Energie : le médiateur défend la limitation des rattrapages de facturation - L'EnerGeek

Energie : le médiateur défend la limitation des rattrapages de facturation

jean_gaubert_mediateur_national_energie

Destinée à éviter les rattrapages tarifaires trop importants pour les consommateurs, la loi de 2016 relative à la facturation de l’électricité et du gaz naturel interdit les rattrapages de plus de quatorze mois. Une disposition qui ne serait malheureusement pas toujours appliquée par l’ensemble des opérateurs selon un communiqué du médiateur national de l’énergie publié mardi 8 août 2017. Jean Gaubert déplore en effet un nombre toujours régulier de litiges opposant usagers et opérateurs en lien avec des facturations trop élevées.

« Force est de constater qu’un an après l’entrée en vigueur de cette mesure, les litiges concernant des rattrapages de facturation de plus de 14 mois perdurent« , a déclaré le médiateur national de l’énergie, Jean Gaubert, dans un communiqué. Adoptée en août 2016, cette limitation devait permettre d’éviter aux ménages d’avoir à payer soudainement des factures de consommation d’énergie de plusieurs années, pouvant atteindre parfois plusieurs milliers d’euros. Elle impose pour cela aux distributeurs de relever le compteur au moins une fois par an, et de limiter à deux mois supplémentaires le délai accordé aux distributeur pour contacter les clients dont le relevé n’aura pu être réalisé dans l’année.

Lire aussi : Précarité énergétique : le médiateur prévoit une forte hausse des coupures pour impayés

Problème, cette disposition ne serait pas appliquée pas tous les opérateurs qui profiteraient dans ce domaine de la méconnaissance des consommateurs. Le médiateur cite par exemple des cas de « relevé non effectués ou de régularisations tardives par le distributeur, d’index de relève non pris en compte, de facturations tardives ou bloquées par le fournisseur ». Si les opérateurs corrigent généralement la situation lorsqu’ils se retrouvent devant le médiateur, nombre de clients ignorent leurs droits et continuent de payer des factures de rattrapage de plus de 14 mois. Or, les sommes en jeu peuvent être très importantes et contribuer à placer certains ménages en situation de précarité énergétique (les litiges portaient sur des factures de 3.600 euros en moyenne en 2015).

« Face à cette situation anormale, il est impératif que fournisseurs et distributeurs mettent en place des dispositifs qui corrigent automatiquement avant leur émission les facturations portant sur plus de 14 mois de consommation », fait valoir le médiateur.

Crédits photo : Furets.com

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 28 Fév 2017
Engagé dans un processus de numérisation et de digitalisation de son parc de production censé en améliorer les performances, le groupe Engie a annoncé cette semaine la signature avec Schneider Electric d'un nouveau protocole d'accord concernant la gestion des données…
jeu 26 Jan 2017
En tant que banque de l’UE, la Banque européenne d’investissement (BEI) s'engage depuis plusieurs années en faveur d'une transition vers une économie sobre en carbone, respectueuse de l’environnement et capable de résister aux changements climatiques. Un combat qu'elle continuera de…
ven 22 Sep 2017
Créé en 2015 en remplacement du Crédit d’impôt développement durable (CIDD), le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) devrait connaître un certain nombre de bouleversements dans les années venir. Comme annoncé lundi 18 septembre 2017 par Nicolas Hulot lui-même…
mer 28 Août 2013
Avec 679 pannes de courant recensées entre 2003 et 2012, la qualité du réseau électrique de la première puissance mondiale fait pâle figure par rapport aux réseaux européens. Son ouverture à la concurrence et, surtout, la fréquence des catastrophes naturelles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *