La compagnie en charge de la gestion de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, l'opérateur Tepco, a reconnu lundi 7 octobre qu'une erreur humaine avait causé l'arrêt des pompes utilisées pour refroidir le réacteur numéro 1 du site atomique endommagé. Selon Tepco, la panne de courant qui a immobilisé la pompe injectant l'eau nécessaire au refroidissement du réacteur numéro 1 ...