L’Europe veut booster l'industrie de la voiture propre

L’Europe veut booster l’industrie de la voiture propre

edf-vert-electrique-auto-voiture-propre-electrique-recharge-domestique

En retard sur l’industrialisation des batteries de stockage au lithium, l’Union européenne n’entend pas se laisser déborder sur le marché de la voiture propre par ses concurrents américains ou asiatiques, et prévoit d’encourager désormais massivement son développement. La Commission européenne a détaillé pour cela, mercredi 8 novembre 2017, sa stratégie pour doper l’industrie des voitures propres au sein de l’UE, en imposant par exemple de nouvelles limites de rejet de CO2 pour le secteur automobile.

Désireux d’atteindre à l’horizon 2030 « un parc automobile propre, alimenté par de l’énergie propre », selon les termes du Vice-Président de la Commission européenne lui-même Maros Sefcovic, l’Union européenne veut inciter davantage les industriels du secteur à s’engager dans la mobilité électrique, et prévoit dans ce but la mise en place de nouveaux seuils d’émissions de CO2 pour les voitures et utilitaires légers produites entre 2021 et 2030.

Voiture propre : vers un système plus incitatif

La Commission souhaite que la moyenne des émissions de CO2 recule de 30% d’ici 2030, avec un objectif intermédiaire de -15% en 2025, et veut modifier la législation en cours depuis 2015 qui fixait les émissions acceptables à 95 grammes de CO2 par kilomètre parcouru. Rejetant cette fois l’idée des quotas, Bruxelles opterait pour un système basé sur « l’incitation », « inspiré par ce qui se fait en Californie », selon M. Sefcovic, et dans lequel les constructeurs qui dépassent les références fixées par l’UE dans la production de véhicules propres obtiendraient une augmentation des limites d’émissions de CO2 pour leurs véhicules à essence ou diesel. « L’UE a réduit ses émissions de 23% depuis 1990 tandis que les émissions liées au transport routier ont augmenté d’environ 20%. Cela va clairement l’encontre de nos objectifs climatiques liés à l’accord de Paris », a noté Miguel Arias Canete, commissaire européen à l’Action pour le Climat.

Mais outre la nécessité de répondre aux objectifs climatiques de l’Union, le nouveau marché de la voiture propre représente surtout un potentiel de développement considérable pour les entreprises européennes sur lequel la Chine et les Etats-Unis semblent déjà avoir une longueur d’avance. A ce jour, seuls 6 modèles de voitures électriques sont disponibles dans l’UE, contre plus de 400 en Asie, et le parc automobile européen ne comptait en 2015 que 0,1% de voitures électriques et 0,4% d’hybrides selon l’Association européenne des constructeurs automobiles (ACEA).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 19 Nov 2014
Amprion et RTE, les gestionnaires des réseaux électriques allemand et français, viennent d'annoncer la signature d'un accord sur le développement de leur coopération. Ils souhaitent ainsi améliorer l'interconnexion des réseaux électriques des deux pays et renforcer la sécurité électrique européenne.…
ven 3 Mai 2013
RTE, la filiale d’EDF dédiée à la gestion du réseau électrique haute et très haute tension vient d’annoncer la mise en service d’une nouvelle ligne. La ligne 400.000 volts Cotentin-Maine aura pour principale utilité de transporter l’électricité produite par le…
mar 12 Déc 2017
Deux ans jour pour jour après la COP21, un nouveau sommet étape baptisé « One Planet Summit » dédié au financement de la lutte contre le changement climatique s’est ouvert mardi 12 décembre 2017 à Paris. Co-organisé avec les Nations…
mer 18 Mai 2016
L'Arab Petroleum Investments Corporation (Apicorp) appelle à des investissements considérables dans les infrastructures électriques du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Selon une étude réalisée par l'Apicorp, ce ne sont pas moins de 334 milliards de dollars qui devront être…

COMMENTAIRES

  • En terme de voitures vraiment efficientes le hollandais Lightyear One comme Arrow STF en Australie et d’autres qui vont mettre en 2019 sur le marché des véhicules solaires à énergie positive (consommant moins que l’apport solaire pour rouler en deçà d’une certaine vitesse qui est souvent de l’ordre de 70 km/h constants), sont sur la meilleure voie car le bilan énergétique est le meilleur de tous les véhicules, et même meilleur qu’un train électrique transportant pourtant des centaines de personnes, rapporté à la consommation par personne transportée aux 100km (KWh/100km/personne) comme plusieurs études le démontrent.

    Il faut absolument se diriger vers ce type de véhicules électro-solaires car on évite les pertes et coûts de réseau (qui correspondent à 30% du prix de l’électricité en général dont il devient plus intéressant d’avoir du solaire sur son véhicule et sur son toit).

    Mais çà permet également bien moins de batteries (seulement 60 kg pour plus de 800 km d’autonomie y compris plus de 400 km de nuit à plus de 100 km/h constants comme déjà démontré par eVe Sunswift, Stella Solar Lux etc) donc également une bien meilleure utilisation des ressources.

    Tesla n’avait pas pu bénéficier du bas prix et amélioration du solaire et des batteries mais désormais c’est possible pour les nouveaux entrants.

    La Lightyear One design par l’italien Zagato, qui sortira en 2019

    https://www.autoblog.nl/nieuws/het-nederlandse-lightyear-werkt-hard-aan-revolutionaire-auto-102650

    Répondre
  • L’hydrogène et secondairement le biométhane le plus intéressant dans les avions (surtout les Blended Wing Body Aircraft comme le drone Neuron, les modèles de Boeing etc à l’horizon 2030 avec un bilan énergétique exceptionnel, bien supérieur aux meilleurs avions actuels) compte tenue de l’énergie rapportée au très faible poids (plus léger que l’air) et du plus haut rendement, et ce malgré les contraintes de l’hydrogène par ailleurs largement utilisé depuis longtemps dans le spatial

    https://cdn4.explainthatstuff.com/energy-density-fuels-versus-batteries.png

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *