TurkStream : la Bulgarie veut prendre part au projet de gazoduc - L'EnerGeek

TurkStream : la Bulgarie veut prendre part au projet de gazoduc

Symbole de la réconciliation entre Moscou et Ankara, le projet de gazoduc TurkStream offrira à la Russie un nouveau point d’entrée en Europe pour ses exportations de gaz naturel, mais fera également de la Turquie un partenaire commercial de premier ordre dans la région. Un renversement de situation qui n’est pas forcement du goût du gouvernement bulgare qui entend bien défendre ses positions sur ce terrain. La Bulgarie a annoncé pour cela mercredi 19 juillet 2017, avoir demandé à Bruxelles l’autorisation de négocier avec Moscou pour qu’une des deux conduites du gazoduc TurkStream sous la Mer Noire débouche en Bulgarie plutôt qu’en Turquie.

Le projet TurkStream, dévoilé en 2014, est présenté comme une nouvelle alternative suite à l’annexion de la Crimée en Ukraine et à l’abandon du projet de gazoduc South Stream via la Mer Noire et la Bulgarie, bloqué par l’Union européenne. Il doit permettre de renforcer les échanges avec Ankara bien sûr, mais également d’ouvrir pour Moscou une nouvelle voie vers l’Europe, faisant de la Turquie un pays de transit à la place de l’Ukraine. Estimé à six milliards de dollars, ce projet prévoit la construction de deux conduites d’une capacité de 15,75 milliards de mètres cubes de gaz par an chacune, la première devant être achevée dès 2018 et la seconde fin 2019.

Lire aussi : Gaz : « Moscou cherche à sécuriser ses parts de marché en Europe »

Problème, la Bulgarie, initialement prévue dans le projet South Stream, comptait beaucoup sur ce premier projet pour contrebalancer le poids pris par la Turquie dans la région, et craint désormais pour ses propres infrastructures. Le pays redoute en effet de perdre les revenus actuellement liés au transit de gaz russe par son territoire par les structures existantes. « Il faut être naïf pour ne pas comprendre que dès que TurkStream sera achevé, le transit par la Bulgarie sera arrêté », a déclaré le Premier ministre bulgare Boïko Borissov lors d’une conférence avec les ambassadeurs bulgares à l’étranger.

Lire aussi : TurkStream : Gazprom lance la construction du gazoduc russo-turc

En guise de compensation, le gouvernement souhaiterait alors que la deuxième conduite du gazoduc TurkStream parvienne directement à son port de Varna (est), sur la Mer Noire, comme il était prévu pour South Stream, et non pas directement en Turquie, et souhaiterait pouvoir négocier avec Moscou dans ce sens. « J’attends une réponse de la Commission européenne (à laquelle nous avons demandé) de nous autoriser à commencer des négociations pour un tuyau directement vers la Bulgarie », a-t-il ajouté.

Crédits photo : EPP

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 12 Déc 2017
Trois ans après le partage de ses activités avec Veolia, la nouvelle version de Dalkia, filiale de la marque ombrelle EDF-SE spécialisée dans les services énergétiques, entend poursuivre son développement sur la scène internationale. Interrogée par l’AFP jeudi 7 décembre…
ven 21 Juil 2017
Symbole de la réconciliation entre Moscou et Ankara, le projet de gazoduc TurkStream offrira à la Russie un nouveau point d’entrée en Europe pour ses exportations de gaz naturel, mais fera également de la Turquie un partenaire commercial de premier…
mer 30 Nov 2016
Marc Benayoun, directeur général de la compagnie Edison, a évoqué lundi 28 novembre lors d'une rencontre avec la presse parisienne, ses nouvelles ambitions sur le marché national italien. La filiale du groupe français EDF entend en effet tripler le nombre…
mer 6 Déc 2017
Depuis le 1e décembre, la ville de Dammarie-les-Lys est passée à la géothermie pour assurer l’approvisionnement de son réseau de chaleur grâce à l’inauguration de sa nouvelle chaufferie géothermale. Une petite révolution énergétique dans cette ville de région parisienne qui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *