Pourquoi ne pas recharger son smartphone avec des chaussures ?

Pourquoi ne pas recharger son smartphone avec des chaussures ?

Et si nos chaussures pouvaient assurer l’indépendance énergétique de nos appareils électriques nomades ? L’idée, qui peut paraitre un peu saugrenue, est pourtant le résultat de plusieurs années de travail effectuées par les chercheurs de l’Université de Wisconsin-Madison : ces derniers ont en effet mis au point des chaussures qui génèrent de l’électricité. Un concept désormais arrivé à maturité et qui serait prêt à être commercialisé. Explications.

Un dispositif basé sur le principe de l’électromouillage inverse…

La revue Scientific Reports s’est faite l’écho des travaux d’une équipe de scientifiques américains travaillant sur une technologie innovante de récupération et de stockage de l’énergie produite par le corps humain en déplacement. Intégrée dans une paire de chaussure, cette technologie permet de capter l’énergie thermique que produit l’homme en se déplaçant, de la transformer en énergie électrique puis de la stocker.

Pour cela, les chercheurs américains ont combiné dans une semelle le principe de l’électromouillage inverse et la formation de bulles de gaz sous pression. Concrètement, il s’agit de déposer un liquide conducteur entre deux plaques superposées.

Lors d’une période de marche, l’énergie cinétique du corps humain entraine la création de bulles de gaz qui grossissent jusqu’à éclater au contact de la plaque supérieure du dispositif. La répétition de ce phénomène met en mouvement le fluide conducteur qui génère ainsi une charge électrique. Cette dernière est captée puis stockée dans une batterie pour être utilisée plus tard.

… pour produire suffisamment d’énergie pour recharger un smartphone

« Le pied humain porte beaucoup d’énergie. Des estimations théoriques montrent qu’il peut produire jusqu’à 10 watts par chaussure, et que l’énergie est tout simplement perdue en chaleur. Un total de 20 watts n’est donc pas anodin, surtout par rapport aux besoins en énergie de la plupart des appareils mobiles modernes », explique Tom Krupenkin, professeur de génie mécanique à l’Université de Wisconsin-Madison.

Selon leurs concepteurs, les chaussures génératrices d’électricité permettraient donc de produire suffisamment d’électricité pour recharger smartphones, tablettes et autres ordinateurs portables. Le concept pourrait également s’avérer utile pour les populations qui vivent éloignées d’un réseau électrique. Enfin, il s’agirait d’un outil utile pour les exercices militaires ou pour les randonnées en autonomie complète.

Il existe actuellement un prototype de ces chaussures génératrices d’électricité. L’équipe en charge de son développement a créé une startup, baptisée InStep NanoPower, et recherche actuellement des investisseurs pour préparer sa commercialisation.

Crédit photo : Université de Wisconsin-Madison

Rédigé par : guy-belcourt

mer 26 Mar 2014
Vous avez peut être pu l’apercevoir voler aux abords de l’aéroport Mérignac de Bordeaux mais certainement pas l’entendre ! L’E-fan, premier avion du groupe Airbus fonctionnant sur batteries réalise en ce moment ses premiers essais dans le ciel aquitain. Beaucoup moins…
jeu 18 Juil 2013
En France, le tarif bonifié de rachat de l’électricité éolienne n’est pas défini comme une aide de l’Etat par la loi. En septembre prochain, la Cour de justice de l’Union européenne sera d’ailleurs amenée à se prononcer sur la qualité…
sam 9 Juil 2016
Le sommet des "Trois amigos", organisé le 29 juin dernier à Ottawa, fut consacré cette année principalement à des questions d'ordre climatique et énergétique. Les dirigeants des Etats-Unis, du Mexique et du Canada s'y sont engagés à coordonner leur politique en…
lun 3 Juin 2013
Le quatrième plus grand parc solaire français a été inauguré ce week-end dans les Landes de Gascogne (Lot-et-Garonne). Les quatre fermes photovoltaïques du parc s’étendent sur une surface de 75 hectares, ce qui représente 115 terrains de football. 180 000 panneaux…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *