Réfrigérateurs et congélateurs : comment éviter la surconsommation d’énergie ? - L'EnerGeek Réfrigérateurs et congélateurs : comment éviter la surconsommation d’énergie ? - L'EnerGeek

Réfrigérateurs et congélateurs : comment éviter la surconsommation d’énergie ?

Branchés 24 heures sur 24, les appareils électriques « froid » comme les réfrigérateurs ou les congélateurs sont très gourmands en énergie et représentent généralement un poste de consommation très important dans le foyer malgré les progrès réalisés ces dernières années en termes de performance énergétique. Eviter la surconsommation et réaliser des économies visibles sur la facture est toutefois possible si l’on choisit le modèle le mieux adapté à nos besoins et si l’on adopte les bons gestes au quotidien.

La classe énergétique : un critère déterminant ?

Comme leur nom l’indique, les appareils électriques « froid » permettent de conserver vos aliments au frais. Si leur consommation énergétique varie logiquement en fonction d’un certain nombre de critères comme la contenance de l’appareil, son emplacement dans votre domicile, son âge ou encore son état d’entretien, on estime généralement qu’un réfrigérateur consomme entre 100 et 1 000 kWh/an, et peut représenter jusqu’à un quart de la consommation électrique d’un ménage.

Lire aussi : Etiquettes-énergie : les rendre plus lisibles pour une meilleure efficacité énergétique

Détaillée sur l’étiquette-énergie, cette consommation énergétique est définie selon une échelle de performance mise en place au niveau européen. Cette échelle distingue les différents degrés de consommation allant de la classe G pour les appareils peu économes, à la classe A +++ pour les appareils sobres et efficaces sur le plan énergétique (un appareil classé A+++ par exemple consommeraient de 30 à 60% de moins qu’un appareil classé A+). Un système relativement pratique qui devrait encore gagner en simplicité dans les années à venir.

Les appareils électriques « froid » et leur consommation @Engie

Devenus au fil des ans de véritables arguments de vente, les tests évaluant l’efficacité énergétique des appareils ménagers manqueraient toutefois de fiabilité selon une étude publiée au mois de juin 2017 par le Bureau européen de l’environnement. Celui-ci remet en cause l’exactitude des résultats communiqués sur les étiquettes énergie et accusent les industriels d’enjoliver la réalité. « Comme pour l’automobile, où les tests effectués en laboratoire par les fabricants ne reflètent pas la consommation réelle d’une voiture sur la route, les appareils électroménagers testés consomment pour la plupart plus qu’annoncé lorsqu’on les utilise dans la vraie vie’, explique dans le Parisien Benoît Hartmann, directeur général du Cler, une association française partenaire du BEE.

Malgré tout, les industriels investissent massivement depuis plusieurs années pour rendre leurs appareils plus performants, et la consommation d’énergie globale des réfrigérateurs a bel et bien baissé de 16 % depuis 2008 (selon une campagne de mesures réalisée en 2016 dans une centaine de foyers français). Si cela ne vous paraît toujours pas suffisant, il est toujours possible d’en optimiser l’usage en adoptant des réflexes plus économes et plus responsables.

Des gestes simples pour éviter la surconsommation

Outre cette classe énergétique toute relative, il existe en effet un certain nombre de gestes simples qui vous permettront de limiter la consommation de vos équipements « froid » au quotidien. Il est recommandé tout d’abord de bien adapter la taille de votre réfrigérateur à vos besoins. Pour une personne, 100 à 150 litres suffisent ; pour 2 ou 3 personnes, 150 à 250 litres sont nécessaires ; pour 3 ou 4 personnes, prévoyez 250 à 350 litres ; et pour plus de 4 personnes, comptez 350 à 500 litres. Un combiné (réfrigérateur + congélateur) rentabilisera mieux l’énergie s’il est équipé de deux compresseurs, tandis que les réfrigérateurs américains, populaires pour leur distributeur de glaçons, consommeront deux fois plus qu’un appareil classique.

Lire aussi : Les ateliers économie d’énergie : EDF apprend à ses clients à réduire leur facture

Une fois l’appareil sélectionné en fonction de vos besoins, essayez d’adapter au maximum la température de vos appareils : pour un réfrigérateur, une température de 4°C est idéale. Pour un congélateur, veillez à une température entre -6°C et -18°C. Éloignez vos appareils de toute source de chaleur, et veillez à ce que l’air circule bien autour : prévoyez un espace d’au moins 10 cm derrière et au-dessus de l’appareil. Attendez aussi que vos aliments aient refroidi avant de les placer dans votre réfrigérateur ou votre congélateur. Vous éviterez ainsi à vos appareils de devoir travailler plus et donc de surconsommer.

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, pensez à dégivrer vos appareils tous les six mois environ (une simple couche de 3 mm de givre peut engendrer une augmentation de 30% la consommation énergétique), et à les nettoyer régulièrement. La poussière et la saleté accumulées sur la grille arrière par exemple, peuvent être à l’origine de 30% de l’électricité consommée par l’appareil. Les joints doivent également être propres et bien ajustés, s’ils adhèrent mal, votre réfrigérateur ou votre congélateur consommera plus.

Votre réfrigérateur consomme trop ? Remplissez-le !

Enfin et contrairement à ce que l’on pourrait penser, un réfrigérateur vide n’est pas forcément synonyme de faible consommation, bien au contraire. D’un point de vue technique, un réfrigérateur ne fabrique pas véritablement de froid mais capte plutôt la chaleur qui circule à l’intérieur pour l’évacuer à l’extérieur. Ces échanges de chaleur sont induits par le passage, dans un circuit fermé, d’un fluide frigorigène qui passe de l’état liquide à l’état gazeux quand il absorbe la chaleur des aliments.

Lire aussi : Economies d’énergie : des applications pour mieux réguler sa consommation électrique

Or, lorsque le réfrigérateur est rempli de nourriture, la température interne varie moins. Le compresseur de l’appareil vide se déclenchera donc plus souvent que celui d’un appareil bien rempli, et consommera par conséquent plus d’énergie. Comme l’explique Thérèse Kreitz, de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), « le poids entraîne une inertie thermique. Il faut plus de temps pour que la température augmente et déclenche le compresseur qui assure la circulation de l’air dans le réfrigérateur« .

Crédits photo : Enovos

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 25 Mar 2014
Alors que les pays émergents voit leur demande énergétique exploser, l’ONU s’inquiète dans son rapport « Eau et Energie » 2014, dévoilé le vendredi 19 mars. En effet, pour produire de l’énergie, 600 milliards de mètres cubes d’ « or bleu » sont utilisés chaque…
ven 13 Nov 2015
Début novembre, au Parc des expositions de Villepinte, avait lieu le Salon Batimat. A cette occasion, l’énergéticien EDF a notamment présenté sa feuille de route pour réduire les émissions de CO2 dans les logements individuels. (suite…)
jeu 7 Août 2014
Après le passage de la tempête tropicale Bertha vendredi dernier, la plupart des foyers Martiniquais ont été privés d’électricité au cours de l’après-midi. La raison de cette coupure généralisée : les impacts de foudre sur les lignes électriques. Permettant de protéger les installations électriques des…
mer 28 Août 2013
Avec 679 pannes de courant recensées entre 2003 et 2012, la qualité du réseau électrique de la première puissance mondiale fait pâle figure par rapport aux réseaux européens. Son ouverture à la concurrence et, surtout, la fréquence des catastrophes naturelles…

COMMENTAIRES

  • Il faut également bien aérer l’arrière du frigo ou congélateur (particulièrement dans les appareils encastrés) pour que l’échange de calories se fasse le plus efficacement possible (vérifier aussi s’il n’y a pas trop de « minous » ou toiles d’araignées sur l’échangeur ;o)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *