Les compteurs communicants en Europe : la France reste à la traîne - L'EnerGeek

Les compteurs communicants en Europe : la France reste à la traîne

Les compteurs communicants se déploient partout dans le monde. Partout ? En France, la saga du compteur Linky n’en finit pas d’alimenter les controverses en tous genres : fiabilité des données, risques pour la santé, efficacité sur le long terme… Les arguments à l’encontre des compteurs communicants installés par Enedis ne manquent pas, et pourtant Linky représente une opportunité à saisir pour les consommateurs. Car dans les années à venir, il pourrait devenir le principal outil d’un réseau électrique plus performant, plus intelligent, avec à la clé des économies non négligeables pour les foyers français.

Les compteurs communicants : un déploiement inégal en Europe

C’est en 2009 que la Commission Européenne a adopté la directive en faveur de règles communes pour le marché de l’électricité, avec notamment une volonté de moderniser les réseaux électriques pour entrer dans une stratégie de smart grid. Mais comme toujours en Europe, le rythme d’adaptation n’est pas le même selon les pays. Et si l’Italie, la Suède, la Finlande et l’Espagne ont déjà terminé l’installation des compteurs communicants, les autres pays européens restent à la traîne.
En France, les compteurs Linky ont provoqué une levée de boucliers de la part de plusieurs associations et communes. Pour défendre le projet, L’ANSES et le CNIL ont dû monter au créneau et calmer les angoisses des consommateurs français. La protection des données personnelles a été garantie par la CNIL afin de rassurer les plus sceptiques. Par ailleurs, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail ainsi que l’Agence Nationale des Fréquences ont mené des analyses et réussi à démontrer que les compteurs étaient inoffensifs pour la santé des habitants.

Des études ont été menées en France pour rassurer les consommateurs face au risque que les compteurs communicants pouvaient représenter pour la santé.

A l’heure actuelle, le seul pays européen à être encore plus en retard que la France est l’Allemagne. Dans un pays où l’électricité coûte deux fois plus cher qu’en France, le sujet est un enjeu primordial pour les particuliers. Mais avec 800 gestionnaires de réseaux et quatre transporteurs d’électricité différents, l’Allemagne a bien du mal à amorcer la modernisation de son réseau. De quoi décourager la chancelière Merkel dont le gouvernement a même annoncé que le remplacement des 48 millions de compteurs électriques allemands n’était plus une priorité.

Vers un réseau digitalisé et plus performant

Pourtant, la Commission Européenne a raison de croire en l’avènement des compteurs communicants. Car sur le long terme, ces compteurs intelligents sont la clé de voûte d’un système qui permet de digitaliser le réseau électrique.  Les compteurs ont vocation à devenir des outils de mesure et de pilotage pour basculer progressivement dans une logique de smart grid. La technologie des compteurs CPL utilise le réseau basse tension pour communiquer les informations. Le réseau d’information électrique se structure donc entre les compteurs des particuliers, des concentrateurs installés en relai du réseau et, en fin de course un système d’information central qui permet de traiter toutes les données des clients et du réseau global. Grâce à la précision accrue des informations, les gestionnaires de réseau visent une meilleure compréhension des dynamiques de consommation, ce qui doit entraîner un pilotage du réseau plus efficace et mieux adapté, notamment en cas de pics des besoins électriques.

L’Italie a été l’un des tout premiers pays européens à saisir cette opportunité. En effet, chez nos voisins le déploiement des compteurs communicants a commencé dès… 2001 ! L’Italie, qui importe une grande partie de son électricité, est largement tributaire de ses voisins pour couvrir ses besoins énergétiques. Par ailleurs, en septembre 2003, le pays a connu une gigantesque panne électrique qui a plongé une grande partie du territoire dans le noir pendant plusieurs heures. A la suite de débats passionnés, l’Italie a décidé d’investir dans la modernisation de son réseau en pariant sur les compteurs communicants pour avoir une meilleure maîtrise de sa consommation. Pari gagné puisqu’à l’heure actuelle  32 millions de compteurs ont déjà été installés, ce qui a profondément amélioré la gestion du réseau.

Le déploiement des compteurs communicants en Europe demeure très inégal.

Une nouvelle manière de consommer l’énergie

Pour les consommateurs, le compteur Linky offre des avantages souvent relayés au second plan. Grâce au suivi de consommation plus précis, la facturation se fait désormais sur la base des données réelles enregistrées par le compteur, et non plus sur les estimations d’EDF. Le consommateur évite donc toute surprise. Mieux : il permet aussi le suivi de la production domestique pour les foyers équipés de panneaux photovoltaïques.

Contrairement aux compteurs basiques installés aux Etats-Unis ou en Chine, Linky a vocation à s’inscrire dans une logique de pilotage de la consommation d’énergie pour faire de chaque usager un consom’acteur. Comme un appareil de domotique, il donne des informations détaillées et permet donc au client d’adapter sa consommation. Cette rationalisation de la consommation doit permettre de faire des économies d’électricité, et donc des économies sur la facture finale. Selon une étude menée par le CNRS auprès de 100 foyers français, les familles équipées de compteurs communicants maîtrisent mieux leur consommation et observent en moyenne une économie de 23% sur leur facture d’énergie.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 2 Déc 2013
Après Eurostat (organisme chargé des statistiques officielles de l'Union Européenne) et le cabinet d'audit et de conseil Deloitte, c'est au tour du politicien wallon François Bellot de dénoncer le prix de l'électricité belge. Le sénateur s'est en effet dit surpris…
sam 26 Août 2017
Le constructeur automobile Audi est décidément sur tous les fronts en matière d’innovation durable. Après les amortisseurs producteurs d’électricité qui équiperont la nouvelle Audi A8, le groupe allemand travaille actuellement, en partenariat avec Alta Devices, sur un modèle de toit…
ven 3 Mar 2017
Direct Energie, troisième acteur français de l'électricité et du gaz, a enregistré sur l'exercice 2016 un chiffre d'affaires de 1,69 milliard d'euros, en croissance forte de 66,5% par rapport à l'exercice 2015. Favorisé par la fin des tarifs réglementés de…
lun 13 Mar 2017
Alors que l'Europe ne dispose à l'heure actuelle que de peu d’acteurs dans la production de batteries pour voitures électriques, la Suède pourrait bientôt accueillir la plus grande usine de batteries lithium-ion du Vieux continent, profitant ainsi d'un marché en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *