Toyota vise 50% de ventes de voitures électriques et hybrides d'ici 2030

Toyota vise 50% de ventes de voitures électriques et hybrides d’ici 2030

Toyota_voiture_batteries_electriques

S’exprimant lors d’une conférence de presse, mercredi 13 décembre 2017, le PDG du géant de l’automobile Toyota, M. Akio Toyoda, a dévoilé les nouveaux objectifs de son groupe en matière de mobilité propre pour les années à venir. Le groupe japonais entend notamment réaliser d’ici 2030 au moins 50% de ses ventes mondiales avec des véhicules électriques et hybrides (carburant/électrique), contre environ 15% actuellement, et compte pour cela sur un nouveau projet de collaboration avec son compatriote Panasonic dans le but de développer des batteries électriques de nouvelle génération.

« D’ici 2030, nous comptons réaliser 50% ou davantage de toutes nos ventes de véhicules avec des véhicules fonctionnant à l’électricité » comme les hybrides, les hybrides rechargeables, les véhicules 100% électriques et ceux à pile à combustible, a déclaré M. Toyoda. Un objectif ambitieux qui représente en volume plus de 5,5 millions d’unités d’ici 2030, dont 4,5 millions d’unités hybrides et 1 million d’unités fonctionnant avec des moteurs électriques ou à pile à combustible.

De premiers modèles électriques pour 2020

Après avoir longtemps privilégié la technologie hybride, dont il fut le pionnier avec la Prius, lancée dès 1997, et l’hydrogène, avec la commercialisation de la Mirai à partir de fin 2014, Toyota investit désormais massivement pour rattraper son retard dans les moteurs 100% électriques. Le groupe nippon souhaiterait commercialiser ses premiers véhicules électriques d’ici 2020 sur le marché asiatique tout d’abord, et plus particulièrement en Chine et en Inde, deux marchés aux perspectives gigantesques. Il compte pour cela sur son nouveau partenariat conclu cette semaine avec Panasonic et dont l’objectif est de converger vers la standardisation des batteries à destination des véhicules électriques (ces nouveaux partenaires ont d’ailleurs invités à cette occasion les autres constructeurs japonais à se joindre à eux).

Mais Toyota n’abandonne pas pour autant les véhicules à l’hydrogène , même s’il faut bien admettre qu’ils éprouvent de grandes difficultés à s’imposer (du fait de prix trop élevés et d’un manque criant de stations de recharge en hydrogène). Le constructeur s’est associé en parallèle au géant français des gaz industriels Air Liquide et d’autres constructeurs automobiles comme Nissan ou Honda, dans le but de créer au printemps prochain une coentreprise pour accélérer la construction de stations hydrogène au Japon.

Crédits photo : Toyota (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 18 Mai 2017
Vous habitez dans une zone coupée du monde ou non interconnectée au réseau électrique national et vous souhaiteriez éviter le recours systématique à votre groupe électrogène énergivore et polluant ? La start-up française Powidian propose désormais une solution clé en…
ven 9 Mar 2018
Simplifier la vie au quotidien, augmenter son confort ou faire des économies d'énergie, les atouts de la « smart home » sont nombreux et profitent de la démocratisation progressive de la domotique pour séduire de plus en plus de consommateurs.…
lun 1 Fév 2016
A partir d'aujourd'hui, et ce pendant six semaines, l'école d'ingénieurs Mines ParisTech diffuse une série de cours en ligne intitulés "Problèmes Énergétiques Globaux (P.E.G)", et contribue ainsi à l'essor des MOOC en France. (suite…)
jeu 13 Juil 2017
Désireux de s’affirmer sur un marché en pleine croissance du fait de la baisse du prix des batteries et de l'accent mis par les pouvoirs publics sur les sources d'énergie renouvelables, l’américain AES et l'allemand Siemens veulent faire jouer en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *