Fessenheim : le CCE d'EDF réaffirme son opposition à la fermeture de la centrale

Fessenheim : le CCE d’EDF réaffirme son opposition à la fermeture de la centrale

syndicats_Fessenheim_centrale_nucleaire_fermeture_

Si la fermeture de la centrale de Fessenheim en Alsace devrait bien être enclenchée d’ici la fin de l’année, elle aura à n’en pas douter, de lourdes conséquences sur l’économie locale et entraînera le reclassement de plusieurs milliers de salariés et prestataires. Un prix trop cher à payer pour le Comité centrale d’entreprise d’EDF qui considère ce choix comme totalement incohérent sur les plans économique et industriel, et a réaffirmé, jeudi 18 janvier 2018, son opposition « unanime » à cette fermeture anticipée.

A l’occasion de la visite en Alsace de Sébastien Lecornu, Secrétaire d’Etat auprès du ministère de la Transition écologique et solidaire, jeudi 18 et vendredi 19 janvier 2018, le comité centrale d’entreprise du groupe EDF, regroupant les élus syndicaux CGT, CFE-CGC, CFDT et FO, a confirmé « unanimement son opposition au principe de fermeture anticipée » de Fessenheim alors que la centrale « produit une électricité décarbonée essentielle à l’équilibre du réseau électrique français dont la fragilité est réellement préoccupante ».

Sécurité d’approvisionnement et politique de reclassement

Dans un communiqué publié jeudi, ces élus rappellent en effet qu’après la fermeture des centrales au fioul, l’arrêt de Fessenheim pèsera encore davantage sur la sécurité d’approvisionnement du réseau électrique français.«  Le pire est à venir pour les étés et hivers prochains » compte tenu d’une sécurité d’approvisionnement qui s’est déjà « largement dégradée », préviennent-ils. Ils exigent en outre, un « avenir industriel » pour le site ainsi que des « garanties sociales de reconversion de haut niveau pour tous les salariés, EDF comme sous-traitants ».

Sébastien Lecornu, chargé durant cette visite de mettre en place un comité de pilotage sur la reconversion de la centrale (dont la date de fermeture officielle sera fixée en fonction de la mise en service de l’EPR de Flamanville entre fin 2018 et début 2019), a donc rencontré les syndicats et donné quelques précisions sur la politique de reclassement envisagée par le gouvernement. Sur les 2.000 emplois directs et indirects concernés par la fermeture de la centrale, 900 emplois induits de l’économie locale et 750 salariés de la centrale « sont des agents d’EDF et seront tous reclassés », a-t-il déclaré avant d’émettre quelques réserves sur le sort des sous-traitants. Les sous-traitants prestataires de la centrale (environ 350 employés), « sont probablement les emplois les plus durs à requalifier », et c’est pour eux que « je vais consacrer le plus de moyens et le plus de temps demain puisque c’est probablement le sujet le plus délicat », a poursuivi le secrétaire d’Etat, sans toutefois préciser son plan d’action ni les mesures envisagées dans ce cadre.

Crédits photo : Sébastien Lecornu (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 15 Nov 2013
Le projet Cigéo consiste en la construction d’un futur centre de stockage pour les déchets radioactifs français à 500 mètres sous terre, à la limite de la Meuse et de la Haute-Marne. La faisabilité de ce type de stockage pour…
mer 18 Fév 2015
Le groupe énergétique français EDF a publié, jeudi 12 février, un communiqué de presse centré sur son bilan opérationnel et financier pour l'année 2014. Une année qui permet à l'énergéticien d'afficher des résultats "solides" grâce aux "excellentes" performances des énergies…
lun 9 Sep 2013
Mardi 3 septembre, le consortium public russe Rosatom a été retenu par l’énergéticien finlandais Fennovoima pour le projet de construction d’un réacteur nucléaire à Pyhäjoki, au nord-ouest du pays scandinave.  Une autre annonce a suivi deux jours plus tard: Rosatom a…
ven 17 Jan 2014
Mardi 14 janvier, Moscou a annoncé avoir signé un accord portant sur le doublement de la capacité de la centrale nucléaire hongroise de Paks, d’ici à 2023. Un deuxième contrat conclu en l’espace de quelques jours pour Rosatom, après celui…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *