Téléphonie mobile : comment limiter l’impact environnemental de votre portable ? - L'EnerGeek

Téléphonie mobile : comment limiter l’impact environnemental de votre portable ?

consommation-energie-smartphone

Largement démocratisés, les téléphones portables proposent désormais de multiples fonctionnalités et une connexion permanente au réseau Internet, qui augmentent considérablement leurs besoins énergétiques. Utilisés au moindre prétexte, ces appareils sont aujourd’hui dans toutes les poches et représentent un coût énergétique considérable au niveau mondial, inconciliable avec les nouvelles exigences environnementales. Il est pourtant possible d’en limiter l’impact assez facilement en adoptant des comportements plus responsables, qui vous permettront à terme de réduire votre facture d’électricité et votre empreinte carbone, tout en restant joignable.

Un taux d’équipement record qui pèse sur les consommations énergétiques

Avec plus de quatre milliards d’utilisateurs à travers le monde, le téléphone portable s’est imposé en quelques années comme le seul outil réellement indispensable pour rester connecté et en lien avec son entourage plus ou moins proche. Présentant en général 100 % de taux d’équipement dans la majeure partie des pays européens comme en France, en Allemagne, en Espagne ou au Royaume-Uni, il aurait même atteint près de 150 % en Italie. Dans l’Hexagone, on compte aujourd’hui plus de 75 millions d’utilisateurs pour une population de 65 millions d’habitants. Des chiffres records qui ne font qu’augmenter à la fois sur le nombre d’appareils en circulation et sur la durée moyenne d’utilisation. Car en effet, les innovations technologiques et la multiplication des fonctions et options que proposent ces téléphones ont également engendré une modification des habitudes de consommation et un recours accrue à ces appareils (appels, connexion Internet, réseaux sociaux, appareils photo, etc.). Pour exemple, 187,1 milliards de messages (SMS ou MMS) ont été envoyés en 2013 contre seulement 64,3 milliards en 2009, soit près du triple en seulement quatre ans d’évolution.

Lire aussi : Consommation d’énergie : comment optimiser l’usage de vos appareils multimédia ?

Problème, ce fidèle compagnon s’avère très demandant en énergie et l’arrivée des smartphones, beaucoup plus énergivores que les mobiles traditionnels, a accentué des besoins de rechargement devenus quotidiens. Ajoutez à cela l’évolution des équipements de téléphone fixe (connecté et sans fil), le secteur de la téléphonie a vu sa consommation énergétique et son impact environnemental grimper en flèche ces dernières années. Une tendance contre laquelle il paraît difficile de lutter tant la téléphonie portable a bouleversé notre quotidien, mais qu’il est toujours possible d’atténuer par l’optimisation de nos usages dans le sens d’une meilleure efficacité énergétique.

Achat et usages : quelques conseils pour réduire la consommation de votre téléphone

Le premier pas vers l’efficacité énergétique se fait lors de l’achat de votre appareil. En choisissant un modèle plutôt qu’un autre, il est en effet possible de limiter son impact sur l’environnement. Évitez par exemple les téléphones à clapet ou les appareils dotés d’un écran LCD qui sont plus énergivores. Il est également conseillé de s’équiper dans la mesure du possible d’un chargeur solaire ou à dynamos qui ne consomment pas d’électricité sur le réseau, ou au moins, d’un chargeur indiquant la fin de charge. Pensez bien dans ce cas à débrancher votre téléphone dès que la recharge est terminée car, même chargé il continuera à consommer inutilement. De la même façon, débranchez systématiquement le chargeur qui même sans téléphone au bout du câble, continuera également à consommer de l’électricité.

Lire aussi : Les bonnes pratiques pour devenir « plus écolo » au bureau

Concernant l’utilisation même de votre appareil, il est recommandé de couper les connexions 3G, Wi-Fi et Bluetooth si elles ne sont pas utilisées (ces protocoles consomment beaucoup d’énergie), d’ajuster la luminosité de l’écran selon le contexte (à l’intérieur, l’écran est lisible même avec une faible luminosité et consomme ainsi beaucoup moins d’énergie), ou de sélectionner le mode « économie d’énergie » proposé en option. Vous pouvez également faire le ménage dans vos applications (certaines sont peu utilisées mais très gourmandes en ressources), utiliser le GPS (géolocalisation) avec parcimonie, retirer le mode vibreur si possible, et réduire le volume sonore de la sonnerie ou des notifications.

Recyclage des appareils en fin de vie

L’obsolescence programmée de certains constructeurs dénoncés par Greenpeace en juin 2017 comme Apple et Samsung ainsi que les offres commerciales toujours plus attrayantes incitent les consommateurs à remplacer régulièrement leurs téléphones. En moyenne, les consommateurs changent de portable tous les vingt mois (dix mois pour les plus jeunes). Une fréquence qui génère des quantités de déchets importantes et un impact environnemental croissant au regard des matériaux toxiques que contiennent ces appareils.

Lire aussi : Recyclage des déchets : le nouvel allié du climat dans l’Hexagone

Plusieurs solutions existent alors pour se débarrasser de ces équipements en grande partie recyclables. Le plus simple reste encore de le rapporter au distributeur lors de l’achat de votre nouveau matériel. Des programmes de récupération ou de rachat des téléphones mobiles ont été lancés par les opérateurs français dans le cadre d’une charte d’engagements volontaires sur le développement durable signée en juillet 2010. Ces opérateurs se sont ainsi engagés à accroître la collecte des mobiles en proposant aux consommateurs des incitations de différentes formes (financières, sociales, écologiques). Si vos appareils sont toujours en état de fonctionnement ou réparables, vous pouvez également choisir de contacter certains associations ou entreprises d’insertions qui proposent de les récupérer gratuitement afin de les réparer, de leur trouver un nouveau propriétaire, ou en dernier recours, de recycler des pièces exploitables.

Crédits photo : Niekverlaan

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 26 Jan 2017
Consommation électrique annuelle moyenne et totale et le nombre de sites par secteur d’activité, aux mailles géographiques région, EPCI et IRIS sur le réseau Enedis. Les données publiées correspondent aux années 2011 à 2015. Source : https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/consommation-electrique-par-secteur-dactivite/
mer 4 Mar 2015
Jean-Louis Borloo, ancien ministre de l'Écologie qui préside désormais la fondation "Énergie pour l'Afrique", a profité de son passage à la matinale d'Europe 1, mardi 3 mars, pour présenter en détails "son plan Marshall" pour l'électrification du continent. Un projet, selon…
jeu 3 Déc 2015
Le réseau français RS2E, qui réunit chercheurs et industriels, a dévoilé le vendredi 27 novembre dernier le premier prototype de batterie sodium-ion. Une technologie avancée présentant des caractéristiques similaires aux batteries lithium-ion actuellement exploitées dans les secteurs de la téléphonie…
jeu 7 Mai 2015
En mars dernier, RTE s'engageait à rehausser le montant de ses investissements sur le réseau électrique français, afin d'accompagner un certain nombre de projets : création de la liaison électrique souterraine entre la France et l'Italie, raccordement du parc photovoltaïque de Cestas (le plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *