Centrale de Pècs : la plus grande centrale de cogénération d'Europe - L'EnerGeek

Centrale de Pècs : la plus grande centrale de cogénération d’Europe

pecs_hongrie_photo_Emmanuel DyanDalkia, entreprise française spécialisée dans les services énergétiques, a inauguré jeudi 7 novembre dans la ville de Pècs, en Hongrie, sa nouvelle centrale biomasse. Il s’agit de la première unité de cogénération de l’Union Européenne à produire chaleur et électricité à partir de la paille et du bois.

En 2012, les sources d’énergies conventionnelles ont permis de produire une grande majorité de l’électricité hongroise : le nucléaire représente une part de 43,3% du mix électrique du pays, les combustibles fossiles 49% et les déchets non renouvelables 0,3%. Il faut toutefois noter que les sources d’origines renouvelables (qui produisent 7,3% de l’électricité) sont largement dominées par la biomasse (5%). Au niveau mondial, la biomasse (l’ensemble des matières organiques, végétales ou animales, qui peuvent devenir source d’énergie) comble actuellement près de 10% des besoins en énergie.

[stextbox id=”info”]Du bois et de la paille pour de la chaleur et de l’électricité[/stextbox]

La ville de Pècs, située à quelques 200 kilomètres de Budapest, dans la partie sud de la Hongrie, peut désormais s’enorgueillir de posséder la plus grande centrale européenne de cogénération. D’une puissance électrique de 35 MW et d’une puissance thermique de 70 MW, cette usine génère de l’électricité et de la chaleur grâce à un combustible composé de bois, mais également de paille.

Pilotée par Dalkia Energia, cette centrale de cogénération sera alimentée chaque année par 450.000 tonnes de bois et 240.000 tonnes de paille. Grâce à un pouvoir calorifique supérieur, la paille sera à l’origine de 60% de l’énergie produite. En effet, sa combustion génère plus de chaleur que celle du bois.

L’énergie produite permettra d’alimenter un réseau de chaleur auquel sont raccordés 120.000 habitants sur les 150.000 que compte la région. En plus de réduire les besoins en gaz naturel de la ville (baisse des importations), la centrale permettra de réduire de 150.000 tonnes les émissions de gaz à effet de serre chaque année.

[stextbox id=”info”]Des retombées locale, une expansion internationale[/stextbox]

Le fonctionnement de la centrale de Pècs est rendue possible grâce à des accords de partenariat passés avec plus de 450 agriculteurs opérant à 100 kilomètres à la ronde. Un mode de fonctionnement qui permettra de générer 13,5 millions d’euros de revenus supplémentaires. De plus, la collecte et la livraison de ces produits agricoles secondaires permettront de créer, selon Dalkia, 170 emplois locaux pérennes.

“Maintenant que l’on a mis au point une usine de cette envergure malgré une technique complexe, nous envisageons d’exporter ce modèle partout où c’est possible (…). La biomasse offre l’avantage extraordinaire d’être une énergie du territoire à usage local et très pertinente en cogénération, qui améliore en outre l’efficacité de 15%”, a déclaré Franck Lacroix, président de Dalkia, prêt à parier sur l’avenir de la biomasse au niveau européen et international.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 4 Juin 2019
Le 14 mai 2019, Paris accueillait le World Hydropower Congress. L'occasion pour les spécialistes de l'énergie hydraulique d'évoquer les enjeux de la gestion des barrages hydroélectriques. Au moment où les concessions françaises alimentent de vives polémiques, la commission européenne continue…
jeu 17 Avr 2014
  Bien que le groupe EDF ait récemment été sélectionné par Londres pour construire deux réacteurs EPR, son action outre-Manche ne se résume pas à l’énergie nucléaire. En témoigne le lancement de deux nouvelles installations mercredi : le parc éolien…
lun 13 Mar 2017
La ministre de l'Environnement et de l'Energie, Ségolène Royal, a dévoilé jeudi 9 mars 2017 les lauréats du premier appel d'offres totalisant 500 MW de projets photovoltaïques au sol, et lancé deux nouveaux appels d'offres dans l'énergie solaire. La ministre espère ainsi dynamiser…
mar 14 Juin 2016
La filière des énergies marines représentent un gisement d’énergies renouvelables considérable pour la transition énergétique. Selon la feuille de route du Syndicat des Energies Renouvelables (SER), elles pourraient générer jusqu'à 15 GW à l’horizon 2030. (suite…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.