Les professeurs-chercheurs de l’Université de San Diego en Californie ont mis au point une technologie capable de produire de l’électricité à partir d’un tatouage éphémère qui capte de l’énergie d’un composant de la sueur : les lactates. Pendant une activité éprouvante physiquement, le corps déclenche un phénomène appelé glycolyse, afin de fournir plus d’énergie à l’organisme. Dès lors, le niveau de lactate dans ...