Investissements 2016 : l’électricité plus forte que les hydrocarbures - L'EnerGeek

Investissements 2016 : l’électricité plus forte que les hydrocarbures

Si nos besoins en hydrocarbures ne devraient pas commencer à diminuer avant plusieurs décennies, compte tenu notamment de leur domination dans le secteur des transports, la filière connaît malgré tout un ralentissement significatif du fait des faibles prix du pétrole et de la percée croissante des énergies renouvelables. Selon le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) sur les investissements consentis en 2016 dans le secteur de l’énergie, publié mardi 11 juillet 2017, les investissements mondiaux dans l’électricité auraient même dépassé pour la première fois ceux consacrés au charbon, au gaz et au pétrole.

Les tendances historiques auront donc fini par s’inverser. Les investissements mondiaux dans le secteur des hydrocarbures et des énergies fossiles ont connu en 2016 des baisses importantes et se retrouvent aujourd’hui, de manière inédite, inférieurs aux investissements dans le secteur de l’électricité. Les investissements dans le pétrole et le gaz ont chuté de 25% entre 2015 et 2016, mais de 38% depuis 2014, et si l’on peut déjà anticiper un léger rebond en 2017, la situation ne devrait pas évoluer outre mesure. Idem pour le charbon, qui a perdu 20 GW de nouvelle capacité installée entre 2015 et 2016, et qui a vu ses investissements chuter d’un quart en Chine, premier marché mondial.

Lire aussi : Energies renouvelables : record d’installations et chute des investissements en 2016

Dans le secteur de l’électricité, la stagnation des investissements dans les énergies renouvelables, qui ont tout de même attiré 297 milliards de dollars d’investissements l’année dernière, n’a finalement pas eu d’effets, la filière bénéficiant d’investissements croissants dans d’autres secteurs clés de la transition énergétique comme les réseaux (qui se modernisent et se numérisent de plus en plus), le stockage et l’efficacité énergétique.

Attention toutefois, la production des renouvelables n’est toujours pas suffisante pour compenser le ralentissement des décisions d’investissement observées dans le nucléaire et l’hydroélectricité, et si les énergies vertes n’accélèrent pas encore un peu plus leur déploiement, cela pourrait nuire à la stabilisation des émissions de CO2, observée pour la troisième année consécutive, prévient l’AIE.

Crédits photo : AIE

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 16 Avr 2014
Schindler connaît bien le domaine des ascenseurs, mais cette fois-ci, probablement inspiré par le projet d'avion solaire Solar Impulse auquel il a participé, le groupe teste un ascenseur solaire à Barcelone. Baptisé le Solar Elevator, il est destiné à équiper…
lun 24 Juil 2017
Si les rapports successifs de l’ANFR et de l’ANSES (aussi rassurants soient-ils) ne semblent pas suffire pour convaincre les communes encore récalcitrantes à l’idée d’accueillir les nouveaux compteurs Linky sur leur territoire, la justice devrait finalement mettre un terme définitif…
mer 7 Jan 2015
Pour répondre à une demande en électricité galopante tout en limitant ses émissions de CO2, l'Inde s'appuie sur l'énergie nucléaire comme nous l'avons vu hier. Mais pas seulement. Le gouvernement indien via son Premier ministre Narendra Modi a fortement relevé les objectifs…
mar 31 Déc 2013
Selon les chiffres publiés mardi 17 décembre par l'Association d'électricité de Chine, la consommation d'électricité du pays aurait augmenté de 7,5% en base annuelle pour atteindre 4.830 milliards de kWh entre janvier et novembre 2013. Avec 93,5 milliards de kWh…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *