Agriculture : annonce d'un plan d’action "bioéconomie et renouvelables"

Agriculture : annonce d’un plan d’action « bioéconomie et renouvelables »

bioeconomie_plan_action

Alors que le secteur de l’agriculture représente un potentiel de développement prometteur pour les énergies renouvelables et la transition énergétique dans son ensemble, le gouvernement entend bien profiter de ces synergies positives. Le ministère de l’Agriculture a détaillé dans un communiqué publié lundi 26 février 2018, un nouveau plan d’action sur la bioéconomie destiné à valoriser la génération d’énergie en milieu rural et à utiliser les ressources agricoles, forestières, marines et aquacoles pour fabriquer « alimentation, énergies renouvelables et matériaux biosourcés ».

Fourniture de biomasse pour les biocarburants ou la production de chaleur, méthanisation, mise à disposition de surfaces pour les éoliennes ou les panneaux photovoltaïques, ou production/récupération de chaleur (géothermie ou solaire thermique), les sources de production d’énergies propres dans le monde agricole sont nombreuses et doivent être encouragées selon le ministère de l’Agriculture, afin de devenir de véritables filières de production durables et viables économiquement.

« De nouvelles filières agricoles et forestières »

Présenté par le ministre Stéphane Travers lors du Salon de l’agriculture, lundi 26 février 2018, le nouveau plan d’action du gouvernement pour la bioéconomie propose dans ce cadre, une cinquantaine de mesures destinées a favoriser « l’économie du vivant », comme la production d’énergie à partir de biomasse ou la valorisation des déchets agricoles. « De nouvelles filières agricoles et forestières pourraient ainsi être créées », a expliqué le ministre en ajoutant qu’un calendrier précis avait été fixé pour chacun des 50 objectifs annoncés.

Parmi ces mesures, on retrouve par exemple le renforcement des filières de valorisation des fibres et des co-produits végétaux, notamment via la paille de lin et de chanvre d’ici à 2020, la levée dès 2018 des « freins réglementaires à la méthanisation agricole » dont le développement est entravé par « la complexité administrative » des procédures, ou encore en outre-mer, la mise en place d’ici à 2020 de filières de « valorisation de la biomasse », autour des résidus de canne à sucre, pour alimenter des centrales électriques.

Crédits photo : Camille Jean – Min.Agri.Fr

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 30 Sep 2017
L’énergie verte n’en finit pas de progresser, non seulement en part de marché sur le secteur de l’énergie, mais aussi en ce qui concerne l’innovation. Plus agiles, plus performantes, les dernières technologies mises au point dans le domaine de l’énergie…
ven 12 Mai 2017
Pourvue d'un taux ensoleillement record et de vents significatifs, la péninsule ibérique était considérée au début des années 2000 comme l'un des pays pionniers en matière d'énergies propres. Mais la crise de 2008 et le moratoire décrété en 2012 à…
lun 16 Juin 2014
Avec l'arrivée des groupes français EDF et Bouygues en tant que partenaires techniques du projet, la centrale biomasse ivoirienne Biovea semble plus que jamais lancée sur les rails de son ouverture, prévue fin 2015. Porté par la société Biokala, ce…
lun 27 Mar 2017
Alors que les projets de production renouvelable solaire et éolien se multiplient sur le territoire français et concernent de plus en plus de riverains, l'Etat comme les énergéticiens exploitants tentent désormais d'y associer les populations. Le groupe Akuo Energy, premier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *