Energie solaire : le manque de suivi des projets inquiète les professionnels

Energie solaire : le manque de suivi des projets inquiète les professionnels

energie-solaire-renouvelables-enerplan

Malgré une politique largement incitative de l’Etat, qui s’est manifestée par de nombreux appels d’offres successifs ces dernières années, la filière solaire française peine à accélérer son expansion et accuse toujours un certain retard sur les objectifs de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Un nombre significatif de projets sélectionnés par l’Etat lors du grand appel d’offres national de 2015 ne se sont toujours pas concrétisés, selon le syndicat professionnel de l’énergie solaire Enerplan, qui s’inquiète ici du manque de suivi caractéristique de la part du gouvernement.

Dans le cadre d’une étude publiée jeudi 9 novembre 2017 par le cabinet de conseil en financement Finergreen, Enerplan et France Territoire Solaire ont souhaité interroger les lauréats de l’appel d’offres CRE3 désignés en décembre 2015 pour les centrales solaires au sol et en grande toiture, afin de caractériser à ce jour l’état d’avancement des projets lauréats. Or, sur les 1.100 MW attribués à cette occasion, au moins 669 MW manquent encore à l’appel, alors que le délai limite pour les construire est fixé au 5 décembre prochain.

Manque d’information sur le suivi des appels d’offres solaires

Parmi ces projets non encore terminés, 457 MW sont encore en construction, 199 MW sont « en suspens », et 13 MW ont été définitivement abandonnés, soit un niveau « assez faible », juge Daniel Bour, président d’Enerplan, qui rappelle toutefois qu’un nombre important de lauréats non pas répondu à l’étude. Pour expliquer ce retard, la première raison évoquée est un problème de fourniture de matériel, lié à la liquidation judiciaire du fabricant de panneaux photovoltaïques Sillia VL en juin dernier. « L’entreprise a dû fermer un site, tandis qu’un autre a été repris par l’italien Recom Italia SRL, ce qui a obligé les développeurs à demander une autorisation pour pouvoir changer de fournisseur », poursuit Daniel Bour. Certains ont également mis en avant de problèmes de permis de construire, de coûts de raccordement au réseau ou de financement.

Mais quelle que soit la raison, cette étude partielle montre surtout « le manque d’information » sur le suivi des appels d’offres, un phénomène « aberrant » alors que la montée en puissance des énergies renouvelables est un des objectifs majeurs de la politique énergétique française. « Les ambitieux objectifs de la PPE doivent se traduire en production. Nous invitons le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire à travailler avec les acteurs du solaire à la simplification des procédures d’appels d’offres, et au respect par les lauréats du délai de construction de deux ans. Un MW attribué doit être un MW qui produit deux ans plus tard », ajoute M. Bour.

Crédits photo : Lenulenac

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 7 Juil 2016
L’Europe est à l’aube d’une nouvelle ère basée sur l’utilisation massive des énergies renouvelables. C’est en substance l'une des conclusions du "New Energy Outlook 2016", publié en juin par l’agence américaine Bloomberg New Energy Finance. Selon les experts qui ont…
mar 5 Jan 2016
Des chercheurs du département d'optiques et de photoniques du Centre National de l'Université de Taiwan ont mis au point un nouveau dispositif omnidirectionnel permettant aux cellules solaires de récolter la lumière du soleil sous plusieurs angles. Une technologie originale qui…
Alors que les Écossais se prononcent aujourd'hui jeudi 18 septembre sur leur indépendance et la séparation de l'Ecosse et du Royaume-Uni, des questions se posent quant à l'avenir de la collaboration des deux nations en matière énergétique. Un marché commun pourrait se segmenter…
mar 30 Sep 2014
Largement sous-équipée en capacités de production éolienne terrestre, avec seulement 10 MW de puissance installée seulement depuis le mois de juillet dernier, l'Algérie entend désormais accélérer de manière significative le développement de la filière éolienne sur son territoire. Le président…

COMMENTAIRES

  • Faire du solaire sans utiliser la part thermique qui est la plus importante et capter ainsi environ 80% de l’énergie solaire (contre quelques 20% seulement) alors que l’on a justement plusieurs entreprises françaises sur ce thème est de l’aveuglement !

    Plusieurs études en France aux bilans très positifs ont été publiées sur ce sujet, concernant soit l’hybride (aérovoltaïque, thermovoltaïque) pour l’électricité, le chauffage, la ventilation, le couplage avec pompes à chaleur etc

    Cà ne coûte pas beaucoup plus cher mais par contre c’est plus rapidement amorti et çà concerne des entreprises françaises.

    En plus il existe plusieurs solutions de stockage à faible coût çà va du très classique ballon d’eau chaude aux matériaux à changement de phase (Sunamp, Tata Steel etc) en passant pas l’injection aux réseaux de chaleur etc.

    Plutôt que de s’exciter sur les objectifs, mieux vaudrait se pencher sur les meilleures solutions et résultats bien plus rapides à atteindre via la meilleure utilisation du solaire.

    Rien que la surface de toitures voire mûrs d’entreprises pouvant accueillir du solaire hybride PV-T ou thermique ou concentré etc en France est impressionnante tout comme l’usage de chaleur (voire de réfrigération) local concerné.

    S’il faut soutenir une direction via des aides modestes, autant que ce soit cette direction et la meilleure en terme d’efficacité énergétique et de bilan financier final et ce alors que les prix du pétrole (64 $ le baril de brent) et du gaz remontent et ce pour longtemps à présent tout comme ceux du C02 qui sera à plus de 80 euros la tonnes d’ici 3 ans.

    Et ce ne sont pas les solutions, résultats positifs et perspectives qui manquent. Parmi bien d’autres :

    https://cegibat.grdf.fr/pdf/5861/2213.

    .

    Répondre
  • Le problème des appels d’offre, c’est qu’ils sont établis par des cabinets spécialisés dans le montage administratif des dossiers (la partie la plus facile) et que la maîtrise d’oeuvre est beaucoup plus difficile !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *