Fin des voitures thermiques en 2040 : les constructeurs soutiennent Nicolas Hulot - L'EnerGeek

Fin des voitures thermiques en 2040 : les constructeurs soutiennent Nicolas Hulot

voiture_thermique_essence_diesel

Décidément, les effets d’annonce en faveur des véhicules propres et de la mobilité durable se multiplient en ce début d’été. Après le groupe suédois Volvo qui annonçait cette semaine sa volonté de ne lancer plus que des véhicules électriques ou hybrides à compter de 2019, le ministre français de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot s’est engagé, mercredi 6 juillet 2017, dans le cadre de la présentation de son nouveau plan climat, à stopper les ventes de voitures thermiques dans l’Hexagone dès 2040. Un objectif ambitieux auquel les constructeurs automobiles français semblent plutôt favorables.

Si le nouvel objectif fixé par Nicolas Hulot aurait pu affoler les constructeurs français, beaucoup ont au contraire réagi avec enthousiasme, se disant prêts à relever le défi de la fin des voitures diesel et essence en France d’ici 2040. « C’est très positif. Les constructeurs français sont déjà dans cette dynamique d’électrification » de leurs véhicules, explique à l’AFP le directeur de la communication du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), François Roudier. La voiture électrique à 20.000 euros, « on y arrive, mais c’est un sacré challenge technique », ajoute-t-il.

Lire aussi : Forte progression des ventes mondiales de voitures électriques en 2016

Les constructeurs français semblent en effet en capacité technique de réaliser cet objectif. Renault a récemment quasi doublé l’autonomie de sa Zoé, passant de 240 à 400 kilomètres, et PSA a promis que 80% de ses modèles seront disponibles en motorisation électrique à horizon 2023, et doit sortir, entre 2019 et 2021, 5 modèles électriques et 7 modèles hybrides. « Nos propres constructeurs (automobiles) ont dans leurs cartons de quoi alimenter et incarner cette promesse », assurait ainsi Nicolas Hulot lors de la présentation à la presse de son nouveau plan climat.

Lire aussi : La voiture électrique, première menace pour l’industrie pétrolière

Les professionnels du secteur insistent néanmoins sur la nécessité d’un soutien des pouvoirs publics au développement des infrastructures, et notamment au déploiement de bornes de recharge pour les véhicules électriques. « Il faut qu’on ait la capacité de recharger un véhicule électrique ou hybride rechargeable aussi bien qu’un véhicule essence ou diesel. Si la transition vers des véhicules propres ne réussit pas, ça ne sera pas un problème technique chez nous, mais un problème dans le soutien à l’infrastructure. Les gens n’achèteront pas d’électrique parce qu’il n’est pas possible de le recharger », insiste François Roudier.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 8 Juil 2014
L'Agence internationale de l'énergie (AIE) tire la sonnette d'alarme. Dans un rapport publié le mercredi 2 juillet dernier, elle pointe du doigt le gaspillage énergétique considérable résultant de l'inefficacité des appareils électroniques connectés. Un gaspillage de plus de 80 milliards…
lun 17 Août 2015
Le projet Midi-Provence de RTE prévoit une nouvelle liaison électrique de 210 km entre les postes de La Gaudière, dans l’Aude, et de Ponteau, dans les Bouches-du-Rhône. Il permettra une sécurisation du réseau électrique d'une zone sensible au risque de blackout en renforçant…
mar 19 Sep 2017
Si les travaux de rénovation énergétique doivent vous permettre d’optimiser vos consommations d’énergie et de réduire l’empreinte carbone de votre logement, ils peuvent aussi dans certains cas modifier l’aspect extérieur du bâtiment, que ce soit en isolant la toiture, la…
mer 2 Août 2017
Dans une délibération du vendredi 28 juillet 2017, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a préconisé pour l'année 2018, une nouvelle hausse du montant de la CSPE, une taxe appliquée sur la facture d'électricité de chaque consommateur. Une recommandation…

COMMENTAIRES

  • Étonnant ce silence sur la capacité future du réseau à alimenter ces millions de véhicules, le cout d’un tel programme et le manque à gagner, pour les collectivités publiques, du à l’absence de perception deTIPP et autres taxes.

    Répondre
    • Vous raisonnez toujours avec des vieux chiffres et des vieux concepts CO2, je ne sais pas quel âge vous avez (même si ce n’est pas une question d’âge) mais c’est fatiguant à force !

      Si je prends l’exemple d’une Bee Bee XS qui est techniquement évoluée mais on peut encore nettement mieux faire, elle consomme 86 Watts h/km (moteur ABM de 10 kW) et le groupe n’est pas le seul à vendre aussi les systèmes solaires de recharge comme Tesla entre beaucoup d’autres.

      Il est probable que votre frigo consomme plus si vous n’en avez pas un évolué !

      Elle a d’ailleurs une version solaire suisse la Dragonfly de Catecar (qui en plus dépollue l’air ! et ce n’est pas bête du tout)

      On progresse très vite en matière de matériaux et notamment réduction du poids des véhicules qui est un des facteurs très importants dans la consommation comme toute la gestion électrique, récupération d’énergie etc. Des véhicules d’environ 300 kg çà change tout.

      On progresse beaucoup dans la capacité des batteries et parmi les meilleures qui n’ont pas de pertes, celles de flux. On peut citer aussi l’hydrogène qui lui aussi progresse en matière pratique et de coûts.

      Des groupes comme le coréen Klio qui travaille avec les grands constructeurs a entre autres très bien étudié les meilleures façons de réaliser des véhicules : certaines pièces en impression 3 D, plus de pièces modulaires, véhicules adaptés aux demandes et besoins précis, recharge solaire, auto-partage, économie circulaire poussée à son optimum etc. Donc si vous comprenez bien, baisse de consommation globale, largement au delà du véhicule. Pareil quand on recycle des batteries, le bilan lithium est bien meilleur.

      Les navettes et véhicules autonomes se développent et se mettent en place tout comme les tramways sans rails (rails virtuels) on adapte donc les transports à la demande qui évolue (= gains notamment énergétiques). Les bus les plus évolués ont très peu de batterie mais se rechargent ponctuellement au fil du parcours. Vous aurez donc compris que l’on diminue drastiquement le nombre des véhicules y compris avec l’autopartage et qu’en même temps on améliore fortement la gestion des trajets, de l’énergie (en plus que l’on améliore la sécurité).

      Les véhicules solaires commencent à arriver, il en existe près de 200 dans le monde, Lightyear s’est lancé récemment en Hollande (je les connais bien) de même qu’EVX Ventures et d’autres vont suivre. L’autonomie prouvée de ces véhicules est de plus de 800 km à 70 km de moyenne (vitesse maxi 140), çà donne de la marge dès lors que les batteries ne sont que de 60 kg et permettent dans tous les cas plus de 400 km d’autonomie de nuit.

      Au World Solar Challenge qui va se dérouler sur plus de 3000 km du 8 au 15 octobre prochain vous n’aurez que de çà dans la classe « Cruiser » donc véhicules courants et la plupart d’entre aux ont pour but de faire l’objet de transfert à l’industrie comme beaucoup de pays le souhaitent. C’est le cas de l’Inde qui veut passer au tout électrique avant 2030 et a étudié le sujet et de bien d’autres comme les Philippines qui envisagent 600.000 bus solaires et on déjà commencé à en installer par milliers.

      Toyota, Honda, Tesla commencent à mettre du solaire sur leurs véhicules en plus de proposer et vendre des systèmes solaires complets pour les particuliers (toitures etc). L’apport solaire peut aller jusqu’à quelques km sur ces véhicules encore peu avancés pour çà mais au niveau du marché mondial pour ces groupes qui vendent des millions de véhicules c’est énorme en terme d’énergie solaire captée et qui évite la combustion de fossiles pour les km quotidiens qui sont en majorité faibles et cà joue aussi sur la taille de la batterie donc le bilan global.

      Le bilan est bon également sur les camions puisque selon les études on fait dans les pays du Nord une économie de fuel de 2000 litres par an et beaucoup plus au Sud. Rapporté à toute la flotte de véhicules de transports et au prix dérisoire des films solaires c’est très important sans parler des nombreuses autres améliorations sur ce thème des transports.

      L’Italie a formé un réseau de plusieurs centaines de partenaires pour développer ce type de véhicules et font régulièrement des conférences techniques sur le sujet. J’ai vu des projets, ce sont des bijoux à l’italienne et çà donne envie !

      On développe beaucoup de véhicules individuels 2 ou 3 places urbains et péri-urbains qui ne consomment que très peu de même que toutes les gammes de scooters et autres en auto-partage aussi (Cityscoot etc) et les recharges solaires se multiplient dans le monde d’autant que les films solaires ne coûtent rien et se déroulent au km.

