Les centrales nucléaires flottantes : enjeux et perspectives - L'EnerGeek

Les centrales nucléaires flottantes : enjeux et perspectives

centrale_nucleaire_offshore-creditphoto-mitAlors que les centrales nucléaires traditionnelles sont situées dans les terres, généralement près d’un cours d’eau, parfois en bord de mer, une nouvelle technologie est en train de voir le jour : les centrales nucléaires flottantes. Où en sont les recherches ? Quelles en sont les avantages et les perspectives ?

 

Centrales nucléaires flottantes : quels avantages ?

Si la catastrophe de Fukushima, survenue en 2011, a permis aux opinions publiques à prendre conscience des dangers liés à la production d’énergie nucléaire, eu égard notamment aux risques sismiques, elle est aussi venue rappeler aux Etats et à la communauté internationale la nécessité de repenser la construction et l’exploitation des centrales.

Pour que ces centrales puissent se refroidir, elle doivent avoir un accès abondant à l’eau. Pour cette raison, nombreux sont les réacteurs situés en bord de mer. Cependant, certains sont implantés sur des côtes exposées aux risques sismiques (tremblements de terre, tsunamis).

Afin de réduire ces risques, une solution consisterait à installer les futures centrales nucléaires au large des côtes – généralement très peuplées -, dans les océans. Elles seraient ainsi moins vulnérables aux tremblements de terre, atténués par l’eau de mer, et auraient un accès à l’eau illimité pour alimenter leurs circuits de refroidissement, notamment en cas d’urgence.

Si la question des centrales flottantes se pose aujourd’hui avec acuité, c’est parce que le nucléaire demeure une énergie d’avenir, permettant de répondre aux besoins énergétiques sans cesse croissants des populations sans émettre de gaz à effet de serre. “Plus de 70 réacteurs nucléaires sont actuellement construits, mais ce n’est pas suffisant pour réduire les émissions mondiales de CO2, explique Jacopo Buongiorno, professeur d’ingénierie nucléaire au Massachusetts Institute of Technology (MIT). La question, c’est : pourquoi n’en construisons-nous pas plus ?”

 

Les avancées du MIT

Les Russes ont été les premiers à se pencher sur cette nouvelle technologie. Au mois d’avril, Moscou annonçait ainsi la construction – à partir de 2016 – d’une première centrale nucléaire flottante en Sibérie.

Aujourd’hui, c’est le MIT qui s’y intéresse de près. Une équipe de chercheurs a récemment proposé un nouveau concept de centrale offshore. Deux modèles sont développés : le premier mesurerait 45 mètres de diamètre et accueillerait un réacteur d’une puissance de 300 MW ; le second de 75 mètres de diamètre pour une capacité de 1.100 MW. Ces centrales d’un nouveau genre seraient implantées à plus de 12 kilomètres des côtes.

Cette technologie est une combinaison de deux infrastructures : les centrales nucléaires et les plateformes pétrolières offshore. A l’instar de ces dernières, les centrales flottantes seraient en mesure d’accueillir un héliport et une base de vie pour le personnel.

D’après les chercheurs, ces centrales nucléaires flottantes seraient à la fois plus sûres et moins chères que les modèles traditionnels implantés sur terre. Une première étude de marché réalisée dans le cadre de leurs recherches fait état de plusieurs marchés porteurs, tels que le Moyen-Orient ou l’Asie de l’Est et du Sud-est. Cependant, il faudra procéder au cas par cas, tant la rentabilité des équipements demeure dépendante des sites et de leurs contraintes.

Avant d’envisager toute commercialisation à l’échelle industrielle, les chercheurs du MIT s’emploient à affiner leur concept, en prenant soin notamment de déterminer la méthode optimale pour réapprovisionner les centrales en combustible.

 

Crédit photo : Massachusetts Institute of Technology

Rédigé par : Fabien Maout

Avatar
ven 11 Mar 2016
La ministre du Logement et membre du parti écologiste, Emmanuelle Cosse, a profité de son passage au Grand Jury de RTL pour rappeler les engagements du gouvernement sur le nucléaire. Quelques jours plus tard, la ministre de l’Energie, Ségolène Royal, a entre…
mer 4 Mai 2022
Ce lundi 2 avril 2022, Fennovoima, le consortium à majorité finlandaise en charge de la construction du réacteur nucléaire de Pyhajöki, dans le Nord de la Finlande, a annoncé l’annulation de son contrat avec le russe Rosatom, en raison des…
mer 23 Sep 2020
La Pologne a annoncé sortir progressivement du charbon pour s’engager massivement vers l’éolien offshore et, surtout, le nucléaire. Un investissement de 33 milliards d’euros, destiné à construire les premières centrales nucléaires polonaises, a d’ores et déjà été acté par les…
lun 21 Mai 2018
Bien que le dossier de l'EPR français de Flamanville traîne en longueur, EDF continue d'avancer sur ce projet à l'international. Ainsi, la construction de son EPR en Chine vient de franchir une nouvelle étape en avril dernier : le combustible…

COMMENTAIRES

  • Ce sera vraiment une bonne chose car ce type de centrale devenues furtives et qui seront exposées aux aléas de la mer comme les tempêtes (ouragan, typhons…) et autres tsunamis ne le seront par contre plus du tout à l’opinion publique. Ainsi, lorsque surviendront les avaries on les poussera en haute mer pour les couler et comme ça le problème n’aura jamais existé

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.