Alors que le groupe français fait face à d’importantes annulations de commandes pour ses EPR depuis l’accident de Fukushima, Areva a décidé d’entrer sur le marché de la prolongation des réacteurs nucléaires. Depuis mars 2011, Areva a évalué à 940 millions d’euros l’annulation des commandes pour la construction de réacteurs nucléaires. L’entreprise tente de s’adapter à cette situation post-Fukushima en ...