Au Koweït, une marée noire menace les eaux du Golfe - L'EnerGeek

Au Koweït, une marée noire menace les eaux du Golfe

champs_offshore-koweït

Membre de l’Opep, le Koweït produit près de 2,7 millions de barils de pétrole par jour dont il tire 85% de ses revenus, et exploite pour cela depuis de nombreuses années maintenant plusieurs champs pétroliers offshore dans la mer du Golfe. Une exploitation performante au demeurant mais dont la moindre complication peut avoir des conséquences fâcheuses pour l’environnement. Les autorités koweïtiennes ont annoncé par exemple dimanche 13 août 2017, la formation d’une marée noire près d’un champ de pétrole offshore exploité conjointement avec l’Arabie saoudite.

« Des équipes d’urgence peinent à circonscrire une marée noire près du complexe pétrolier de Ras al-Zour » dans le sud du Koweït, a indiqué dimanche Talal al-Khaled, porte-parole de la Kuwait National Petroleum, dans un communiqué publié par l’agence officielle KUNA, et relayé par l’AFP.

Lire aussi : Prix du pétrole brut : l’Agence internationale de l’énergie appelle à la patience

Si la source de la fuite de pétrole et sa taille n’ont pas été communiquées de manière officielle, certains médias locaux ont affirmé qu’elle provenait d’un vieux pipeline sous-marin d’Al-Khafji, opéré conjointement par le Koweït et l’Arabie saoudite dans les eaux du Golfe. Selon eux, plus de 35.000 barils de brut se seraient déverser dans les eaux au large de Ras al-Zour, polluant la zone et contraignant les autorités à fermer deux centrales qui produisent de l’électricité et désalinisent de l’eau de mer afin d’éviter une contamination (le Koweït dépend beaucoup de la désalinisation pour son approvisionnement en eau potable).

Lire aussi : Accord pétrolier : la Russie et l’Arabie Saoudite favorables à une prolongation

De leur côté, l’Arabie saoudite et Bahreïn ont précisé que la marée noire n’avait pas encore atteint leurs eaux territoriales, précisant toutefois qu’ils resteraient vigilants dans les jours à venir. Ryad a notamment lancé un plan de crise comprenant une surveillance aérienne de la zone concernée, et des équipes de la Saudi Arabian Chevron, qui exploite une partie du gisement de Khafji, et d’un organisme saoudien spécialisé, se sont jointes aux opérations de nettoyage.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 1 Juil 2017
La forte mobilisation des villes américaines à la suite de la décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l’Accord de Paris nous l’avait déjà démontré, les villes ont un rôle déterminant à jouer dans le combat climatique et…
mar 12 Déc 2017
Deux ans jour pour jour après la COP21, un nouveau sommet étape baptisé « One Planet Summit » dédié au financement de la lutte contre le changement climatique s’est ouvert mardi 12 décembre 2017 à Paris. Co-organisé avec les Nations…
mar 18 Août 2015
D’ici 2018, la Nouvelle-Zélande ne produira plus d’électricité à grande échelle à partir du charbon. Genesis Energy, principal producteur d’électricité du pays, a annoncé la fermeture de ses tranches de charbon  encore en fonctionnement à la centrale de Huntly. Ces…
Le pétrole est la seule énergie qui, en 2015, a vu sa consommation augmenter dans les pays du G20, dans un contexte de ralentissement de la croissance et d'augmentation des préoccupations de sobriété énergétique. C'est du moins ce qu'affirme Enerdata,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *