A Londres, les célèbres taxis noirs se mettent au vert

A Londres, les célèbres taxis noirs se mettent au vert

Londres_Taxi_electrique

Après la fermeture programmée des centrales à charbon d’ici 2025, c’est au tour des célèbres « Black cabs » londoniens de s’adapter aux nouvelles réglementations anti-pollution mises en place au Royaume-Uni. Les premiers taxis de la capitale britannique dans une version tout électrique, ont commencé mardi 5 décembre à arpenter les rues, avec pour objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Selon la nouvelle réglementation en vigueur, tout nouveau taxi roulant à Londres à partir de 2018 ne sera autorisé qu’à émettre de très faibles quantités de gaz polluants. Plus le choix donc pour les célèbres taxis noirs londoniens forcés eux aussi de s’adapter et de remplacer progressivement la flotte de véhicules diesel actuellement en place. La London Electric Vehicle Company (ex-London Taxi Company), en charge des Black cabs, a préparé pour cela une transition en douceur sur la prochaine décennie. Dans un premier temps, quelque 9.000 taxis électriques seront déployés d’ici 2021, soit environ la moitié de la flotte actuelle.

Un taxi durable à la pointe de la technologie

Baptisé TX eCity, « ce véhicule est totalement nouveau et offre une bien meilleure expérience au conducteur comme aux passagers. Il est très silencieux et la conduite est bien meilleure », explique à l’AFP Chris Gubbey, directeur du London Electric Vehicle Company. Ces Black Cabs version électrique sont en effet plus grands (ils peuvent transporter jusqu’à six passagers sous un toit transparent) et équipés des dernières technologies dont l’internet sans fil, des chargeurs USB, une prise de courant et un lecteur de carte bancaire sans contact à l’arrière. Mais leur véritable innovation se trouve surtout dans leur moteur 100% électrique qui émet dix fois moins de CO2 que les TX4 (version diesel les plus récentes) et des quantités d’oxyde d’azote proches de zéro.

Concernant l’autonomie, problème souvent épineux lorsqu’on parle de véhicules électriques, les nouveaux taxis londoniens peuvent rouler 80 miles (soit 129 kilomètres) grâce à leur moteur électrique, et disposent en complément d’un générateur électrique de réserve (alimenté par un moteur essence) leur permettant de parcourir jusqu’à 377 miles (soit 607 kilomètres). Si le coût peut paraître élevé (le TX eCity coûte 55.000 livres, soit environ 62.000 euros), son fabricant estime que les chauffeurs peuvent économiser jusqu’à 100 livres (114 euros) par semaine en carburant.

Crédits photo : LEVC

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 4 Nov 2014
La République populaire du Bangladesh, située entre l'Inde et la Birmanie, a subi samedi 1er novembre une panne généralisée d'électricité. L'ensemble du pays, du palais présidentiel aux zones les plus reculées, s'est en effet retrouvé privé d'électricité à partir de la mi-journée…
jeu 20 Juil 2017
Afin de réaliser son objectif de neutralité carbone, la Ville de Paris a choisi de se doter d’un Fonds d’investissement pour la transition écologique. La capitale a signé mardi 18 juillet 2017 en collaboration avec la Caisse des Dépôts, une…
ven 12 Juil 2013
Selon une étude réalisée par le cabinet Powermetrix pour l’AFP, les appareils électriques en veille mobilisent en permanence 2.300 MW, soit la puissance de deux réacteurs nucléaires d'EDF. Powermetrix qui définit la veille comme « la consommation électrique de tous les…
mar 3 Déc 2013
Certaines régions ne produisent pas suffisamment d'électricité pour couvrir les besoins de leurs habitants. L'énergie doit donc être acheminée depuis des centrales situées dans d'autres régions. Cependant, en cas de surconsommation, l'hiver notamment, et si ces régions sont situées en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *