Pour Jean-Bernard Lévy, la fin de Fessenheim doit être "exemplaire"

Pour Jean-Bernard Lévy, la fin de Fessenheim doit être « exemplaire »

centrale-fessenheim-nucleaire-PDG-EDF

Si la fermeture de la centrale de Fessenheim en Alsace devrait bien être enclenchée d’ici la fin de l’année, elle aura, à n’en pas douter, de lourdes conséquences sur l’économie locale et entraînera le reclassement de plusieurs milliers de salariés et prestataires. En visite à Mulhouse mardi 6 mars 2018 pour la signature d’un accord cadre de partenariat entre la région Grand Est et EDF, le Président du groupe public, Jean-Bernard Lévy a rencontré à cette occasion les représentants des salariés de la centrale de Fessenheim et réaffirmé la nécessité d’opérer « de manière exemplaire ».

Planifiée par le gouvernement entre fin 2018 et début 2019, pour correspondre avec l’entrée en service de l’EPR de Flamanville dans la Manche, la fermeture de la centrale de Fessenheim semble désormais inéluctable, et nombreux employés s’interrogent encore sur l’avenir industriel du site et sur les garanties sociales de reconversion qui leur seront proposées. « Nous avons tous intérêt à ce que cela se passe le mieux possible », prévient à l’AFP Jean-Luc Cardoso, délégué CGT de la centrale, dont le syndicat a fait des propositions de reconversion et d’accompagnement des salariés EDF et autres prestataires.

Les renouvelables au cœur de la reconversion du territoire

S’exprimant devant la presse mardi 6 mars, le Président du groupe EDF, Jean-Bernard Lévy, s’est toutefois voulu rassurant en affirmant que la plus grande attention serait portée à la reconversion du site et de ses employés. « Les conditions de la fermeture de Fessenheim nécessitent une très grande attention. C’est un sujet d’attention majeure pour la direction générale d’EDF de faire en sorte que les choses se fassent de manière exemplaire sur un territoire qui va devoir se reconvertir et avec des salariés d’EDF ou des prestataires qui vont devoir subir des mutations et qu’il faudra accompagner », a déclaré le responsable d’EDF.

Pour rappel, sur les 2.000 emplois directs et indirects concernés par la fermeture de la centrale de Fessenheim, il y a 900 emplois induits de l’économie locale et 750 salariés de la centrale qui sont des agents d’EDF et qui devront nécessairement être reclassés. Les sous-traitants prestataires de la centrale sont quant à eux bien moins lotis et n’ont pour le moment aucune garantie réelle. L’Etat prévoit toutefois de lancer, dans le cadre du plan de reconversion du territoire, un appel à projets dans les domaines des énergies renouvelables et le PDG d’EDF a appelé de ses vœux « un appel d’offres spécifique pour créer une installation solaire à proximité du site de Fessenheim ».

Crédits photo : EDF

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Alors qu’une révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) est prévue d’ici la fin de l’année, le gouvernement souhaite désormais trouver le bon compromis énergétique et compte pour cela sur la participation de tous. Le ministère de la Transition…
ven 9 Sep 2016
Un peu plus d’un an après avoir signé un accord de coopération intergouvernementale, la Russie a annoncé son intention de construire 16 centrales nucléaires en Arabie saoudite. Grâce à ce projet, Rosatom pourrait enregistrer une nouvelle commande de 100 milliards de…
mer 24 Sep 2014
Le groupe nucléaire français Areva prévoit de créer 200 emplois dans le cadre du grand chantier de démantèlement de l'ancienne usine UP2-400 située à la Hague, dans le Cotentin. Un ensemble de bâtiments destinés aujourd'hui au stockage de déchets radioactifs…
lun 15 Juin 2015
Fortement dépendante des hydrocarbures pour sa production d'électricité et pressée par une volonté nouvelle de réduire ses émissions de CO2, la Tunisie envisage désormais (comme de nombreux pays arabes aujourd'hui), l'intégration de l'énergie nucléaire dans son mix électrique. Le gouvernement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *