Cogénération : Albioma poursuit ses investissements au Brésil

Cogénération : Albioma poursuit ses investissements au Brésil

bagasse_albioma-bresil

Le producteur français d’électricité Albioma, surtout présent dans les Dom-Tom, est aussi très actif au Brésil où il investit de manière régulière dans la filière biomasse cogénération. Il a d’ailleurs officialisé, lundi 18 décembre dernier, la signature avec le groupe Jalles Machado, d’un nouvel accord portant sur l’acquisition de 60 % de l’unité de cogénération bagasse adossée à la sucrerie-distillerie éponyme, localisée à Goianésia dans l’État du Goiás au Brésil.

Producteur indépendant d’énergie, Albioma concentre aujourd’hui son activité dans trois filières porteuses à l’international dont la Biomasse Thermique, la Biométhanisation et le Solaire. Il totalise actuellement 753 MW de puissance installée dans le monde (pour une production totale en 2016 de 3.605 GWh) et vient d’annoncer son quatrième investissement au Brésil, le deuxième avec la société Jalles Machado. Cet accord prévoit notamment la rénovation des chaudières existantes ainsi que l’installation d’une nouvelle turbine de 25 MW, portant la capacité totale du site à 65 MW. Grâce à l’amélioration des rendements de la cogénération et à la réduction de la consommation de vapeur de la sucrerie, l’énergie exportée sur le réseau de distribution devrait ainsi atteindre 145 GWh par an d’ici 2019, soit près de deux fois plus qu’actuellement.

Le Brésil, un marché porteur pour Albioma

Précisons que plus de 80 % des ventes d’énergie sont d’ores et déjà sécurisés sur le marché règlementé, et que cet investissement ne présente donc aucun risque pour le groupe français. L’installation de cogénération en question est déjà titulaire de contrats à long terme et vient de vendre 75 GWh par an à compter de 2021 au prix de 258 BRL/MWh indexé sur l’inflation à la faveur du dernier appel d’offres gouvernemental du 18 décembre. « Je me réjouis de la confiance renouvelée du groupe Jalles Machado, qui témoigne de la qualité de nos relations. Ce nouveau partenariat, noué deux ans après l’acquisition de Codora Energia, est une véritable reconnaissance du savoir-faire de nos équipes au Brésil. Nous sommes en ligne avec nos objectifs de croissance au Brésil, où le groupe constitue progressivement un portefeuille équilibré d’actifs de qualité grâce à la pertinence de son positionnement », a déclaré à l’occasion de la signature Frédéric Moyne, Directeur Général d’Albioma.

Surtout présent dans les territoires outre-mer français, Albioma exploite actuellement deux centrales biomasse au Brésil. La société a réalisé un chiffre d’affaires de 367,8 millions d’euros l’an dernier pour un bénéfice net de 33 millions d’euros, et espère bien consolider ces résultats et poursuivre son développement stratégique. Il prévoit notamment la mise en service de nouvelles centrales dont celle la centrale biomasse Galion 2 à Fort-de-France en 2018, ainsi que trois centrales solaires avec système de stockage intégré à la Réunion et en Guadeloupe à l’horizon 2018-2019.

Crédits photo : Albioma

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 17 Déc 2013
EDF, l'Ademe, le Conseil Régional, la DEAL Guadeloupe et Météo France ont lancé officiellement, vendredi 6 décembre, l’Observatoire Régional de l’Énergie et du Climat (OREC) en Guadeloupe. Destiné aux collectivités territoriales, aux services d'Etat et aux entreprises, cet observatoire a…
mer 29 Jan 2014
Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) vient d’annoncer la fin des travaux de rénovation de l’unité 1 de la centrale géothermique de Bouillante (Guadeloupe), à ce jour la seule centrale de ce type à produire de l’électricité à…
lun 5 Août 2013
Le Royaume-Uni vient d’annoncer une limitation des subventions accordées aux centrales biomasse qui ne produisent que de l’électricité. Le gouvernement britannique entend favoriser les centrales biomasse dites « cogénératrices » qui produisent à la fois de l’électricité et de la chaleur étant…
ven 28 Mar 2014
Le soutien de l'Etat français à la production d'électricité générée à partir d'éoliennes terrestres n'enfreint pas les règles de l'Union Européenne en matière d'aides fiscales. Telle est la conclusion de la Commission européenne. La France aide le secteur de l'éolien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *