Biométhane : deux nouveaux sites sur le réseau de GRTgaz

Biométhane : deux nouveaux sites sur le réseau de GRTgaz

biomethane-GRTgaz

Le gestionnaire du réseau de transport de gaz GRTgaz a officialisé, jeudi 4 janvier 2017, le raccordement de deux nouveaux sites d’injection de biométhane. Situés à Noyen-sur-Seine en Seine-et-Marne, et aux Essarts-en-Bocage en Vendée, ces deux nouvelles installations produiront dès cette année un total de 59 millions de kilowattheures/an de gaz renouvelable, soit l’équivalent de la consommation annuelle de 4 800 logements chauffés au gaz ou de 260 bus roulant au gaz.

Si la loi de transition énergétique a fixé comme objectif d’atteindre 10% du gaz consommé en France d’origine renouvelable d’ici 2030, contre une part encore marginale aujourd’hui, la production de biométhane produit par méthanisation reste toujours insuffisante et progresse très lentement. A ce jour, seuls 44 sites de méthanisation injectent du gaz renouvelable dans les réseaux de l’Hexagone, la plupart étant reliés au réseau de distribution, notamment géré par Grdf, une autre filiale d’Engie. GRTGaz ne comptabilise quant à lui que trois installations dont les deux nouveaux sites raccordés cette semaine.

Un potentiel prometteur selon les réseaux gaziers

Ces deux projets baptisés respectivement Bassée Biogaz pour celui de Noyen-sur-Seine, et Bioloie pour celui de Vendée, constituent donc seulement les deuxième et troisième sites raccordés au réseau de transport de GRTgaz, après celui de Chagny en Saône-et-Loire. Une proportion relativement faible mais qui reste prometteuse pour le gestionnaire du réseau. Ces nouveaux projets « illustrent le potentiel du biométhane et son impact positif pour le développement de l’économie circulaire dans les territoires et l’agriculture », explique GRTgaz dans un communiqué. Ralentis du fait de lenteurs administratives et financières, plus de 28 projets d’injection de biométhane serait actuellement en file d’attente pour un raccordement sur son réseau, à des stades divers de développement, ajoute le gestionnaire.

A l’instar des autres opérateurs de réseaux gaziers, GRTgaz estime même qu’il est possible de porter à 30 % la part du gaz renouvelable dans la consommation française en 2030, et d’offrir ainsi à l’ensemble des consommateurs de gaz français (industriels, consommateurs domestiques, stations de gaz naturel carburant) un gaz renouvelable aussi facile d’accès et d’utilisation que le gaz naturel.

Crédits photo : Julien Schmit – GRTgaz (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 18 Août 2017
Même si le charbon continue de fournir 40% de l'électricité mondiale, il est aussi responsable de 45% des émissions de gaz à effet de terre.  Les pays du monde entier commencent à prendre conscience des dangers du réchauffement climatique et…
ven 12 Déc 2014
Le fabricant de panneaux d'affichage lumineux Prismaflex, basée à Lyon, a annoncé la conception d'une enseigne capable de s'autoalimenter et de produire de l'énergie. Une prouesse rendue possible grâce à l'utilisation de la technologie Wysips, le film photovoltaïque transparent développé…
lun 24 Août 2015
L’agence Internationale de l’Energie (AIE) a publié ce mois-ci deux rapports prévisionnels sur l’électricité et le renouvelable. Ils dévoilent les chiffres de 2013 mais aussi les tendances globales de l’année 2014 concernant la consommation et la production d’électricité. Fait notable,…
L’objectif du Pakistan est de mettre fin aux coupures de courant à répétition qui frappent le pays et de réduire le déficit énergétique, qui est de plus de 4000 mégawatts. Pour cela, le gouvernement a opté pour différentes solutions. Tout d’abord, une…

COMMENTAIRES

  • Pourquoi LENERGEEK ne parle pas du prix de rachat, largement subventionné, de ce gaz et qui participera au renchérissement du prix au consommateur ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *