Invention d'un boîtier de pilotage automatique pour éoliennes cerfs-volants - L'EnerGeek

Invention d’un boîtier de pilotage automatique pour éoliennes cerfs-volants

Cerfs-volants - ©EPFLUn doctorant de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) vient de mettre au point l’un des premiers système de pilotage automatique des éoliennes cerf-volantes bénéficiant de vents de plus de 300km/h pour produire de l’électricité. On peut imaginer que ces dernières, qui ne sont encore que de simples objets d’étude scientifique, pourraient grandement bénéficier de cette invention présentée le 10 novembre dernier par l’EPFL.

Surfant à une altitude moyenne de plus de 1.000 mètres, les cerf-volants sont propulsés par des vents allant à plus de 300 km/h. Les éoliennes terrestres bénéficient elles de vents de 40km/h en moyenne. L’énergie qui pourrait être tirée grâce à des éoliennes volantes, est donc, selon les propres termes de l’EPFL, “potentiellement considérable.”

L’EPFL explique qu’ “en offrant une résistance à la force du vent, [la voile du cerf-volant] produit une tension. Celle-ci peut être convertie en électricité par des mouvements d’enroulement et de déroulement du câble grâce à une génératrice placée soit à terre, soit à bord.”

Cette technologie qui n’en ait qu’à ses prémices pourrait passer une étape dans son développement grâce à l’invention de Sean Costello, doctorant à l’EPFL. M. Costello a en effet mis au point un système de pilotage et de contrôle automatique de ces éoliennes cerfs-volants permettant une production d’électricité 24h/24.

La trajectoire de ces éoliennes doit effectivement être surveillée et contrôlée en permanence. L’utilisation d’un système électronique et mécanique s’avère donc nécessaire pour éviter à l’appareil de s’écraser.

Le prototype créé par le Laboratoire d’automatique de l’EPFL est composé d’un moteur, guidant le cerf-volant, de capteurs calculant la position, la vélocité et l’orientation de la voile du cerf-volant, la force du vent et la tension du câble. Toutes ces informations permettent ainsi au pilote automatique de calculer et de faire adopter la meilleure trajectoire au cerf-volant.

Crédits photo : EPFL

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 2 Oct 2018
Le Commissariat général à l'égalité des territoires (CGET) affiche des objectifs ambitieux pour les prochaines années. Une dynamique dans laquelle les grandes entreprises énergétiques françaises peuvent se révéler être des alliés de poids. Le 16 juillet 2018, le premier ministre…
mar 7 Fév 2017
Contrairement à l'éolien qui a enregistré un taux de raccordements record, 2016 a été une année plutôt timorée pour le secteur de l'énergie solaire, avec seulement 700 MW de capacités solaires installées dans l'Hexagone. Une baisse de 36% par rapport à 2015.…
mer 25 Juin 2014
En 2015, la France accueillera la conférence des Nations Unies sur le climat. Confrontée à la spécificité de la gestion énergétique en milieu insulaire, la Réunion ne peut pas se permettre d’attendre cette échéance pour se pencher sur son devenir…
ven 4 Juil 2014
ABD Solaire vient d’inaugurer le plus grand parc photovoltaïque de la région Rhône-Alpes à Largentières, dans l’Ardèche. A des milliers de kilomètres de là, La Réunion peut se targuer d’être au sixième rang européen en matière de puissance photovoltaïque installée (162 MW),…

COMMENTAIRES

  • Si le vent tire dans un sens en produisant de l’électricité, avec QUELLE ENERGIE le câble est enroulé ensuite pour revenir au point de départ ?

    Tout cela n’est que du bla-bla sans rien de sérieux.

    Répondre
    • Bonjour Basile,

      J’ai l’impression que tu parles d’un sujet que tu connais mal ! Dans ce cas, si l’on manque également d’imagination, il faut mieux faire preuve d’un peu de réserve…
      J’imagine que ta réflexion correspond au principe du “yoyo” ou “reel in/reel out”.
      Pour qu’il y ait production d’énergie électrique en moyenne, il faut que l’énergie dans la phase de reel out, soit supérieure à l’énergie dans la phase de reel in.
      Pour cela plusieurs méthodes. Si l’on ne dispose que de deux lignes ( ou 1 commande) pour piloter le cerf-volant, on le pilote dans le milieu de la fenêtre de vol pour maximiser la traction, puis on peut le ramener en bord de fenêtre, de manière à avoir une surface projetée moindre. On peut également le rapprocher du sol, là où le vent est moindre.
      Si l’on dispose de trois lignes (ou 2 commandes), on peut en plus jouer directement sur l’angle d’attaque du cerf-volant (ce qu’on appelle le bordé-choqué ou le trim sur une aile de kite).
      De nombreuses autres solutions plus exotiques existent également (celle de kitegen notamment)
      Après je suis d’accord que pour être le plus efficace il faut que l’aile se déplace perpendiculairement au vent, comme le ferait une pale d’éolienne, un bateau naviguant au travers, ou un cerf-volant tirant un chariot sur un rail infini perpendiculairement au vent.
      Il y a donc bien d’autres possibilités de récupérer l’énergie à partir du moment où l’on maitrise le pilotage automatique (et le décollage et l’atterissage, il faut voir ces kites comme des drones industriels)

      Si le sujet t’intéresse, je t’invite à fouiller le blog que je tiens, http://robokite.blogspot.fr/

      ++
      Baptiste

      Répondre
  • BONJOUR à TOUS :cela fait des années que j’imagine un tel projet !

    Existerait il des systèmes à faible coût pour des particulier avec le même systeme baser sur des cerf volants qui permettrait d’être complètement autonome en énergie ?

    Répondre
  • BONJOUR à TOUS :cela fait des années que j’imagine un tel projet !

    Existerait il des systèmes à faible coût pour des particuliers avec le même systeme baser sur des cerf volants qui permettrait d’être complètement autonome en énergie ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.