Au Royaume-Uni, recharger sa voiture électrique peut faire sauter les plombs - L'EnerGeek

Au Royaume-Uni, recharger sa voiture électrique peut faire sauter les plombs

voiture-electrique-recharge-domestique

Alors que les voitures électriques commencent doucement à se multiplier sous l’impulsion de politiques gouvernementales incitatives, ce nouvel élan pourrait bien buter sur un obstacle supplémentaire en lien avec la faiblesse des réseaux. Selon National Grid, le gestionnaire du réseau électrique britannique, il est aujourd’hui déconseillé de recharger sa voiture tout en utilisant d’autres appareils électriques énergivores comme une bouilloire ou un micro-ondes, au risque de faire sauter les plombs.

C’est indéniable, malgré des prix encore élevés et la faiblesse des réseaux de stations de recharge, les véhicules électriques tiennent le haut du pavé en matière d’innovation chez les constructeurs automobiles, et devraient connaître une progression fulgurante dans la prochaine décennie. A l’instar du ministre français Nicolas Hulot, le gouvernement britannique a annoncé cet été son intention de bannir les véhicules diesel et essence à l’horizon 2040 au profit des voitures électriques ou hybrides, et plus de 140 millions de voitures pourraient se retrouver en circulation dans le monde à l’horizon 2030 (contre seulement 2 millions aujourd’hui), si ces prévisions se concrétisaient.

Lire aussi : Fin des voitures thermiques en 2040 : les constructeurs soutiennent Nicolas Hulot

Problème, un tel volume de voitures électriques pourrait s’avérer largement excessif compte tenu de la puissance des réseaux actuels et des progrès réalisés en termes de recharge. En effet, s’il faut actuellement 19 heures pour recharger une batterie de 90 kilowatt-heure (kWh) avec un chargeur de 3,5 kW, cette durée peut être divisée par deux avec un chargeur de 11 kW, au risque de faire sauter les disjoncteurs domestiques, selon National Grid. Le gestionnaire du réseau estime ici que le rechargement rapide d’un véhicule sur l’alimentation domestique ne peut être cumulé à l’utilisation d’appareils ménagers bien souvent énergivores.

Lire aussi : Voitures électriques : un nouvel outil contre les pics de consommation ?

Pire encore, l’association Green Alliance avance de son côté que les infrastructures britanniques ne seraient pas prêtes à une augmentation rapide du parc électrique, et « qu’un seul tiers des foyers d’outre-Manche équipé de véhicules électriques serait suffisant pour provoquer des baisses de tension ».

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 3 Avr 2017
Déjà présent en France pour la fourniture de gaz et d'électricité (aux entreprises et collectivités), le groupe Eni a annoncé mardi 28 mars 2017 son intention de vendre de l'électricité sur le marché des particuliers. L'italien considère en effet le…
ven 18 Juil 2014
Le fournisseur d’électricité majoritaire de la région de Kansai, Kansai Electric Power Corporation, a trouvé le moyen d’inciter ses clients à lever le pied sur leur consommation d’électricité pendant les pics de demande estivaux : l’électricien va distribuer dès le 22…
jeu 16 Mai 2013
D’après le baromètre 2012 de l’Observ-ER, la production d’électricité en Afrique du Sud provient quasiment exclusivement des énergies fossiles. Cependant, de nombreux projets sont en cours pour y inclure de plus en plus d’énergies renouvelables. À l’heure actuelle, 93,3% de…
mer 8 Juil 2015
Le projet IDSE (Ile de Sein Energies), visant à approvisionner l'île de Sein uniquement avec des énergies renouvelables, vient contester le monopole réglementé du groupe EDF. Un projet ambitieux qui n’est pas prêt d’aboutir avec le retoquage récent de l’amendement…

COMMENTAIRES

  • Bonjour,
    Holalala, les unités et les chiffres!

    On parle de puissance des chargeurs donc en kilowatt (kW)!
    Cette puissance multipliée par un temps (ici 19h) devrait être égale à l’énergie stockée (moins des pertes, mais ne soyons pas si précis), ce qui n’est pas le cas dans l’exemple.

    19 x 3.5 = 66.5 kWh soit la recharge de 75 % de la batterie (donnée souvent utilisée dans les docs constructeur)

    Cordialement

    Clément.B

    Répondre
  • Et Nicolas Hulot qui parle de fermer 17 réacteurs nucléaires ! Il ferait bien de suivre une formation en systèmes énergétiques. Que d’incompétence et d’idéologie au pouvoir !

    Répondre
  • Cà souligne la nécessité d’abaisser le poids du véhicule à moins de 400 ou 500 kg comme plusieurs le font (Gazelle Tech, Bee Bee etc en France), d’améliorer encore l’aérodynamisme et les différents coefficients de roulement, de traînée, la gestion et récupération de l’énergie etc

    Le poids compte pour beaucoup dans ces paramètres.

    Et d’ajouter le maximum de solaire qui est maintenant complètement flexible, peu cher et peut se placer parfaitement sur toute les courbes du véhicule y compris les vitrages.

    Les nombreux véhicules de la gamme « Cruiser » (donc 2 à 5 places de tous les jours) du World Solar Challenge (WSC) dont la prochaine édition a lieu début octobre prochain en Australie sur quelques 3200 km, ont tous ces caractéristiques compte tenu des règles à respecter.

    Des dizaines de véhicules solaires sont sortis, ont été homologués sur route et ont parcouru des millions de km sous tous climats, démontrant la pertinence de ces véhicules malgré la ressource solaire limitée par m2 et selon encore les angles avec les techniques actuelles.

    La plupart sont à énergie solaire positive donc produisent plus autour de 70 km/h qu’ils ne consomment.

    Ils ont été officiellement testés pour des autonomies d’environ 800 km le jour et 500 la nuit à 106 km/h constant comme pour l’eVe Sunswift (830 km), la Stella Solar Lux (730 km) etc avec seulement 60 kg de batterie, donc on voit tous les avantages de poids, de prix etc

    Il en existe des dizaines, de la Solarwold GT aux Stella Solar Lux et Stella Vie en passant par ThyssenKrupp Sunriser et Suncruiser ou eVe Sunswift, Sunswift Violet etc

    Leurs avantages c’est de n’avoir que 60 kg de batterie en général et de pouvoir s’autocharger au moins une bonne part du temps. Tout comme de fournir de l’électricité complémentaire pour l’habitat ou autre.

    L’e-car solaire allemand est aussi vendu comme petit camion avec 80 km d’autonomie en Afrique dans des endroits non raccordés.

    Des milliers de véhicules et notamment bus sont vendus dans le monde mais avec plus ou moins de km solaires possibles.

    Sur des camions au Nord de l’Europe on a calculé que çà faisait économiser plus de 2000 litres de gazole par an ce qui n’était déjà pas si mal vus les camions inadaptés !

    Et bien sûr de plus en plus de marques automobiles s’y mettent Honda, Toyota, Tesla, Audi mais l’apport solaire pour le roulement est encore assez anecdotique vus les véhicules actuels et ils ne faut pas que les gens arrêtent trop vite de consommer de l’énergie pour les rentes des producteurs !

    Au plan commercial le néerlandais Ligthyear One va sortir une voiture avec 800 km d’autonomie :

    https://news.autoplus.fr/Lightyear-Voiture-electrique-Energie-solaire-Batterie-Panneaux-photovoltaique-1518236.html

    En Australie EVX Ventures son Immortus EVX solaire avec également 800 km d’autonomie.

    Répondre
  • ou encore parmi bien d’autres Elf d’Organic Transit (Etats-Unis), 2 places en tandem, 150 km d’autonomie, 48 km légal, environ 7500 euros :

    https://www.youtube.com/embed/4kPjYHkn-4A

    Tous ces véhicules sont beaucoup plus efficients, utilisent le minimum de batteries, ne feront pas disjoncter les compteurs, seulement les comptes d’EDF mais nous renfloueront comme d’habitude avec les économies réalisées pour ne pas froisser Bachoubouzouc qui tient tant à son uranium !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *