Eoliennes Francéole : une offre de reprise partielle a été déposée - L'EnerGeek

Eoliennes Francéole : une offre de reprise partielle a été déposée

Franceole-usine-eoliennes

Placée sous redressement judiciaire le 17 mai 2017 pour défaut de trésorerie, la société française de fabrication de mâts d’éoliennes Francéole pourrait finalement poursuivre son activité, ou du moins en partie. Une offre de reprise partielle a été déposée jeudi 17 août 2017, par le fonds d’investissements Nimbus concernant l’usine dijonnaise du fabricant bourguignon.

Malgré un chiffre d’affaires de 29 millions d’euros en 2016, le français Francéole ne disposait plus des fonds suffisants pour couvrir ses besoins au-delà du mois d’octobre. Une situation intenable qui a poussé le tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône à placer l’entreprise sous contrôle judiciaire et à chercher d’éventuels repreneurs. Envisagée dans un premier temps, l’élaboration d’un plan de reprise avait finalement été jugée trop « compliquée » compte tenu du coût de la main d’œuvre, de la surcapacité de production d’éoliennes au niveau européen, et de la forte concurrence des groupes portugais, espagnols et allemands.

Lire aussi : L’énergie éolienne en forte progression au 1er trimestre 2017

L’offre déposée cette semaine par le fonds d’investissement Nimbus, propose néanmoins de maintenir la quasi-totalité des emplois, soit une cinquantaine, sur le site de Longvic, dans l’agglomération dijonnaise, et de poursuivre l’activité de fabrication de mâts éoliens. Elle doit être examinée lors d’une audience prévue le 7 septembre prochain au tribunal de commerce de Chalon-sur-Saône, mais pourrait être reportée pour laisser le temps de la négociation. Le second site du groupe, situé au Creusot et qui n’est pas concerné ici, avait de son côté reçu une première offre au mois de juillet de la part de la société Matière. Mais ce repreneur potentiel, désireux de diversifier l’usine vers la production de ponts métalliques, ne garantissait le maintien que de 46 emplois sur plus d’une centaine.

Lire aussi : La production d’énergie éolienne au cœur de la recherche technologique française

Pour rappel, le fabricant Francéole était né fin 2012 de la reprise par le groupe Pélican Venture de deux entreprises distinctes : SIAG France, au Creusot, et Céole, à Longvic. A l’époque, les deux fabricants de mâts avaient déjà été placés en redressement judiciaire, minés par le recul du marché de l’éolien, notamment en raison de l’incertitude sur le tarif d’achat de l’électricité éolienne terrestre.

Crédits photo : Francéole

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 24 Avr 2018
A l’occasion de la première réunion du groupe de travail pour le développement de l’énergie solaire, mercredi 18 avril 2018, le secrétaire d’Etat au ministère de la Transition écologique et solidaire Sébastien Lecornu a annoncé les résultats de la quatrième…
mar 23 Avr 2013
Selon une étude de Bloomberg New Energy Finance, General Electric (GE) est devenu le premier fabriquant d’éoliennes dans le monde en 2012. Il rejoint le danois Vestas en première place, détenteur du titre depuis 2000. En effet, ils possédaient chacun…
mer 29 Mai 2013
La Dépêche du Midi annonce que 3 retenues EDF situées sur la Garonne (Ausson, Rodère et Miramont) seront l’objet d’opération de transparence pendant au moins 96 heures à partir d’aujourd’hui. Les transparences consistent à abaisser provisoirement le niveau des lacs…
mar 29 Mar 2016
L’Association internationale de l’hydroélectricité (IHA) vient de publier son rapport annuel, une occasion de rappeler la dimension stratégique de la filière. Dans ce document, elle montre le dynamisme de cette dernière, tandis que « 33 gigawatts (GW) de capacités hydroélectriques ont été…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *