Voitures électriques : un nouvel outil contre les pics de consommation ? - L'EnerGeek

Voitures électriques : un nouvel outil contre les pics de consommation ?

voiture_electriques_bornes_recharge_parking

Et si les batteries de nos véhicules électriques permettaient de rééquilibrer le réseau en cas de pics de consommation ? Constructeurs automobiles et énergéticiens y croient et testent l’utilisation des batteries automobiles comme moyens de stockage à grande échelle afin d’alimenter le réseau en électricité. Après Nissan et Enel, EDF et Direct Energie envisagent à leur tour des programmes expérimentaux.

Alors que les technologies de stockage de l’électricité se posent aujourd’hui comme seules alternatives pour répondre aux problèmes d’intermittence des énergies renouvelables, les constructeurs automobiles en partenariat avec les fournisseurs d’électricité commencent à considérer les batteries des véhicules électriques sous un autre angle. Réparties sur l’ensemble du territoire (dans l’hypothèse d’un fort déploiement de la mobilité électrique dans les décennies à venir), ces unités de stockage représenteraient en cumulé un apport d’électricité non négligeable durant les heures de fortes consommation, et permettraient ainsi de ne plus recourir à d’autres moyens de production complémentaires, généralement plus coûteux ou plus polluants.

Lire aussi : Voiture électrique : et si vous la rechargiez en roulant ?

Les énergéticiens et les installateurs de bornes ont imaginé pour cela des dispositifs d’optimisation de la recharge des véhicules (« smart charging ») qui permettraient d’inverser, lorsque cela est nécessaire, le rapport entre le réseau et les batteries des voitures électriques. Baptisée « vehicle to grid » (V2G), cette pratique est aujourd’hui en cours d’expérimentation au Danemark et au Royaume-Uni sous l’impulsion de l’énergéticien Enel, du groupe Nissan et de l’opérateur californien Nuuve. Selon Nissan, cette expérimentation aurait déjà démontré sa capacité à générer des revenus intéressants pour une flotte d’une dizaine de véhicules électriques.

Lire aussi : Voiture électrique : l’américain Tesla lance son « Model 3 »

Ce type de pratiques pourrait également bientôt voir le jour dans l’Hexagone. Au printemps, PSA a lui aussi annoncé un partenariat avec Enel, Nuuve, et Direct Energie, tandis qu’EDF, via sa filiale Sodetrel spécialisée dans la gestion de bornes de recharge, prépare déjà le terrain à de futures expérimentations. « Nous nous préparons et nous parlons beaucoup aux constructeurs, qui sont très intéressés« , explique dans les Echos Juliette Antoine-Simon, directrice générale de Sodetrel. « Cela suppose un écosystème à construire : il faudra que les bornes de recharge soient bi-directionnelles, qu’il y ait un tarif de rachat, des offres de marché… », ajoute-t-elle, précisant toutefois que rien ne pourra se faire sans un cadre réglementaire prédéfini.

Crédits photo : Indigo

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 12 Sep 2017
Après la France, qui a annoncé début juillet dans le cadre du plan Climat de Nicolas Hulot, son ambition d’en finir avec les voitures thermiques à l’horizon 2040, la Chine pourrait elle aussi s’engager sur la voie exclusive de la…
lun 30 Déc 2013
Un événement rarissime s’est déroulé à la Réunion dimanche. Pour la première fois depuis 16 ans, une coupure d’électricité généralisée a frappé l’île, après un violent orage intervenu en début d’après-midi. La foudre a endommagé trois lignes à haute tension…
mar 17 Nov 2015
L'Observatoire Capgemini des marchés européens de l'énergie se penche sur la digitalisation du secteur, tout en abordant la problématique de la sécurité d’approvisionnement. D’après les experts de la firme spécialisée dans les nouvelles technologies, les faibles prix des hydrocarbures freinent les…
mar 23 Mai 2017
Plus de deux ans après le partage de ses activités avec Veolia, la nouvelle version de Dalkia, filiale exclusive du fournisseur d'électricité EDF spécialisée dans les services énergétiques, entend poursuivre son développement sur la scène internationale. Interrogée sur les ambitions…

COMMENTAIRES

  • Ce serait peut-être plus logique de permettre aux gens d’avoir quand il le souhaitent plus de surface solaire sur leur(s) toiture(s) (et notamment hybride pour capter la part optimale de cette énergie) et développer des contrats de fournitures d’électricité à partir de leur stockage en cas de pics de demande car :
    – la source est fixe donc plus fiable,
    – les quantités stockables nettement plus importantes,
    – c’est sans doute plus simple à gérer qu’un véhicule qui peut devoir se déplacer à tout moment,
    – çà n’impacterait pas les batteries de voitures plus petites qui risquent d’être sollicitées et vieillir plus vite alors que c’est moins impactant pour du stockage à domicile qui demande moins de qualité,
    – le but est pour les voitures de diminuer le poids et donc aussi le volume des batteries alors que pour un bâtiment c’est peu important,
    – on commence à disposer de batteries de flux pour l’habitat avec quasiment pas de perte de charge et qui ont une longue durée de vie, ce qui n’est pas encore tout à fait le cas pour les véhicules
    etc.

    Le seul problème est que le stockage dans l’habitat progresse sans doute moins vite pour le moment que la vente des véhicules électriques car ils sont aidés mais l’habitat va rattraper avec plusieurs solutions possibles.

    Il paraîtrait donc plus logique de se consacrer à diminuer le poids et les batteries des véhicules afin d’augmenter leur efficience et d’utiliser par ailleurs les stockages des bâtiments, entreprises et habitats pour répondre aux pics de demande car en principe quelqu’un qui utilise le solaire de manière optimale avec la part thermique (qui lui permet en bonne partie aussi de se chauffer lors des pics de demande liés au froid) a généralement un habitat bien isolé, n’est guère voire pas concerné par ces pics et dispose d’une marge importante tout comme beaucoup d’entreprises où les gens ne travaillent généralement pas lors de ces pics.

    Ce type de rachat peut donc les intéresser et ils disposent de plus de capacités à fournir de manière plus fiable. Cà peut aussi aider au développement de ce marché et des innovations.

    Cà n’empêche d’ailleurs pas d’ajouter la capacité de stockage du véhicule et de l’habitat (ou de la flotte de véhicules pour des entreprises) dans beaucoup de cas, mais il paraît plus logique de signer des contrats avec le responsable d’un bâtiment (entreprise et ou habitat) qu’avec les seuls propriétaires d’un véhicule pour lesquels il faudra en plus beaucoup de contrats pour répondre aux pics de demande.

    Un centre commercial qui dispose de surfaces solaires importantes dont il utilise l’énergie principalement de jour et dispose de stockage pour la nuit, peut à priori trouver intérêt à ce type de contrats de revente lors des pics en même temps qu’il peut fournir de jour la recharge solaire, ce ne sont pas les toitures et parkings de centre commerciaux qui manquent pour cela.

    Reste à la loi de faciliter et encadrer cela mais on va encore se heurter au lobby nucléaire et députés apparentés nucléaires qui vont voir la concurrence d’un mauvais oeil et freiner l’émergence des solutions les plus logiques et optimales pour tenter de conserver leurs rentes de plus en plus à hauts risques.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *