Energie : le médiateur défend la limitation des rattrapages de facturation - L'EnerGeek

Energie : le médiateur défend la limitation des rattrapages de facturation

jean_gaubert_mediateur_national_energie

Destinée à éviter les rattrapages tarifaires trop importants pour les consommateurs, la loi de 2016 relative à la facturation de l’électricité et du gaz naturel interdit les rattrapages de plus de quatorze mois. Une disposition qui ne serait malheureusement pas toujours appliquée par l’ensemble des opérateurs selon un communiqué du médiateur national de l’énergie publié mardi 8 août 2017. Jean Gaubert déplore en effet un nombre toujours régulier de litiges opposant usagers et opérateurs en lien avec des facturations trop élevées.

« Force est de constater qu’un an après l’entrée en vigueur de cette mesure, les litiges concernant des rattrapages de facturation de plus de 14 mois perdurent« , a déclaré le médiateur national de l’énergie, Jean Gaubert, dans un communiqué. Adoptée en août 2016, cette limitation devait permettre d’éviter aux ménages d’avoir à payer soudainement des factures de consommation d’énergie de plusieurs années, pouvant atteindre parfois plusieurs milliers d’euros. Elle impose pour cela aux distributeurs de relever le compteur au moins une fois par an, et de limiter à deux mois supplémentaires le délai accordé aux distributeur pour contacter les clients dont le relevé n’aura pu être réalisé dans l’année.

Lire aussi : Précarité énergétique : le médiateur prévoit une forte hausse des coupures pour impayés

Problème, cette disposition ne serait pas appliquée pas tous les opérateurs qui profiteraient dans ce domaine de la méconnaissance des consommateurs. Le médiateur cite par exemple des cas de « relevé non effectués ou de régularisations tardives par le distributeur, d’index de relève non pris en compte, de facturations tardives ou bloquées par le fournisseur ». Si les opérateurs corrigent généralement la situation lorsqu’ils se retrouvent devant le médiateur, nombre de clients ignorent leurs droits et continuent de payer des factures de rattrapage de plus de 14 mois. Or, les sommes en jeu peuvent être très importantes et contribuer à placer certains ménages en situation de précarité énergétique (les litiges portaient sur des factures de 3.600 euros en moyenne en 2015).

« Face à cette situation anormale, il est impératif que fournisseurs et distributeurs mettent en place des dispositifs qui corrigent automatiquement avant leur émission les facturations portant sur plus de 14 mois de consommation », fait valoir le médiateur.

Crédits photo : Furets.com

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 22 Fév 2017
Si l'objectif de la France de réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2030 semble encore loin, la tendance à la baisse se poursuit malgré tout depuis le début des années 1990, et…
lun 23 Oct 2017
Couramment utilisés dans le monde de la production d’énergie pour décrire les performances d'une centrale électrique, les deux unités mégawatt (MW) et mégawattheure (MWh) ne sont pas forcément faciles à distinguer tant leur abréviation se ressemblent. Elles désignent pourtant des…
dim 18 Juin 2017
Située sur la cote est du Canada, l'île du Prince Edouard a beau être la plus petite province du pays, elle est aussi la province où la densité de population est la plus élevée. Pour autant, l’île ne produit que…
mer 16 Août 2017
Et si les batteries de nos véhicules électriques permettaient de rééquilibrer le réseau en cas de pics de consommation ? Constructeurs automobiles et énergéticiens y croient et testent l’utilisation des batteries automobiles comme moyens de stockage à grande échelle afin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *