Nucléaire : Areva réalise sa 1ère augmentation de capital de 2 milliards d'euros - L'EnerGeek

Nucléaire : Areva réalise sa 1ère augmentation de capital de 2 milliards d’euros

areva-cea

Annoncée depuis plusieurs mois dans le cadre du plan de sauvetage du groupe Areva, la première augmentation de capital du géant industriel français a été officialisée mercredi 12 juillet 2017. D’un montant de deux milliards d’euros, cette levée de fonds opérée exclusivement par l’Etat sera suivie d’ici la fin du mois de juillet d’une seconde augmentation de capital de 3 milliards d’euros réalisée cette fois par l’Etat et les sociétés japonaises Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL) et Mitsubishi Heavy Industries (MHI).

Validée au début du mois de février 2017  par les actionnaires du groupe à l’occasion de deux assemblées générales consécutives, la recapitalisation d’Areva a débuté cette semaine sous la forme d’une première levée de fonds d’un montant de deux milliards d’euros réservée à l’Etat français, et injectée directement dans Areva SA, holding de tête du futur groupe restructuré. La seconde levée de fonds, d’un montant de 3 milliards d’euros, sera réalisée quant à elle avant le 31 juillet prochain au profit de NewCo, le nouvel Areva dont les activités iront de l’extraction de l’uranium jusqu’au démantèlement des centrales, suite à la cession de l’activité réacteurs à EDF au second semestre 2017.

Lire aussi : Bruxelles donne son accord au rachat d’Areva NP par EDF

« Le Conseil d’Administration d’Areva SA, réuni ce jour, a procédé à la mise en œuvre et a constaté la réalisation de l’augmentation de capital de 2 milliards d’euros », a indiqué le groupe dans un communiqué. L’émission de nouvelles actions s’est faite au prix de 4,50 euros par action. L’Etat détient désormais, directement et indirectement via le CEA (Commissariat à l’énergie atomique), 92,22 %2 du capital et 91,69 % des droits de vote d’Areva SA.

Le lancement de cette première phase de recapitalisation a été permis par la levée successive de deux conditions préalables fixées par la Commission européenne. Bruxelles souhaitait avant toute chose que l’autorisation de la cession d’Areva NP en vertu des règles européennes sur les concentrations soit validée et que les essais destinés à démontrer la conformité de la cuve du réacteur EPR en chantier à Flamanville soient concluants. Or, l’avis de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) du 28 juin dernier autorise désormais l’EPR de Flamanville (Manche) à démarrer avec sa cuve initiale.

Lire aussi : Restructuration d’Areva : Mitsubishi et Assystem entrent officiellement au capital de New NP

Dans un communiqué, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire s’est félicité « de la levée des deux conditions préalables fixées par la Commission européenne pour la recapitalisation d’Areva, qui constitue un jalon essentiel de l’exécution du plan de refondation de la filière nucléaire française« .

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 14 Août 2015
La fusion atomique fait beaucoup parler d’elle dans les milieux scientifiques. Ce procédé physique permettrait de produire plus d’énergie et moins de déchets radioactifs que la fission, utilisée à l’heure actuelle dans les centrales électriques. Or, aucun laboratoire de recherche…
mar 14 Mar 2017
Le 8 mars 2017, la Société Française de l’Énergie Nucléaire (SFEN) a organisé une journée de débats afin de s’interroger sur la complémentarité entre les énergies renouvelables et le nucléaire. Plusieurs experts, tels que Manuel Baritaud (AIE) et  Jean-Guy Devezeaux…
L’OCDE vient de publier ses « examens environnementaux », dans lesquels une partie entière est consacrée aux objectifs de la France. D’après les experts de l’organisation internationale, qui se sont intéressés aux politiques publiques appliquées au cours des dix dernières…
ven 14 Nov 2014
Après un ralentissement temporaire de l'énergie nucléaire au niveau international à la suite de la catastrophe de Fukushima au Japon en 2011, les capacités électronucléaires devraient connaître une forte croissance dans les 25 prochaines années. C'est ce qu'affirme le dernier…

COMMENTAIRES

  • Les fonds publics servent à payer les gabegies de ce secteur obligé de censurer l’information que l’on trouve sur des sites neutres et objectifs

    Areva-Siemens was supposed to hand over the number 3 reactor at the Olkiluoto nuclear site in 2009, but the latest forecasts indicate that it will not be production-ready before the end of 2018

    Finnish power firm TVO wins second ruling in dispute with French nuclear supplier Areva: The Finnish power company TVO is celebrating a second intermediate decision in its favour from the International Chamber of Commerce in a long-running dispute with nuclear reactor contractor Areva. The companies have been locked in years-long litigation over cost overruns and delays in the delivery of the Olkiluoto 3 nuclear reactor in southwest Finland.

    https://yle.fi/uutiset/osasto/news/finnish_power_firm_tvo_wins_second_ruling_in_dispute_with_french_nuclear_supplier_areva/9732827

    Répondre
    • Rappelons que, grâce à son parc nucléaire rentable, EDF a servi à l’Etat environ deux milliards d’euros par an en dividendes pendant les dix dernières années.

      Plus un peu moins d’un milliard d’euros par an au titre de la « taxe INB », plus l’IS et les taxes habituelles pour toute activité industrielle : Si le nucléaire a été surnommé « la vache à lait », ça n’est pas pour rien…

      L’augmentation de capital d’EDF et d’Areva n’a pas grand chose à voir avec la technologie nucléaire en elle-même, mais plus avec la gestion calamiteuse que l’Etat a imposé ou toléré dans ces entreprises sur la dernière décennie.

      Répondre
      • Si la technologie n’était pas en cause, pourquoi alors :

        – les autres principaux opérateurs du nucléaire sont tous en difficultés (et le prix des énergies n’explique pas tout)

        – que leur technologie ne s’exporte pas

        – que suisses, coréens, américains etc se retirent au fils des analyses et débats approfondis

        – que les prix du nucléaire ne cessent de grimper quand ceux des renouvelables ne cessent de baisser

        – qu’Hinkley Point doit déjà revoir ses prévisions après les autres fâcheux précédents en Finlande et à Flamanville

        – qu’Engie comme EDF et bien d’autres s’orientent vers les renouvelables (et ce ne sont pas les subventions en diminution presque partout voire absentes qui les motivent comme vous l’écrivez)

        etc

        Les problèmes sont plus profonds que les erreurs de choix, gestion etc et on peut citer des dividendes mais il faut les rapporter aux nombreuses et parfois énormes augmentations de capital (je n’ai pas le temps de vérifier mais vos dividendes ne me semblent pas peser lourd face aux seules augmentations parfois énormes de capital), transferts de charges, risques pris etc jeux comptables de rallongement de la durée de vie sans même que plusieurs centrales iront jusqu’au bout de leur vie et on peut anticiper que cà finira une fois de plus avec des rallonges d’argent public pour des démantèlements qui ont déjà dépassé les prévisions initiales.

        Je crois encore une fois que vous ne prenez pas en compte toutes les études qui ont été réalisées depuis de nombreuses années dans de nombreux pays, régions et Etats en toute objectivité et qui alertaient de ces divers problèmes.

        Si Nicolas Hulot a annoncé la fermeture de quelques 17 réacteurs conformément aux longs débats qui avaient eu lieu auparavant, c’est moins bête qu’il n’y paraissait comme je vous ai vu l’évoquer, mais pour amener les autres technologies que quasiment tout le monde anticipe comme plus compétitives et d’avenir à prendre la relève plus rapidement et y participer plus amplement au plan mondial via notamment différents accords et alliances dont plusieurs en place et non des moindres.

        Des secteurs comme le transport sont aussi touchés par ces évolutions technologiques et le TGV se heurte déjà à ces problèmes plus encore face à l’arrivée d’Hyperloop, Hyper Chariot, Transit X etc.

        Le secteur automobile aussi.

        On ne va pas chaque fois fermer les yeux et trouver des justifications plus ou moins erronées tous azimuts pour tenter de se raccrocher aux branches qui tomberont de toutes façons. Il est temps d’évoluer car prolonger chaque fois des centrales dont beaucoup ont été construites en série çà n’a qu’un temps qui passe très vite à l’échelle du pays.

        Répondre
        • Contrairement à ce que vous dites, les autres énergéticiens sont tous la tête sous l’eau, et c’est grâce au nucléaire à bas coût qu’EDF parvient à surnager.

          Répondre
  • Les gouffres financiers du nucléaire, pas seulement qu’en France :

    Two companies developing a nuclear plant in South Carolina announced Monday they would end construction of the $14 billion project

    http://thehill.com/policy/energy-environment/344628-south-carolina-companies-scrap-14-billion-nuclear-project#.WX-UsSoknQw.twitter

    Pendant ce temps le prix du solaire en France est ces jours-ci à 55 euros le MWh et des études paraissent sur le stockage à moins de 25 euros le MWh et en deçà.

    Répondre
    • « Pendant ce temps le prix du solaire en France est ces jours-ci à 55 euros le MWh »

      Pour le meilleur prix du meilleur appel d’offre pour des centrales de grande puissance en plein champ, sans tenir compte du coût de l’intermittence.

      « et des études paraissent sur le stockage à moins de 25 euros le MWh et en deçà. »

      Lol, montrez les nous vite ces études…

      Répondre
  • Plus intéressant est une étude britannique sur le solaire thermique et l’hybride pour lesquels nous sommes en retard comparé à Chypre, à l’Autriche, au Danemark etc

    Emerging solar heat technologies possess unique potential to meet an increasing global demand for energy, according to a new briefing paper: Solar-thermal technologies can play a leading role in meeting the decarbonisation targets set in Europe and beyond. Solar heating
    has the potential to cover more than 16% of the low-temperature heat use in an energy mix scenario that ensures a global temperature rise below 2 °C by 2050. In Europe, this share translates into 45% growth of the installed solar-thermal capacity by 2020, setting a challenging target of 1 m 2 of collector area installed per European citizen by 2020 and of 1.3 m 2 by 2050. The cases of Cyprus (where the installed capacity has reached 480 Wth per capita) Austria and Greece are particularly promising when contrasted with the opposite extremes of the UK, France, Italy, Spain and Portugal (below 10 Wth per capita). Denmark has had a strong solar-thermal market segment. Despite having one of the lowest irradiance levels in Europe, it has seen a growth of solar installations due to fact that most installations are connected to local district-heat networks. Despite its high initial cost, solar heat is already cheaper than
    natural gas and electricity in central and southern Europe. Similarly, in Denmark solar district heating is competitive with gas heating.

    Et le stockage de la chaleur d’été pour l’hiver, comme à Drake Landing dans l’Alberta entre autres. Ca couvre 100% des besoins, ne coûte pas cher et dure très longtemps.

    A seasonal store makes the excess heat in summer available to provide heating in winter. In this system, excess heat can be stored seasonally and used at a different time during the year when this is required. In this case, the solar system generates enough heat to cover over 95% of the annual thermal demand

    http://www3.imperial.ac.uk/newsandeventspggrp/imperialcollege/engineering/chemicalengineering/newssummary/news_26-7-2017-12-54-34

    Répondre
    • À l’instant où j’écris, le bilan carbone du mix électrique chypriote est 20 fois plus mauvais que le nôtre. Celui de l’Autriche est « seulement » 3 fois plus mauvais (mais bon, tout le monde ne peut pas avoir autant de montagnes et de barrages qu’eux). Et celui du Danemark est 6 fois plus mauvais que le nôtre.

      Pas de doute, nous sommes en retard…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *