Feu vert des autorités britanniques pour l'usine marémotrice géante - L'EnerGeek

Feu vert des autorités britanniques pour l’usine marémotrice géante

Visuel artistique du projet - Tidal Lagoon PowerEn 2018, un lagon artificiel pourrait permettre à 155 000 foyers gallois d’être alimentés en électricité verte. C’est en tout cas l’objectif du projet de Tidal Lagoon Power, qui consiste à construite une digue en arc de cercle d’une dizaine de kilomètres de long. Des turbines installées dans cette structure seraient capable de transformer en électricité l’énergie des mouvements de la marée. Pour que ce projet voie le jour, les autorités britanniques viennent de délivrer une autorisation d’aménagement, et se sont engagées à subventionner le projet. Parallèlement, une entreprise chinoise vient d’être désignée pour construire cette usine.

Si elle voit le jour, l’usine marémotrice de Tidal Lagoon Power deviendra sans conteste la plus puissante centrale de ce type jamais installée. En effet, le projet vise à construire une digue de 10 kilomètres de long en forme de fer à cheval et équipée de turbines capables de produire environ 500 GWh d’électricité par an grâce au mouvement des marées dans la baie de Swansea, au Pays de Galles.

Une telle infrastructure permettrait d’alimenter l’équivalent de 155 000 foyers en électricité, d’après le gouvernement britannique. Ce dernier vient d’autoriser lancement de ce projet estimé à 1 milliard de livres (1,37 milliard d’euros) et subventionné à hauteur de 200 millions de livres.

Le prix d’achat de l’électricité produite par la future usine marémotrice géante fait toujours l’objet de discussions entre Tidal Lagoon Power et le gouvernement britannique. Le projet est en effet dénoncé car il risque d’accroitre la facture d’électricité des ménages, mais aussi car il nécessitera le transport de lourdes pierres et la construction de la digue dans un secteur de préservation marine.

Malgré ces critiques, l’usine marémotrice pourrait être mise en service dès 2018. La construction sera assurée par l’entreprise publique chinoise « China Harbour Engineering Company », qui vient de remporter un marché estimé à 300 millions de livres.

L’entreprise Tidal Lagoon Power est d’ores et déjà en train d’élaborer un nouveau projet pharaonique capable d’alimenter l’ensemble du Pays de Galles en électricité, tandis que d’autres projets de plus petite dimension sont en cours d’étude dans tout le Royaume-Uni. Des investissements durables, puisque la durée de vie d’une telle infrastructure est estimée à 120 ans.

Crédit photo : Tidal Lagoon Power

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 20 Avr 2017
Si la Maison Blanche n'a pas encore pris de décision officielle concernant l'adhésion des Etats-Unis à l'accord de Paris, la préférence du président Donald Trump et de ses partisans ne fait guère de doute. Interviewé vendredi 14 avril 2017 sur…
jeu 7 Juil 2016
L’Europe est à l’aube d’une nouvelle ère basée sur l’utilisation massive des énergies renouvelables. C’est en substance l'une des conclusions du "New Energy Outlook 2016", publié en juin par l’agence américaine Bloomberg New Energy Finance. Selon les experts qui ont…
ven 3 Fév 2017
Suite à la réforme du mécanisme de soutien dans la filière éolienne terrestre, la ministre de l'Environnement et de l'Energie a dévoilé son ambition de lancer prochainement un nouvel appel d'offres pour le développement des installations éoliennes terrestres de moyenne…
lun 29 Fév 2016
En entamant le démantèlement de l’ancienne centrale thermique à Bellefontaine, l’île de la Martinique souhaite accélérer sa transition énergétique. En octobre 2014, le conseil régional et EDF Martinique avaient notamment signé une convention prévoyant « la création d'un pôle de transition énergétique…

COMMENTAIRES

  • C’est très intéressant, avec une production d’électricité prévisible variant avec les heures des marées.

    Un bon complément pour l’éolien et le solaire, avec possibilité d’ajouter une part de stockage pour les excès d’électricité éolienne et solaire. Un peu comme l’usine marémotrice de la Rance en France et aussi les STEP.

    Moins cher du kWh que le projet nucléaire avec des EPR à Hinkley, plus rapide à construire, permettant en plus de créer une grande base de loisirs avec de belles promenades à faire sur la digue.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.