normandie : le gendarme du nucléaire juge le niveau de sûreté satisfaisant

parc-nucleaire-normand-gendarme-nucleaire

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a présenté, mercredi 13 septembre 2017, ses appréciations concernant l’état de la sûreté et de la radioprotection au sein du parc nucléaire normand. Le gendarme du nucléaire, en charge de réaliser les contrôles de sûreté et de sécurité des exploitations, y évoque un bilan “globalement satisfaisant” pour l’année 2016. 

Seul et unique exploitant du parc nucléaire français, le groupe EDF est le premier responsable de la sûreté des installations nucléaires et doit mettre en œuvre, en accord avec l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), les dispositions qui permettront de garantir leur bon fonctionnement, d’éviter les accidents et de gérer les éventuels incidents de manière à en minimiser les conséquences. De son côté, l’ASN est chargée en tant qu’autorité administrative indépendante, de s’assurer que l’exploitant respecte les exigences de la réglementation en matière de sûreté nucléaire, et de contrôler les installations de manière régulière.

Lire aussi : Sûreté nucléaire : l’année 2016 jugée satisfaisante en France

La région Normandie abrite actuellement trois centrales de production nucléaire en activité dont celles de Flamanville dans la Manche, et de Paluel et Penly en Seine-Maritime. Pour ces trois sites, “les performances en matière de sûreté sont jugées globalement satisfaisantes et rejoignent l’appréciation générale que l’ASN porte sur EDF”, a déclaré mercredi Hélène Héron, chef de la division de l’autorité de sûreté nucléaire (ASN) de Caen, lors d’une conférence de presse à Rouen.

Lire aussi : Sûreté nucléaire : les Diesels d’Ultime Secours au cœur du dispositif post-Fukushima

La division ASN de Caen base ses conclusions sur les 140 inspections réalisées dans les installations nucléaires l’année dernière, ainsi que sur les déclarations d’événements significatifs rapportées par les exploitants tout au long de l’année. Au total, 13 événements ont été recensés sur l’ensemble des installations nucléaires de la région (contre 15 en 2015), tous classés niveau 1 sur une échelle allant de 0 à 7. Concernant le chantier particulier de l’EPR de Flamanville, Mme Héron précise “que l’organisation mise en place par EDF est satisfaisante, même si elle s’est avérée perfectible dans le domaine de la protection de l’environnement” ou encore “sur le traitement des écarts détectés lors de la surveillance effectuée par EDF sur les intervenants extérieurs”.

Crédits photo : EDF

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 6 Déc 2018
Pour améliorer sa stratégie énergétique, les Pays-Bas pensent au nucléaire. En effet, ce jeudi 6 décembre 2018, jour du secteur de l'énergie à la COP24, de nombreux experts soulignent l'intérêt de l'atome, notamment dans la lutte contre les dérèglements climatiques... …
ven 23 Juil 2021
Ce 21 juillet 2021, l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a publié un rapport revenant sur l’abandon par la France, en 2019, du projet de réacteur nucléaire de 4ème génération Astrid. Pour les parlementaires signataires, le report «…
ven 16 Avr 2021
Le 19 mars dernier, Emmanuel Macron a co-signé une lettre pour défendre l'énergie nucléaire en Europe. La France et six autres pays de l'Union Européenne plaident pour cette ressource énergétique. Très décriée en Europe, la filière nucléaire demeure pourtant un…
ven 4 Oct 2013
Comme de nombreux pays en développement, le Bangladesh est confronté à une forte croissance de la demande d’électricité. Un manque de ressources énergétiques qui freine sa croissance économique. Pour faire face à ce problème, le pays d’Asie du Sud a…

COMMENTAIRES

  • 14 septembre. EDF annonce avoir découvert 471 “anomalies” et 130 “non-conformités” sur les équipements de douze de ses réacteurs nucléaires en fonctionnement. A cela s’ajoutent 95 anomalies et 16 non-conformités découvertes sur les équipements de l’EPR de Flamanville en cours de construction.

    Cette annonce intervient alors que l’ASN s’apprête à imposer à EDF de réaliser un contrôle de l’ensemble des équipements fabriqués au Creusot et installés sur ses 58 réacteurs en fonctionnement. L’électricien devra remettre le résultat de ces audits au plus tard deux mois avant le redémarrage de chacun de ses réacteurs lors du prochain arrêt pour renouvellement du combustible.

    Actuellement, EDF a audité 309 composants équipant douze réacteurs : Chooz 2, Paluel 4, Saint-Laurent 2, Penly 1, Cruas 3, Dampierre 3, Belleville 2, Tricastin 3, Chinon B3, Nogent 1, Gravelines 2 et Bugey 3. Les 471 anomalies correspondent à des constats de non-conformité avec une exigence contractuelle ou réglementaire. 
Les 130 non-conformités traduisent le non-respect d’une exigence interne à l’usine du Creusot, le fabricant des équipements.

    Avec 93 anomalies et 19 non-conformités pour 34 pièces fabriquées au Creusot, le réacteur 3 du Bugey est le plus affecté. A l’opposé, Cruas 3 est le moins affecté : 16 anomalies et 3 non-conformités ont été découvertes sur 18 pièces.

    https://www.actu-environnement.com/ae/news/edf-aomalies-non-conformites-equipement-creusot-29652.php4

    Répondre
  • Qui êtes-vous donc, Energie+, pour vous y connaître autant ??? En tout cas merci pour tous vos commentaires et précisions, très intéressants.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.