      On développe des dizaines de programme Hyperloop, çà prend beaucoup moins de surface au sol qu’un TGV, va 3 fois plus vite, consomme bien moins et coûte beaucoup moins cher. Il y a un projet Amsterdam-Paris d’ici 2020 et quelques projet en France sur lesquels certains de mes amis travaillent notamment liaison Lyon Saint Etienne entre autres. Parmi les avantages aussi c’est que les vols de câbles c’est fini, on peut voyager quelles que soient les conditions de temps, il n’y pas de dégradation climatique sur les navettes etc puisque tube fermé et très peu d’usure puisque quasiment pas de frottements et on ne croise plus de routes donc fini les accidents.

      Et on peut ainsi continuer longuement la liste de tous les développements qui se mettent en place en ce moment qui permettent une bien meilleure gestion de l’énergie, des matériaux, du recyclage etc.

      Vous devriez d’ailleurs savoir que grâce aux seules économies d’efficacité énergétique de ces quelques dernières années demandées et grâce à l’Union européenne et notamment tous ses programmes, on peut mettre des millions de véhicules électriques actuels (donc pas les plus évolués) sur le marché, la consommation serait bien inférieure encore aux économies d’énergies réalisées.

      Le coût du programme des véhicules électriques et à rapprocher du coût des importations annuelles d’énergies fossiles (quelques 70 milliards au total par an il n’y a encore pas si longtemps) et des conséquences de la pollution et des dégradations liées notamment à la combustion des énergies fossiles que vous savez immenses. L’électrique a encore besoin d’évoluer et il en a le potentiel mais il a déjà un meilleur bilan que les fossiles ou même que le gaz et la durabilité des véhicules électriques est bien plus élevée que celle des thermiques.

      Enfin pour ce qui concerne les taxes et le financement des collectivités publiques, faites leur confiance ils ont de l’imagination pour çà !

      Répondre
  • Exemple parmi bien d’autres de véhicules conçus de manière optimisée, auto-partage et recharge solaire, l’impact sur le réseau est en fait positif car le solaire fournit en permanence la journée alors que la majorité des gens roule très peu selon toutes les données automobiles ! :

    https://www.kliodesign.com/

    .

    Répondre
  • Un bus qui n’a quasiment pas de batterie coûte moins cher, consomme moins, n’a pas de perte de charges de batteries, évite les importations, ne fait pas de bruit et ne pollue quasiment plus. Ce sont de multiples gains pour les collectivités notamment :

    Un seul véhicule autonome c’est par ailleurs 10 voitures de moins, sans parler des multiples navettes type Nayvia etc.

    https://ec.europa.eu/easme/en/news/helioxs-fast-charger-electric-buses-creates-business-case-emission-free-public-transport?pk_campaign=heliox&pk_kwd=facebook-dgcomm

    .

    Répondre
  • Un véhicule autonome a une efficacité énergétique très avancée sur de nombreux paramètres (remplacement de 10 véhicules par chaque véhicule – et bien plus encore pour les navettes, bus, trams etc – meilleure gestion de l’énergie, de la période de charge, du choix de trajets, pleine capacité de fonctionnement etc)

    Une meilleure et simple efficacité énergétique dans les seuls immeubles « commerciaux » c’est au minimum 30% d’économies d’énergies au niveau des pays comme plusieurs études le démontrent, Nicolas Hulot peut fermer 30% des réacteurs nucléaires soit plus de 17 il aura encore de la marge et çà fera faire d’importantes économie, sans parler de la diminution des risques de plus en plus élevés !

    https://www.osvehicle.com/editselfdrivingcar/

    .

    Répondre
  • Encore des économies d’énergie et plus (et je peux continuer longtemps comme çà ! ) :

    One-quarter (25%) of miles driven in the U.S. may be through shared, self-driving vehicles by 2030, according to an estimate by Boston Consulting Group.

    By 2022, 2023, the majority of transportation in urban cities with temperate weather will be on demand, shared and likely autonomous

    Il faut vous réveiller CO2 nous ne sommes plus en 1968, les choses changent et vite ;o)))

    https://www.wsj.com/articles/the-end-of-car-ownership-1498011001?tesla=y

    .

    Répondre
  • Un tram-train électrique sans rail (mais avec rails virtuels) fait faire aussi beaucoup d’économies aux collectivités, entre autres par la suppression de beaucoup de véhicules et du fait que les rails s’usent vite surtout dans les courbes et sont à remplacer régulièrement donc coûts élevés évités :

    https://www.youtube.com/embed/ty-Zn6Yq1fs

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *