Le Royaume-Uni veut réguler davantage le prix de l’énergie

Le Royaume-Uni veut réguler davantage le prix de l’énergie

Royaume-uni-regulation-prix-energie-theresa-may

Dans un communiqué publié lundi 26 février 2018, le gouvernement britannique a annoncé la présentation devant le parlement d’un nouveau projet de loi destiné à étendre le mécanisme de limitation des prix de l’énergie. Ce dispositif, déjà en vigueur pour plus de cinq millions de foyers modestes au Royaume-Uni, a pour objectif de lutter contre la précarité énergétique et de soutenir le pouvoir d’achat des ménages.

Inscrit dans le programme électoral des conservateurs en 2017, le projet de loi pour l’élargissement de la régulation appliquée aux prix de l’énergie, a été présenté lundi 26 février 2018 au matin, devant le Parlement britannique dans le but d’être adopté avant l’hiver prochain. Il vise à étendre le plafond imposé au prix unitaire du gaz et de l’électricité sur le marché de l’énergie à onze millions de foyers. « Notre plafond au prix de l’énergie va réduire la facture de millions de familles. Il s’agit d’un nouveau pas pour aider les gens à s’en sortir financièrement », a expliqué la Première ministre conservatrice dans un communiqué.

Protéger les consommateurs de la surfacture

Déjà appliquée à plus de cinq millions de ménages, cette mesure avait été prise à la suite de la publication en 2016 d’un rapport de l’Autorité de la concurrence mettant en exergue le surplus annuel payé par les consommateurs britanniques à leurs fournisseurs d’énergie. Selon cette étude, 1,4 milliard de livres par an ont été perçus en trop par les principaux fournisseurs d’énergie du pays, par rapport à ce que les prix devraient représenter dans un marché libre et concurrentiel. « Notre plafond va garantir aux consommateurs d’échapper aux tarifs les moins compétitifs afin de réduire cette surfacture », a poursuivi le ministre de l’Energie Greg Clark.

Ce dernier s’est par ailleurs adressé directement aux six grands groupes énergétiques œuvrant au Royaume-Uni, dont British Gas, Scottish Power ou SSE, afin de s’assurer de leur pleine coopération, soulignant pour cela le manque de communication sur les subtilités du marché énergétique et la possibilité pour tout un chacun de changer librement de fournisseurs afin d’obtenir le meilleur tarif. De son côté, le parti travailliste a jugé cette nouvelle mesure insuffisante, qualifiant ce projet de loi de « simple rustine », inefficace pour réparer un marché de l’énergie « défaillant ».

Crédits photo : Arno Mikkor (EU2017EE)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 22 Déc 2017
Interviewé sur France 2 dimanche 17 décembre dernier, quelques jours seulement après le Sommet de Paris pour le climat, le Président de la République Emmanuel Macron a rappelé la complémentarité des énergies renouvelables et nucléaire dans la lutte contre le…
lun 21 Sep 2015
Composé à 95% d'énergies décarbonées, le système électrique français dispose de multiples ressources, renouvelables, nucléaire et fossiles, qu'il est en en partie possible de moduler en fonction des besoins et des événements climatiques. Le dernier rapport mensuel du gestionnaire de réseau…
sam 24 Fév 2018
Qu’il s’agisse de votre bouilloire, de votre sèche-cheveux ou de votre grille-pain, l’ensemble des petits appareils électriques utilisés quotidiennement par la majeure partie de la population, représente une consommation d’énergie gigantesque malgré les progrès réalisés en termes de performance énergétique.…
lun 22 Fév 2016
Alors que "la taille de l'univers numérique double tous les quatre ans" selon Les Echos et que le nombre des datacenters explose, leur consommation d'énergie est de plus en plus importante. L'impact environnemental de l'industrie des datacenters est même devenu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *