Une chaufferie géothermale pour alimenter Dammarie-les-Lys

Une chaufferie géothermale pour alimenter Dammarie-les-Lys

chaufferie-geothermale-Dammarie-les-Lys

Depuis le 1e décembre, la ville de Dammarie-les-Lys est passée à la géothermie pour assurer l’approvisionnement de son réseau de chaleur grâce à l’inauguration de sa nouvelle chaufferie géothermale. Une petite révolution énergétique dans cette ville de région parisienne qui espère faire de la géothermie un atout dans son futur mix énergétique. Pour cela, la ville n’a pas hésité à investir dans une chaufferie ainsi que dans la restructuration de son réseau de chaleur. Pour mettre ce projet sur pied, la ville a pu compter sur un partenariat avec Engie. L’énergéticien français est plus que jamais convaincu que la géothermie offre des perspectives intéressantes en région parisienne, et Dammarie-les-Lys n’est que le dernier en date d’une série de projets énergétiques ambitieux.

Une nouvelle chaufferie géothermale

C’est en janvier 2017 que les travaux de forage ont commencé à Dammarie-les-Lys. Grâce à la présence de nappes hydrothermales dans son sous-sol, Dammarie-les-Lys était tout indiquée pour accueillir un réseau de chauffage géothermique. Il a tout de même fallu compter trois mois de travaux pour que le forage atteigne la nappe hydrothermale à près de 1 800 mètres de profondeur, et que les travaux de construction de la chaufferie géothermale puissent finalement commencer. Ce n’est que courant novembre 2017 que les travaux ont été achevés et, une fois la phase de tests passée, la station a pu être mise en service le vendredi 1e décembre.

La chaufferie géothermale est dotée d’un dispositif de filtrage et de récupération des calories ; c’est ce système qui permet d’alimenter le réseau de chaleur en circuit fermé. Par ailleurs, la chaufferie géothermale est reliée avec la chaufferie à gaz de la plaine du Lys, qui permet d’apporter un complément notamment en cas de pic de consommation. La chaufferie est aussi reliée à l’autre station de l’Almont qui servira de relais de secours si jamais une panne empêchait le fonctionnement de la station géothermique. Un réseau 100% sécurisé qui a été pensé pour anticiper tout problème sur le réseau de chaleur.

Cette toute nouvelle chaufferie géothermale permettra de couvrir 85% des besoins en chauffage et en eau chaude sanitaire de 4 000 logements ainsi que de plusieurs bâtiments publics. Pour la mairie, le projet offre plusieurs avantages : limiter au maximum l’utilisation des centrales à gaz, jugés trop coûteuses, mais aussi valoriser une ressource énergétique locale qui devrait renforcer la fiabilité du réseau. Enfin, pour la mairie comme pour les habitants de Dammarie-les-Lys, la facture énergétique de la géothermie permettra de mieux maîtriser les dépenses puisque le prix de cette ressource n’est pas soumis aux fluctuations du marché des énergies fossiles.

La géothermie pour restructurer le réseau de chaleur

En complément de la construction de sa nouvelle chaufferie géothermale, la ville a également prévu de grands travaux de restructuration de son réseau avec notamment de nouveaux raccordements : les habitations de la plaine du Lys, le centre Schweitzer, la caserne des pompiers, des écoles, plusieurs gymnases et même la mairie seront désormais raccordés à ce réseau de chaleur. Et pour répondre au cahier des charges de la nouvelle chaufferie géothermale tout en intégrant les raccordements supplémentaires voulus par la ville, Engie, en charge du projet, a dû repenser et restructurer le réseau de chaleur.

Les travaux de restructuration du réseau de chaleur ont débuté dès l’été 2016 et ont été menés par Engie Réseaux. L’ensemble du réseau a dû être adapté à la nouvelle énergie, notamment parce qu’en bout de course du réseau géothermique, l’eau devenue froide est réinjectée dans le sol, ce qui nécessite de faire fonctionner le réseau de chaleur en circuit fermé. Par ailleurs, la ville a voulu que de nouveaux bâtiments soient reliés au réseau de chaleur, ce qui a nécessité de rallonger l’étendue du réseau : il est ainsi passé de 5 km à 6,5 km. En complément de ces nouvelles installations, Engie a aussi rénové la chaufferie à gaz de la plaine du Lys : ses deux chaudières au gaz naturel ont fait l’objet de travaux de modernisation. Ce réseau de chaleur flambant neuf est donc prêt à soutenir les 30 MW de puissance totale qui sera fournie par la chaufferie géothermique. Au total, le montant de la facture s’élève à 20 millions d’euros, dont 15 millions ont été pris en charge par Engie Réseaux.

Le potentiel de géothermie du bassin parisien

D’une manière générale, Engie estime que le bassin parisien offre un potentiel hydrothermal important qui mérite d’être développé : en l’espace de deux ans seulement, c’est déjà le sixième forage mené par Engie dans la région parisienne. Selon les experts d’Engie, le bassin parisien est situé juste au-dessus d’un « dogger », une gigantesque nappe hydrothermale située entre 1 500 et 2 000 mètres de profondeur et qui offre une eau chaude d’une température de 50 à 95°C. Des conditions idéales pour la géothermie. La seule autre zone aussi propice sur le territoire français est celle du bassin aquitain. D’après Engie, d’autres villes de la région parisienne auraient donc tout intérêt à opter pour le développement d’un réseau de chaleur géothermique.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 24 Oct 2017
Pour répondre aux contraintes croissantes de consommation énergétique, les bâtiments dédiés à l’habitat sont généralement de mieux en mieux isolés et de plus en plus hermétiques. L’utilisation de chauffages à combustion (gaz, pétrole ou bois), sources de gaz carbonique, et…
mar 28 Fév 2017
A la suite de l'accord passé entre le président argentin Macri et les compagnies pétrolières dans le but de relancer l'exploitation des hydrocarbures en Argentine, le géant pétrolier anglo-néerlandais Shell a confirmé, vendredi 24 février dernier, son intention d'investir 300…
ven 11 Déc 2015
Avec la lutte contre le réchauffement climatique, les énergies fossiles vont progressivement disparaître. Pour anticiper cette nouvelle donne, l’industrie gazière veut prendre un virage à 180° et investir dans la transition énergétique. (suite…)
mar 1 Mar 2016
La Commission européenne vient de faire des propositions législatives pour instaurer la transparence lors des négociations entre un pays de l’Union et un « Etat tiers », concernant les infrastructures énergétiques. En ligne de mire, notamment : la Russie et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *