Toulouse : un réseau de chaud et de froid alimenté à 100% par des déchets - L'EnerGeek

Toulouse : un réseau de chaud et de froid alimenté à 100% par des déchets

reseau_chaleur_froid_dechets_toulouse

La métropole de Toulouse a inauguré jeudi 7 septembre 2017, un nouveau réseau de chaud et de froid unique en France dans le quartier de la Cartoucherie. Alimenté à 100% par la combustion de déchets, ce réseau achemine l’eau chaude dans des canalisations jusqu’à des sous-stations qui peuvent en fonction des besoins, transformer par absorption cette eau chaude en eau froide, et offrir aussi bien de la chaleur l’hiver que de la fraîcheur l’été.

Destinés à exploiter l’énergie générée par la combustion des déchets pour alimenter des bâtiments publics ou des logements collectifs, les réseaux de chaleur et de froid se développent de plus en plus dans les grandes agglomérations françaises. On en compte désormais plus de 670 dans l’Hexagone dont 650 réseaux de chaleur et une vingtaine de réseaux de froid. Les réseaux combinant les deux sont pour le moment assez rares. Ils répondent à des besoins bien spécifiques dans des quartiers tertiaires et résidentiels qui présentent un équilibre entre les besoins de chaud et de froid.

Lire aussi : Le réseau de chaleur : recycler la chaleur pour économiser l’énergie

A Toulouse, après Bellefontaine et Bagatelle, le quartier de la Cartoucherie dans l’ouest de la ville a lui aussi inauguré cette semaine son nouveau réseau de chaleur et de froid renouvelable. En service depuis le 15 mai 2017, ce réseau chauffe et climatise les 12.000 m3 d’un pôle régional de formation et 7.000 m3 de bureaux. Il doit être étendu à 54.000 m3 d’ici 2025. « Il s’agit du premier réseau de froid, en France, alimenté à 100% par la valorisation énergétique des déchets, les autres réseaux de froid étant alimentés »à 95% » par de l’électricité, explique dans un communiqué le groupe Eneriance à l’origine du projet.

Lire aussi : A Toulouse, l’éclairage public fonctionne aux énergies vertes

Mis en œuvre pour un coût de 2,7 millions d’euros (financé à hauteur de 512.000 euros par l’Ademe), ce projet permet d’avoir recours aux énergies locales renouvelables et de récupération, de faire bénéficier les utilisateurs d’un tarif compétitif et de lutter contre la précarité énergétique. Enfin, en comparaison à une alimentation électrique plus traditionnelle, ce système permettra d’éviter à terme les émissions de 57 tonnes de CO2 par an pour le froid et 1.512 tonnes de CO2 pour le chauffage.

Crédits photo : Eneriance

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 10 Avr 2015
Le groupe français Steadysun a signé récemment un accord de recherche et de développement avec le CEA (Commissariat à l'Energie Atomique et aux énergies renouvelables) afin d'améliorer ses outils et services prévisionnels en matière de production d'énergie solaire. Une filière…
jeu 7 Juil 2016
Si l'énergie des vagues, appelée aussi énergie houlomotrice, laisse entrevoir des perspectives de production très prometteuses (on estime le potentiel énergétique à plus de 100 gigawatts dans le monde), son développement se heurte encore aujourd'hui à des coûts d'exploitation trop…
ven 4 Sep 2015
Les habitants de la vallée de Luz, à l'intérieur du Parc National des Pyrénées, ont récemment été les témoins du passage d'un convoi exceptionnel d'une taille impressionnante. Ce convoi acheminait un transformateur EDF de 120 tonnes depuis Bayonne jusqu'à la centrale…
mar 11 Juil 2017
Peu de régions françaises ont autant d’atouts que la région Provence-Alpes-Côte d’Azur en matière d’énergies renouvelables : un fort taux d’ensoleillement, les accès à l’eau, de grandes étendues… Pourtant, même si elle est bien classée parmi les régions vertes, la…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *