ITER Central Solenoid : l'aimant supraconducteur du futur réacteur de fusion - L'EnerGeek

ITER Central Solenoid : l’aimant supraconducteur du futur réacteur de fusion

iter-aimantC’est en 2008 que le projet ITER débute avec un objectif aussi clair qu’ambitieux : mettre au point le premier réacteur de fusion nucléaire au monde. Des scientifiques européens, américains, chinois, japonais, coréens, indiens et russes forme un comité scientifique qui œuvre depuis dans un centre de recherche implanté en France, à Cadarache dans les Bouches-du-Rhône. Avril 2015 marque un tournant dans ce chantier d’envergure puisque qu’il arrive à une étape cruciale : le déploiement du système d’alimentation électrique qui servira notamment à fournir de l’électricité à l’électro-aimant en charge de stabiliser le plasma. Explications.

 

Un aimant surpuissant pour contenir le plasma

La fusion nucléaire est un processus pendant lequel deux noyaux atomiques légers s’assemblent pour former un noyau plus lourd : un procédé dont la production énergétique est de 3 à 4 fois supérieure à celle issue de la fission nucléaire utilisée actuellement dans nos centrales. Si la maîtrise de la fusion nucléaire fournirait une source d’énergie quasiment inépuisable et ne générerait que très peu de déchets radioactifs (le graal de la production d’énergie en somme), elle générerait cependant du plasma, un gaz chaud électriquement chargé qu’il faudrait contenir au cœur du réacteur.

Pour y parvenir, les scientifiques du projet ITER ont décidé de créer un champ électromagnétique puissant grâce à un électro-aimant de conception américaine. Ce sont les plans de cette pièce maîtresse que l’entreprise californienne General Atomics a présenté vendredi 10 avril dans la ville de San Diego.

Cet aimant supraconducteur, “haut comme un immeuble de 7 étages”, a été baptisé Iter Central Solenoid. Il pèsera 1.000 tonnes et est annoncé comme le plus puissant au monde : selon les scientifiques chapeautant le projet, il serait assez puissant pour soulever un avion de ligne hors de l’eau. Dans le cadre du complexe Tokamak, il servira à générer un champ magnétique “200.000 fois supérieur à celui de la Terre” afin de contrôler le plasma suffisamment longtemps pour que les atomes fusionnent.

 

De l’importance du système d’alimentation électrique

Plusieurs parties de l’Iter Central Solenoid vont être transportées par camion jusqu’au Texas d’où elles seront acheminées par voie maritime jusqu’en France pour y être assemblées. Une fois qu’il sera déployé, cet équipement nécessitera d’importants volumes d’électricité pour fonctionner (notamment pour abaisser la température de ses aimants supraconducteurs). D’où l’importance du système d’alimentation électrique du complexe.

L’alimentation de la machine ITER sera assurée par deux postes électriques hautes tension équipés de sept transformateurs. Le chantier qui permettra de mettre sur pied l’ensemble de cette infrastructure d’approvisionnement en électricité a débuté. Il devrait s’étaler sur une période de 5 à 6 ans.

Le chantier du premier réacteur expérimental de fusion nucléaire va à ce titre connaitre un regain d’intensité : en plus d’effectifs humains qui vont passer de 1.500 à 3.000 personnes d’ici 2017, 10 grues viendront d’ajouter à celles déjà en place sur le site. Reste que le projet ITER est un immense défi technique et que de nouvelles problématiques doivent en permanence être surmontées.

 

“En 2010, notre objectif était une production d’un premier plasma avant 2020. Il est clair aujourd’hui que cet objectif n’est plus tenable”, a d’ailleurs déclaré Bernard Bigot, le nouveau directeur général d’Iter Organization. À l’heure actuelle, la première production de plasma ne devrait pas se faire avant 2027.

Crédit photo : General Atomic

aimant_iter

 

Rédigé par : guy-belcourt

jeu 16 Jan 2014
Alors qu’EDF a pour objectif de faire passer le taux de disponibilité annuel de ses centrales nucléaires de 80 à 85%, 57 des 58 réacteurs français fonctionnent en même temps depuis lundi. Un tel taux de disponibilité, proche de 99%,…
lun 21 Oct 2013
Lundi 21 octobre, vers 11h25, la salle des machines de l’unité 1 de la centrale nucléaire de Paluel (Seine-Maritime) a été le théâtre d’un départ de feu. L’incendie qui s’est déclaré dans cette partie non nucléaire de la centrale a…
mar 16 Juil 2013
AREVA et EDF ont signé un accord de coopération avec le National Institute of Technology (NIT) de Bahrah en Arabie Saoudite pour contribuer au développement de la filière nucléaire saoudienne. Cet accord fait partie intégrante des stratégies des deux groupes français…
mar 6 Déc 2016
L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donné lundi 5 décembre son accord de principe pour le redémarrage de 8 des 12 réacteurs nucléaires français encore concernés par des contrôles de sûreté. L'ASN a jugé que les anomalies présentées par les…

COMMENTAIRES

  • Cadarache, dans le Gard,

    face à un tel glissement de terrain comment justifier sa construction sur ce site?

    Michel

    Répondre
  • Précision, Cadarache est dans les Bouches-du-Rhône et non dans le Gard.
    Et en ce qui concerne les États participants, il ne faut pas oublier l’Inde.

    Répondre
  • Bon en même temps c’est la françe que gere 50 % du programme , j’éspere qu’ils y arriverons

    les chinois font aussi des éxpériences dans ce domaine TOKAMAK en phase de construction depuis peut , mais manque de scientifiques pour le coté technique

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.